Pourquoi Mediobanca reste au coeur du capitalisme italien

Pourquoi Mediobanca reste au coeur du capitalisme italien
A lire aussi

LesEchos, publié le lundi 25 septembre 2017 à 05h06

Une page se tourne pour Mediobanca. Le pacte d'actionnaires présentait ce vendredi pour la dernière fois la liste pour le renouvellement le 28 octobre prochain du conseil d'administration de la banque italienne. Avec l'annonce de la sortie Pirelli, qui a vendu sa part de 1,79 % sur le marché, ce pacte, qui était à 31 % fin juin, ne contrôle désormais plus que 29 % du capital de Mediobanca contre 60 % il y a encore dix ans. Le seuil de 25 %, synonyme de sa dissolution, sera bientôt atteint. C'est la fin d'une époque pour la gouvernance de la banque, fondée par Enrico Cuccia en 1946, qui en a fait le centre du monde politico-financier italien.

Une position obtenue grâce à un entrelacs de participations croisées dans les plus grands fleurons de l'économie transalpine ; de Fiat à…

Lire la suite sur LesEchos

 
0 commentaire - Pourquoi Mediobanca reste au coeur du capitalisme italien
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]