Un an après, bilan mitigé pour l'interdiction des sacs plastique

Un an après, bilan mitigé pour l'interdiction des sacs plastique

sac plastique pollution environnement

A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 03 juillet 2017 à 11h15

Cela fait un an que loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a mis en place l'interdiction des sacs plastique à usage unique dans les commerces alimentaires et non-alimentaires. Aucun bilan n'a été dressé pour le moment, mais l'association France Nature Environnement (FNE) estime que des efforts sont encore à fournir, à l'occasion de la Journée mondiale sans sac plastique qui se tient ce lundi.

Depuis le 1er juillet 2016, seuls des sacs plastique réutilisables, d'une épaisseur de plus de 50 microns, ou composés d'autres matières que le plastique (papier, tissu...) peuvent être distribués en caisse, que ce soit à titre gratuit ou onéreux. La loi est plus stricte depuis le 1er janvier 2017, puisque cette interdiction s'applique également aux autres sacs distribués sur les lieux de vente (sacs mis à disposition dans les rayons fruits et légumes, fromagerie ou boucherie par exemple).

Message brouillé

Mais l'association estime dans un communiqué que ces mesures "ne vont pas dans le sens d'une réduction effective de la distribution de produits en plastique à usage unique et ne favorisent pas les systèmes alternatifs comme le vrac". FNE pense notamment aux nouveaux emballages, proposés par exemple dans les supermarchés pour les légumes, qui contiennent toujours des plastiques conventionnels et qui ne sont pas véritablement réutilisables car peu solides.

Autre problème : ces mesures s'attaquent seulement aux articles en matières plastiques "et risquent de favoriser le développement, en substitution, d'articles constitués majoritairement d'autres matières mais munis d'un film plastique (les gobelets en papier par exemple) qui pourraient se retrouver dans le compost".

Contre la pollution

Selon France Nature Environnement, le message est également flou pour les consommateurs qui peuvent penser que les produits et emballages "sont désormais tous biodégradables, compostables et qu'ils peuvent être jetés dans la nature", avec des indications "particulièrement difficiles à interpréter, même pour des publics avertis".

L'objectif de cette loi était de lutter contre la pollution liée à l'époque aux 17 milliards de sacs plastiques consommés chaque année en France et 8 milliards abandonnés dans la nature au sein de l'Union européenne.

 
0 commentaire - Un an après, bilan mitigé pour l'interdiction des sacs plastique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]