Panne à Montparnasse: ce que l'on sait des difficultés

Panne à Montparnasse: ce que l'on sait des difficultés

Des voyageurs à la gare Montparnasse, le 1er août 2017 à Paris

A lire aussi

AFP, publié le mardi 01 août 2017 à 20h09

Origine de la panne, difficulté à la réparer, incohérences dans la communication: ce que l'on sait sur la panne qui perturbe le fonctionnement de la gare Paris-Montparnasse depuis dimanche.

D'où vient la panne?

Le trafic avait été totalement interrompu à Paris-Montparnasse dimanche matin.

L'origine de la panne, identifiée seulement dans la nuit de lundi à mardi, est "un défaut d'isolement" au niveau du poste de commandes de l'aiguillage, situé à Vanves et qui contrôle la signalisation sur 10 km à la sortie de la gare Montparnasse.

L'entreprise ferroviaire avait récemment effectué des travaux sur cet équipement pour le "monter en puissance" dans le cadre du chantier des nouvelles lignes à grande vitesse vers Rennes et Bordeaux, a indiqué le PDG de la SNCF Guillaume Pepy, dans un entretien à Ouest France. Un défaut dans ces travaux aurait entraîné la panne.  

Pourquoi autant de temps?

La priorité dimanche avait été d'acheminer le maximum de voyageurs jusqu'à leur destination au-delà de 22H00, au détriment des travaux d'investigation qui ne peuvent s'effectuer qu'en mode hors tension du local de commandes de signalisation de Vanves, selon la SNCF.

Une enquête longue et difficile en raison des milliers de composants à vérifier pratiquement un par un pour résoudre ce problème électrique.

La ministre des Transports Elisabeth Borne a demandé aux deux présidents de la SNCF (Guillaume Pepy pour la SNCF et Patrick Jeantet pour SNCF Réseau) un rapport pour la fin de la semaine sur les raisons du temps qu'il a fallu pour identifier la panne et la réparer et pour lesquelles la situation a été "aussi dégradée à Montparnasse".

Un problème de vétusté?

Mardi, la ministre des Transports a indiqué que le poste où la panne s'est produite était un poste ancien.

Pour l'Etat, la modernisation du réseau, souvent qualifié de vétuste, est indispensable pour éviter qu'à l'avenir ce type de situation ne se reproduise. 

Trois milliards d'euros vont d'ailleurs être investis tous les ans pour rénover le réseau. 

Mauvaise communication 

Dès dimanche, la SNCF a reconnu des difficultés sur l'information parfois contradictoire transmise aux voyageurs, annonçant notamment la reprise du trafic, alors qu'aucun train ne quittait Montparnasse.

Le vice-président de la branche francilienne de la Fédération nationale des usagers des transports (FNAUT), n'a pas hésité à qualifier de "médiocre", voire "nulle" cette information, estimant que les agents SNCF étaient un peu dépassés par la situation. 

La CGT cheminots a dénoncé une "communication perturbée", "des informations contradictoires étant dispensées, occasionnant incompréhensions et tensions entre les agents eux-mêmes et avec les usagers".

Quels sont les précédents?

La circulation avait déjà été perturbée au départ et à l'arrivée de Paris-Montparnasse le 17 juillet en raison d'une panne d'alimentation électrique, provoquant des retards pour des centaines de voyageurs.

Le 7 décembre, le trafic des trains à la gare du Nord avait été paralysé pendant trois heures par une rupture de caténaire.

Depuis le 1er novembre, l'AFP a recensé huit incidents ayant entraîné une paralysie partielle du trafic ferroviaire. Dans six cas, ce sont des "pannes électriques" qui étaient en cause.

Les problèmes de maintenance et de sécurité de la SNCF ont été mis en lumière à la suite du déraillement en juillet 2013 du Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge.

Y a-t-il un manque de compétences?

"On a le sentiment qu'il y a une une grande perte de technicité et de savoir-faire du métier ferroviaire", a commenté M. Gobitz, de la FNAUT. 

Bruno Poncet du syndicat SUD-rail a mis en cause sur BFMTV le recours à des entreprises privées pour l'entretien du réseau, et parfois à des sous-traitants moins expérimentés que les cheminots.

sw-mhc/arz/cam

 
18 commentaires - Panne à Montparnasse: ce que l'on sait des difficultés
  • avatar
    geraquo5549 -

    Beaucoup de ceux qui critiquent ne sont pas de la partie et voudraient donner des leçons pour rechercher des défauts d'isolement sur d'aussi complexes circuits électriques.Quand on ne sait pas, on s'écrase. Il est vrai que maintenant ,personne n'accepte le moindre problème qui modifie déplacements et loisirs. Les pannes sont toujours imprévisibles et même avec des investissements seront toujours d'actualité.

  • avatar
    GHISMO83 -

    Pour la SNCF il serait bon de se mettre un peu à la place de tous ceux qui ont vu leur départ en vacances retardé par cette énième perturbation, les correspondances avion et bateau à l'eau et des dossiers de remboursement longs à mettre en place et qui ne changera rien sur les jours perdus !
    Les billets augmentent , les pass aussi tout comme les abonnements de toutes sortes et malgré ça ils ne parviennent pas à entretenir le réseau, alors le mieux serait d'améliorer considérablement la partie communication qui leur fait défaut, car à l'inverse pour faire de la publicité sur les nouveaux trains IN-oui ...ils savent le faire......ce qui pour beaucoup de voyageurs devient Inouïe c'est de prendre son train à l'heure et d'arrivée à l'heure !!

  • avatar
    piedansleplat -

    Si les raisons de la panne, évoquées dans cette article, sont justes on est en droit de se poser des questions quant à la compétence de la SNCF dans certains domaines. Si les modifications apportées ont été faites en interne, le personnel de la SNCF n' a peut être pas toutes les connaissances requises pour ce genre de travail, si elles ont été sous traitées, le sous traitant a du travailler selon un cahier des charges , les modifications ont du être supervisées par la SNCF , tous les contrôles et essais ont du être effectués dans les règle de l'art avant la remise en exploitation de l'installation, plans schémas documentation remis au client.
    Ce qui est étrange c'est la difficulté à trouver cette panne , d'une part car il existe des systèmes de surveillance d'isolement , générant des alarmes "défaut isolement" remontées vers un superviseur, ce qui donne déjà une indication de la zone en défaut, et d'autre part il existe également des systèmes performants de recherche de défaut d'isolement même sur des installations sous tension et qui permettent de trouver rapidement le défaut. Mais cette recherche ne peut aboutir rapidement que si les plans et schémas électriques de l'installation existent et sont à jour. et compte tenu des modifications récentes dans cette installation il se peut que certains plans n'aient pas été mis à jour ou soient tout simplement inexistants ce qui pourrait expliquer les difficultés rencontrés, car dans ce cas il faut tout passer au crible , bout par bout.
    Quand à la gestion de cette crise, on devrait parler de désorganisation.
    Par contre je déplore l'attitude d'un représentant syndical qui semble rejeter la faute sur les sous traitants moins qualifiés que les "cheminots". Il existe des entreprise de sous traitance très performantes, certifiées, avec techniciens , ingénieurs, bureau d'études hautement qualifiés,
    Ce raisonnement est d'un autre âge et fait penser à la SNCF des années 50 qui vivait en autarcie complète avec les cheminots en bleu de chauffe .
    Espérons en tout cas que cette pagaille aura du bon et que le retour d'expérience conduira à des améliorations significatives de fiabilisation des installations.

    avatar
    germinal45 -

    Depuis une vingtaine d'années la sous traitance a fait un bond important à la SNCF , ce qui n'a pas empeché nombre d'incidents sur les intallations , au contraire. Les salariés de ces entreprises sous traitantes n'ont pas les memes conditions sociales que les cheminots à statut , avec ce que cela implique au niveau des formations , des contitions de vie et de travail , au rabais au nom du soi disant coùt du travail.

  • avatar
    facetieux77 -

    Et s'il y avait un tremblement de terre en France Hulot demanderait un rapport à tout le monde pour prendre des décisions ! Je constate : problèmes de budget des armées, démission du général, après avoir réduit le budget on l'augmente, problème des incendies dans le sud et avions inutilisables, on commande de nouveaux appareils qui, le temps de trouver l'argent, la fabrication, la formation des pilotes et mécaniciens va nous entraîner en 2019. Là problème à la SNCF on annonce un renforcement des budgets d'entretien pour les voies ferrées ! On a des gouvernants qui prévoient bien les problèmes !

  • avatar
    onirix -

    pauvre nemrod! aller chercher des poux à mme le pen, qui n'a absolument rien a voir dans l'histoire!.... il faut être completement desinformé!....
    je vis dans la sarthe...et il ne fallait pas être bien malin pour desapprouver un projet qui a invalidé des km2 de terres arables!.... une honte integrale!! pour transporter des gens a 300KM/h ,vitesse a laquelle ils ne distinguent même plus le paysage ravagé!!..... tout ça pour trimballer a grande vitesse ,les fesses de tous les profiteurs de la planete!!!.... et en premier lieu les ecolos-marrons du gouvernement!....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]