'Panama papers' : des proches de Marine Le Pen impliqués ?

'Panama papers' : des proches de Marine Le Pen impliqués ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 05 avril 2016 à 11h05

Des proches de Marine Le Pen, à commencer par l'homme d'affaires Frédéric Chatillon et l'expert-comptable Nicolas Crochet, se retrouvent au centre du scandale 'Panama papers', révèle 'Le Monde' ce mardi. Le cercle de fidèles de la présidente du Front National aurait mis en place "un système offshore sophistiqué entre Hongkong, Singapour, les îles Vierges britanniques et le Panama". Au moyen de fausses factures et grâce à des sociétés écrans, les proches de Marine Le Pen auraient pu sortir de l'argent du territoire français, tout en échappant à l'administration fiscale, détaille le quotidien.

Système complexe

Selon 'Le Monde', le système mis en place est très complexe. Juste après les élections présidentielles de 2012, 316.000 euros seraient sortis de l'entreprise Riwal, principal prestataire du FN pour la communication dirigée par Frédéric Chatillon. "Une partie de cette somme doit alors être réinvestie dans la société dirigée par un de ses amis, Pascal Xatart, basée à Singapour, sans avoir à s'expliquer sur l'origine des fonds", peut-on lire dans les colonnes du quotidien. Via Unanime France, société liée au FN, le patron de Riwal va se porter acquéreur pour la société écran "Time Dragon", basée à Hongkong, dont la maison mère est domiciliée aux îles Vierges britanniques, par la firme panaméenne Mossack Fonseca, cabinet d'avocats basé au Panama, spécialisé dans la domiciliation de sociétés offshore au coeur de l'affaire 'Panama papers'. Parallèlement, Nicolas Crochet a utilisé une des sociétés offshore hongkongaise de son frère, Ever Harvest Garments Limited, afin d'émettre une fausse facture à l'attention d'Unanime France pour justifier les transferts de fonds. "Cette facture est censée régler la réalisation des sites Internet du Rassemblement Bleu Marine pour les législatives", conclut 'Le Monde'.

Le Front National se défend

Lundi, le quotidien avait prévenu qu'il ferait des révélations sur un parti politique. "Cela ne peut pas être le Front National (...) il s'agit d'un parti assez pauvre qui a cinq ou six fois moins de financement que l'UMP (Les Républicains, ndlr) ou le PS", avait assuré le vice-président du parti, Florian Philippot, sur I-Télé. Sur sa page Facebook, Frédéric Chatillon lui-même s'est défendu. "Unanime France a payé les impôts qu'elle devait et a officiellement investi une partie de ses bénéfices dans une filiale à Hong Kong. Unanime France a fait l'objet d'un contrôle fiscal pour les années concernées et n'a fait l'objet d'aucun redressement en matière d'impôt sur les sociétés", assure-t-il, soulignant au passage que "le Front national n'a rien à voir ni de près ni de loin avec cette affaire privée".

 
0 commentaire - 'Panama papers' : des proches de Marine Le Pen impliqués ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]