Salaire des patrons : les Français veulent une loi

Salaire des patrons : les Français veulent une loi

salarié travail cadre

A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 20 mai 2016 à 15h19

L'avis est bien tranché. D'après un sondage Tilder-LCI-OpinionWay, réalisé les 18 et 19 mai, 82% des personnes sondées, sur un échantillon de 1007 personnes représentatif de la population, pensent que légiférer sur les revenus des dirigeants d'entreprises serait une ''bonne'' mesure. L'étude précise également que 90% de ceux qui ont voté pour François Hollande lors du second tour des présidentielles 2012, ont une bonne opinion de la proposition, contre 80% des sympathisants de Nicolas Sarkozy.

L'appel de 40 personnalités qui refusent qu'un patron "ne perçoive pas plus de 100 Smic'', lancé jeudi dans 'Libération', semble avoir fait mouche. Le débat avait été relancé autour du salaire du patron de Renault, Carlos Ghosn ou celui de Carlos Tavares chez PSA, dont la rémunération a été quasi doublée. Parmi les signataires, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), mais aussi des responsables syndicaux, l'économiste Thomas Piketty...

Le Guen confirme que le gouvernement veut légiférer

Les pro-législations apprécieront d'ailleurs les propos de Jean-Marie Le Guen, qui a affirmé que "les choses se feront". Invité sur LCI vendredi matin, le secrétaire d'Etat est alors allé à l'encontre de l'avis défavorable d'Emmanuel Macron. En effet, le ministre de l'Economie a estimé que "la loi n'était pas la bonne méthode".

De son côté, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT et signataire de l'appel, a tenu à rappeler, au micro de Radio Classique, la nécessité de l'introduction d'une régulation avec des représentants de salariés dans les comités de rémunération des entreprises du CAC 40. "Je crois qu'il faut faire intervenir la loi et qu'il faut faire intervenir aussi de la régulation différemment, c'est-à-dire, d'autres critères que simplement les critères financiers pour fixer la rémunération des dirigeants", a-t-il expliqué. Laurent Berger a notamment évoqué "la responsabilité sociale des entreprises" et "les évolutions des salaires et de l'emploi dans les entreprises concernées".

Medef-Afep : réforme du code de bonne conduite

Sans aller jusque-là, le Medef et l'Afep ont annoncé vendredi une refonte du code de bonne conduite sur les rémunérations des dirigeants. Le vote des actionnaires ne serait plus purement consultatif. En cas de vote négatif, comme lors de l'assemblée générale de Renault fin avril, le conseil d'administration de l'entreprise devrait faire une contre-proposition "dans un délai raisonnable". Malgré tout, le CA aura toujours le dernier mot...

 
0 commentaire - Salaire des patrons : les Français veulent une loi
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]