Réforme de la loi travail : les syndicats en embuscade

Réforme de la loi travail : les syndicats en embuscade©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 14 juin 2017 à 11h27

La CGT s'inquiète de plus en plus du contenu de la réforme du code du Travail, et ne le cache pas. Reçue mardi par le cabinet de la ministre du Travail dans le cadre des concertations sur le texte, l'organisation a publié un communiqué sans équivoque après cette rencontre. "Ce matin, les intentions de la ministre du Travail se sont précisées et le scénario du pire pour l'ensemble des salariés se confirme", écrit la CGT.

"C'est la fin des conventions collectives", "c'est l'affaiblissement de la loi", "c'est la fin du contrat de travail", a jugé le syndicat après sa rencontre avec le directeur de cabinet de Muriel Pénicaud, Antoine Foucher. Selon la CGT, le gouvernement compte s'attaquer aux droits garantis par les conventions collectives de branche, donnerait la primauté aux accords d'entreprise et donnerait la possibilité aux employeurs de décider des clauses des contrats de travail de chacun de ses salariés.

Manifestations le 19 juin

Les syndicats reçus lundi par le cabinet de la ministre, FO et la CFTC, ont tiré des conclusions différentes de leur entrevue, jugeant qu'il est encore trop tôt pour connaître les intentions exactes du gouvernement.

Mais la mobilisation contre cette réforme se met en place et d'autres mouvements ont commencé à se former ces dernières semaines. Le syndicat Solidaires a tenu jeudi dernier des rencontres avec la CGT, la FSU, le syndicat étudiant Unef et le syndicat lycéen UNL pour envisager de possibles rassemblements. Des manifestations sont aussi prévues le 19 juin prochain à l'initiative du Front Social, qui regroupe des syndicalistes qui refusent tout compromis sur le droit du travail.

Ringard ?

Face à cette vague croissante de protestation, la CFDT s'est illustrée mardi par un discours à contre-courant. "Le syndicalisme divisé qui se cantonnerait à organiser des manifestations pour faire croire qu'il est d'accord contre quelque chose mais jamais pour quelque chose, je pense qu'il faut que ça s'arrête", a déclaré Laurent Berger, le secrétaire général de l'organisation, dans une interview. "Il faut se mobiliser pour des idées", a-t-il poursuivi. "L'affrontement stérile entre d'un côté les syndicats et de l'autre le patronat où la seule issue c'est de se taper dessus, c'est ringard et dépassé."

"Il y a une attente des salariés pour un syndicalisme un peu plus constructif qu'il ne l'a été parfois", a poursuivi le dirigeant de la centrale qui est devenue en avril dernier la première organisation syndicale dans le privé, devant la CGT.

 
13 commentaires - Réforme de la loi travail : les syndicats en embuscade
  • philou58 -

    Comme d'habitude, le CGTiste de base Martinez est contre, il ne sait pas quoi mais il est contre.
    C'est pour cela, monsieur le gauchiste qu'on à dégagé les socialo alors essayez de comprendre que votre 3% de la population n'a plus le pouvoir et c'est tant mieux pour la majorité des Français.

  • justin81 -

    le but de mr martinez c'est de foutre le bordel puiqu'il faut faire des économis supprimons les aides de l'état aux syndicats et qu'ils s'assument uniquement par les cotisations des gens syndiqués .on pourrait demander aux citoyens ce qu'ils en pense en faisant un réferendum je pense que la CGT ferait grise mine car beaucoup de gens sont exasperes par MR Martinez qui est payé par nos impots.

  • bibon -

    il faut attendre avant de crier au feu. sinon le boulot partira a l etranger,il faut reflechir. je voudrais bien savoir la marque de l automobile des internautes qui ecrivent?. pleurer pour perdre son boulot ou tout faire pour le garder,c est un choix

    laurenceclaude -

    bien sur qu'il faut garder notre travail!!!! mais la question à se poser c'est avec des contrats clinex, pour un bol de riz, pour 46 heures etc etc.......

  • aounet4446 -

    A part pour mettre le "bordel" les syndicats français ne servent a rien! si ce n'est que de nourrir des planqués au détriment des ouvriers qui paient des cotisations pour rien. Demandez donc les petits paradis qu'il possède! au lieu d'être constructif, en fonction de la situation actuelle de la FRANCE, il s'en foute complètement.

  • DEV -

    les syndicats doivent rester en alertes rouges ,et bondir tel une armada ,car cela ne saurait tarder ,cette réforme ne laisse rien sortir en renseignements ,mais quand ça arrange ,rien ne fuit ,ils font comme ils veulent et essayent de les manoeuvrés

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]