STX : l'Etat confirme un projet de reprise par Fincantieri

STX : l'Etat confirme un projet de reprise par Fincantieri©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 06 avril 2017 à 21h30

Alors que les pouvoirs publics envisageaient une nationalisation temporaire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire, un accord a finalement été trouvé jeudi pour une reprise du groupe par l'italien Fincantieri. Le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, a ainsi présenté jeudi un projet d'accord, qui sera soumis à une consultation des salariés de STX France "dans les prochains jours".

Fincantieri a accepté de ne pas être majoritaire au capital de STX France, même si une fondation italienne entrera elle aussi au capital, donnant la majorité aux actionnaires italiens. L'Etat français conservera ses 33%, ainsi qu'un droit de veto, notamment sur les décisions stratégiques.

55% du capital pour les Italiens, 45% pour l'Etat et DCNS

Confirmant des informations publiées plus tôt par 'Le Monde', Christophe Sirugue a annoncé à la presse que le groupe italien reprendrait environ 48% du capital du groupe français. Fincantieri  a été désigné comme repreneur par la justice sud-coréenne après la faillite de sa maison mère sud-coréenne STX Group.

Dans ce projet d'accord, le groupe public militaire français DCNS entrerait au capital de STX France à hauteur d'environ 12%, tandis que l'Etat français conserverait ses 33% et que la fondation privée italienne CR Trieste reprendrait le reliquat, soit environ 7%. L'Italie aurait donc néanmoins le contrôle de l'entreprise française, avec environ 55%, grâce à la présence de cette fondation bancaire privée italienne.

Engagements sur l'emploi, l'indépendance et la pérennité du site

"Fincantieri présente maintenant un projet industriel ambitieux pour les chantiers. Il sera soumis a la consultation des salariés dans les prochains jours", a déclaré Christophe Sirugue devant la presse.

Le projet d'accord "comporte des engagements relatifs à l'emploi, aux liens des chantiers avec leurs sous-traitants, sur la pérennité du site, sur l'indépendance du bureau d'études et de l'ingénierie et de l'autonomie commerciale de l'entreprise", a ajouté le secrétaire d'Etat.

Un droit de veto pour l'Etat pendant 20 ans

Un accord de gouvernance, avec maintien de l'équilibre du capital, est proposé pour huit ans, et un pacte d'actionnaires, qui octroie à l'Etat français un droit de veto, notamment sur les décisions stratégiques, est prévu sur 20 ans, a-t-il précisé.

L'Etat conserverait par ailleurs son droit de préemption si Fincantieri se dégageait, le droit de préemption actuel restant ouvert tant que la signature entre Fincantieri et les Coréens n'est pas intervenue.

 
1 commentaire - STX : l'Etat confirme un projet de reprise par Fincantieri
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]