Pokémon Go inquiète l'UFC Que Choisir

Pokémon Go inquiète l'UFC Que Choisir©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 25 juillet 2016 à 14h50

A peine arrivé en France, Pokémon Go est dans le viseur de l'UFC Que Choisir. L'association met en garde les joueurs contre ce jeu "coûteux", parfois même dangereux et souvent non respectueux de la protection des données personnelles.

Si l'application, disponible depuis dimanche en France sur iOS et Android est téléchargeable gratuitement ("freenium"), l'association de consommateurs rappelle que pour capturer des Pokémons, dans la réalité virtuelle, des objets offrant de nombreux avantages peuvent être achetés à l'aide de "poképièces". Il y en a pour toutes les "bourses", de 0,99 euro pour un lot de 100 à 99,99 euros pour acquérir 14.500 poképièces... Les "addicts" pourraient donc y laisser quelques deniers.

Attraper les Pokémons en toute sécurité

La chasse aux "Pokémons" a lieu dans le monde réel, les yeux rivés sur l'écran du smartphone. Conséquence : plusieurs accidents ont d'ores et déjà été recensés poussant les forces de l'ordre de nombreux pays à édicter un guide des bonnes conduites. "Chouette j'ai attrapé le Pokémon Go Mew, dommage trois points en moins sur le permis. On joue mais pas au volant! Bonne chasse", rappelle ainsi la Police nationale de la Haute-Garonne sur son compte Twitter.

L'UFC Que Choisir fait également part de situations plus préoccupantes. "En Bosnie, par exemple, où 2,3% du territoire est encore miné, une ONG a alerté les joueurs à l'approche de zones à risque (il existe des moyens détournés de télécharger Pokémon Go même lorsqu'il n'a pas été officiellement lancé localement)".

Protection des données personnelles

Enfin, l'association alerte sur la collecte de données personnelles. Selon sa politique de confidentialité, Nintendo pourra utiliser les images postées par les joueurs sur les réseaux sociaux. "Il s'accorde également le droit de collecter votre âge, sexe, pays de résidence, date de naissance, ainsi que vos loisirs, jouets et jeux préférés", souligne l'UFC.

Par ailleurs, Nintendo indique clairement que "toutes les informations des joueurs sont stockées aux États-Unis dans le respect de l'accord Safe Harbor (qui encadre le transfert des données personnelles des consommateurs européens)". Or, la décision de la Cour de Justice de l'Union Européenne datant du 6 octobre 2015 ne l'autorise plus. La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) vient d'ailleurs de demander à Microsoft de se conformer à la loi concernant Windows 10. La société continue elle aussi de se baser sur cet accord...

 
0 commentaire - Pokémon Go inquiète l'UFC Que Choisir
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]