Un salarié sur quatre aurait déjà souffert d'une dépression ou d'un "burn out"

Un salarié sur quatre aurait déjà souffert d'une dépression ou d'un "burn out"

salarié travail cadre

A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 22 octobre 2015 à 16h59

Surcharge de travail, climat social dégradé, menace du chômage... Un salarié sur quatre déclare avoir subi au cours de sa carrière un problème psychologique grave, de type dépression ou burn-out, selon les résultats d'une étude menée cet été par le groupe Cegos, spécialisé dans la formation professionnelle.

"Face à cette montée préoccupante des Risques Psycho-Sociaux, 60% des DRH-RRH déclarent avoir déjà mis en oeuvre des actions de prévention des Risques Psycho-Sociaux, et 50% des actions d'amélioration de la qualité de vie au travail. Pour autant, 16% d'entre eux seulement ont déjà signé un accord d'entreprise sur la question", souligne la responsable formation RH, Virginie Loye, par voie de communiqué.

Un début de reconnaissance légale

Pour tenter d'appréhender et de prévenir le risque de "burn-out", un article de la loi sur le dialogue social votée cet été prévoit un début de reconnaissance de cette maladie professionnelle, qui ne sera toutefois pas "systématique", avait alors prévenu le ministre du Travail de l'époque, François Rebsamen. L'article 27 du texte dispose ainsi que "les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d'origine professionnelle, dans les conditions prévues aux quatrième et avant-dernier alinéas du présent article. Les modalités spécifiques de traitement de ces dossiers sont fixées par voie réglementaire". En outre, le ministère du travail rappelle que "les salariés qui en sont victimes pourront être indemnisés, sur décision de commissions régionales" uniquement.

 
0 commentaire - Un salarié sur quatre aurait déjà souffert d'une dépression ou d'un "burn out"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]