Présidentielle: l'OFCE plaide pour une réforme du congé paternité

Présidentielle: l'OFCE plaide pour une réforme du congé paternité©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 13 janvier 2017 à 10h45

Afin de réduire les inégalités professionnelles, l'Observatoire français des conjonctures économiques plaide pour une réforme en profondeur du congé paternité, dans une note dévoilée ce vendredi, rappelant que les interruptions de carrières sont beaucoup plus fréquentes pour les femmes et que 80% du temps partiel est actuellement pourvu par ces dernières.

Si dans certains cas, la situation est choisie, les interruptions d'activité liées à l'arrivé d'un enfant "ne permettent pas toujours un retour en emploi et s'accompagnent le plus souvent d'une précarisation de la situation professionnelle des femmes", soulignent les auteurs dans cette note .

Le partage du congé, peu efficace en Europe

S'appuyant sur plusieurs modèles européens, l'OFCE note que les résultats en matière de partage du congé parental  ne sont pas "spectaculaires". Par exemple, en  Norvège,  "'le quota de pères' introduit en 1993 n'a conduit qu'à une faible augmentation de la part de congé prise par le père".

Dans le pays, le congé parental est d'une durée d'un an environ (46 semaines indemnisées à 100% du salaire ou 56 semaines à 80%), 10 semaines sont réservées à la mère et 10 semaines au père, le reste est à partager de façon flexible entre les deux parents.

Rendre le congé paternité obligatoire

Dans ce contexte, l'OFCE préconise donc "un congé paternité obligatoire et plus long rééquilibrerait entre les deux parents l'impact d'une naissance sur la carrière", fait valoir l'Observatoire, proposant trois pistes de travail. La première consisterait à rendre le congé actuel de 11 jours. Pour les finances publiques, cela représenterait un coût supplémentaire de 129 millions d'euros, pour un total de 403 millions d'euros.

Les deux autres scénarios sont plus radicaux. Ils rendraient également le congé paternité obligatoire en doublant sa durée dans le premier (22 jours calendaires) et en l'alignant sur le congé maternité de six semaines dans le deuxième. Le coût supplémentaire serait de respectivement 532 millions d'euros (pour un total de 806 millions d'euros) et 1,26 milliard d'euros (1,54 milliard au final).

L'Observatoire recommande enfin que cette réforme s'accompagne "d'une modulation du congé maternité : les mères pourraient transférer une partie de leur congé de maternité à leur conjoint".

 
0 commentaire - Présidentielle: l'OFCE plaide pour une réforme du congé paternité
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]