Poubelles à Marseille: la société Derichebourg dénonce des violences, les syndicats démentent

Poubelles à Marseille: la société Derichebourg dénonce des violences, les syndicats démentent

Des sacs poubelles entassés à côté un conteneur à ordures débordant lors d'une grève des éboueurs, le 18 octobre 2017 à Marseille

A lire aussi

AFP, publié le dimanche 22 octobre 2017 à 12h13

La collecte des ordures à Marseille est "régulièrement perturbée par l'intervention de grévistes et d'individus extérieurs à l'entreprise", a accusé dimanche la société Derichebourg, dont 200 salariés sont en grève depuis 12 jours, des allégations réfutées par les syndicats. 

Dans un communiqué, Derichebourg dénonce des gens "violents, menaçants, entravant les voies de circulation à l'aide de véhicules et scooters". 

Le groupe pointe du doigt "des représentants de sociétés concurrentes". "Depuis jeudi matin, ils empêchent la reprise du travail des salariés qui le souhaitent, usant de pressions et menaces, alors même que des avancées significatives dans les négociations avaient été réalisées par toutes les parties prenantes", affirme-t-il.

Kamel Djeffel, secrétaire national de la Confédération autonome du travail, porte-parole des grévistes, récuse ces accusations. "C'est regrettable, on va dire qu'il s'agit d'une maladresse de communication", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Samedi soir à 22H00, nous avons pris l'engagement de ne pas bloquer les intérimaires qui font le travail des grévistes", a-t-il ajouté.

Dans trois arrondissements de Marseille (2e, 15e et 16e), les poubelles débordaient toujours dimanche matin, après 12 jours de grève des éboueurs de la société Derichebourg.

Mardi pourtant, la tension était retombée autour du ramassage des poubelles dans la cité phocéenne. Les grévistes avaient accepté de débloquer des centres de transfert, permettant aux éboueurs non grévistes et d'autres arrondissements d'y vider leurs bennes.

Mais dès jeudi, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin (LR), également président de la métropole Aix-Marseille-Provence, chargée des déchets, avait déploré dans un communiqué que "près de 2.800 tonnes d'ordures restaient encore à collecter".

M. Gaudin demandait à Derichebourg "de mettre tous les moyens en œuvre pour remplir ses obligations contractuelles, y compris, si nécessaire, en recourant à des agents intérimaires".

"Les Marseillais attendent un retour rapide à un service normal et ne doivent pas subir plus longtemps une situation d'insalubrité qui n'a que trop duré", concluait le maire.

Du côté des grévistes, M. Djeffel déclare que puisque "le conflit a pris une telle ampleur, les négociations ne se feront pas sans la présence de la Direccte" (direction régionale du travail). Il assure que les salariés "font preuve de bonne foi en laissant les intérimaires ramasser les ordures alors que c'est illégal, c'est un délit d'entrave à la grève".

 
42 commentaires - Poubelles à Marseille: la société Derichebourg dénonce des violences, les syndicats démentent
  • avatar
    EGALITE -

    marseille sent bon la lavande ! ♪ plus belle la vie ♫

  • avatar
    philippe551 -

    C'est ca la France, c'est ca Marseille! C'est à l'image du pays

  • avatar
    chevaldacier -

    Pourvu qu'ils n'aient pas ramassé Mélenchon .

  • avatar
    lebeniot -

    L'Armée par ci l'Armée par là ...Lachez là c'est pas son job, ni de ramasser ni de faire du maintien de l'ordre dans le pays ( nous comparable à une dictature militaire...)..Quand une corpo fonctionnaire ou non fait gréve on les remplace par une autre ?? le principe est le même...Et surtout arrêter avec vos "souvenirs d'Armée" d'un autre siécle...

  • avatar
    Antigochos -

    En 1974 j'étais militaire à Paris et il y avait eu une grève des éboueurs.

    On a envoyé l'armée pour faire le boulot

    avatar
    lebeniot -

    Déjà à l'époque je pensais que ce n'était pas son job..Mais ça l'est encore moins maintenant..Pour info..2017/1974 c'est une autre époque, vivez avec votre temps.....

    avatar
    mirabelle83 -

    et oui mais ça c'était avant, sans doute avec des gens responsables....quel est l'abruti qui a eu l'idée de mettre en place le fait que l'on ne puisse pas licencier les grévistes quand leur action perturbe le bien public...là ça devient une urgence sanitaire, les odeurs , les rats, la pourriture qui se propage et l'image que l'on donne de la Ville....donc remplacement immédiat des fortes têtes et l'aide de l'armée pour dégager tout cela....!

    avatar
    minnie-moocher -

    Des militaires qui assuraient les transports les jours de grève. Mais c'était l'époque de la conscription avec des bidasses en grand nombre. L'époque a changé, les militaires aussi.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]