Total: un responsable mis en demeure après deux suicides

Total: un responsable mis en demeure après deux suicides

L'entrée du Centre Jean-Féger de l'entreprise Total à Pau, le 25 mars 2016

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 12 juillet 2017 à 16h03

La Direction du travail a mis en demeure le responsable du Centre Jean-Féger du groupe Total à Pau "d'évaluer les risques psychosociaux" de son entreprise où ont eu lieu deux suicides en 2015 et 2017, a-t-on appris mardi de sources concordantes. 

La Direction régionale de la concurrence et de la consommation, du travail et de l'emploi Nouvelle-Aquitaine (DIRECTTE) a conclu dans son rapport d'enquête que le salarié dont le suicide a eu lieu en mars 2017 "était en souffrance depuis des mois" et que "cette souffrance n'a pas été prise en compte".

"L'ensemble des éléments démontre que des manquements de l'organisation, des tensions, des situations de souffrance au travail (pleurs) et de fortes attentes en matière de reconnaissance économique (rémunération, évolution de carrière, mobilité) étaient connus. Cependant, cela n'a pas été géré", souligne la DIRECTTE dans son rapport de six pages, dont l'AFP a eu connaissance. 

Il a été remis au chef d'établissement du Centre scientifique et technique Jean-Féger (CSTJF) qui a été mis en demeure le 2 juin.

Interrogée, la CGT UGICT (syndicat cégétiste des cadres) s'est dite "confortée aujourd'hui par la DIRECTTE qui considère +une situation dangereuse de risques pour la santé mentale des salariés résultant notamment du non-respect (...) du Code du travail+".

Depuis 2015, deux suicides ont eu lieu sur le site de Pau, "reconnus par les autorités administratives comme accidents de travail", précise la CGT Total dans un communiqué.

Un premier suicide a eu lieu en juin 2015: un ingénieur géophysicien, âgé de 62 ans, s'était jeté d'un escalier sur son lieu de travail. En mars 2017, un agent technique, 46 ans, s'est aussi suicidé au Centre Jean-Féger.

La CGT a appelé les salariés à avancer dès la rentrée de septembre "des propositions alternatives et ambitieuses, tant pour le bien-être des salariés que la pérennité de l'entreprise".

col/ale/pfe/mml

 
7 commentaires - Total: un responsable mis en demeure après deux suicides
  • veric33 -

    Tant que ces grands groupes n'auront pas évolué dans leurs mentalités, et tant que seules les actionnaires pour qui seul l'argent compte feront la pluie et le beau temps, nous en resterons toujours au même point....mais les mentalités évoluent, surtout dans les pays Anglo-Saxons, très peu chez nous comme d'habitude.....
    La recherche du profit à tout prix est un facteur aggravant de tensions internes dans les grandes entreprises, et particulièrement en France, eh oui, nous sommes encore dans l'idéologie du début des années 2000, soit presque 20 ans de retard

  • Le-Juste -

    Crevons l'abcès il y a certains tribunaux ou la faute inexcusable de l'employeur existe mais le tribunal donne raison à l'employeur va comprendre quelque chose en plus c'est au salarié de ramener la preuve , le comble c'est qu'ils savent bien ce qui se passe mais ils ferment les yeux les autorités. Il y a des entreprises ou il n'y a pas de suicide mais des crises cardiaques à répétitions, certains meurent d'autres échappent et les responsables ne s'inquiètent pas pire le CHSCT se bâillonne lui même.

  • lili56 -

    Le suicide au travail, concerne un grand nombre de salariés, c'est vrai dans la police, France télécom...sans oublier les agriculteurs, 1 par jour, je crois....il existe dans notre pays, une très grande souffrance au travail, n'oublions pas non plus ce Professeur en Cardiologie, qui s'est défenestré....

  • sostali -

    la personne qui a écrit le commentaire au sujet des raisons personnelles ferait mieux de s'abstenir d'écriure des choses pareilles !!!!!LAMENTABLE quand vous ne pouvez pas savoir les relations HIERACHIQUES laors SVP FERMEZ LA !!!

  • hotdog -

    resultats des audits

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]