Une année 2015 record pour la finance solidaire

Une année 2015 record pour la finance solidaire

Sophie des Mazery Finansol

A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 30 mai 2016 à 11h25

L'année 2015 aura été ponctuée de records pour le secteur de la finance solidaire. L'encours global de l'épargne a bondi de 23,7% par rapport à 2014, pour atteindre 8,46 milliards d'euros. C'est la meilleure progression jamais enregistrée. "Le dynamisme ne se dément pas depuis 2009, il a été multiplié par 3,5 en six ans", se félicite Sophie des Mazéry, la directrice de l'association Finansol, qui publie ces chiffres lundi. La croissance a été soutenue au niveau de l'épargne bancaire, avec une hausse de plus de 22% de l'encours, à 2,7 milliards d'euros, mais aussi au niveau de l'épargne salariale (+25,6%, 5,2 milliards), et de celle collectée par les entreprises solidaires (+13,5% à 540 millions).

Investissements record

Le chiffre est également historique pour le financement, avec 290 millions d'euros investis en 2015 dans des projets d'utilité sociale et environnementale, soit un taux de croissance de près de 22%. Les trois quarts de cette enveloppe ont permis de financer des associations ou des entreprises à forte utilité sociale ou environnementale, et un quart a permis d'aider des particuliers, en situation d'exclusion bancaire, ou qui ont réalisé des investissements écologiques. Par ailleurs, 31.000 emplois ont été créés ou consolidés l'an dernier, 4.500 personnes relogées, et 50.000 foyers approvisionnés en électricité renouvelable.

Au 31 décembre 2015, la France comptait plus d'un million d'épargnants solidaires. Finansol ambitionne que 1% du patrimoine financier soit investi dans l'épargne solidaire - ce chiffre atteint actuellement 0,19%. L'association a franchi une première étape dans son combat pour une déclinaison solidaire des livrets réglementés, avec le projet de loi Sapin 2 présenté fin mars, qui concerne le LDD. Si les détenteurs le souhaitent, ils pourront consacrer une partie de leur épargne au financement de l'ESS (Economie sociale et solidaire). Et la piste d'un livret A solidaire est également évoquée.

Changer d'échelle

"On a été très heureux d'entendre le président de la République faire cette annonce en janvier", commente Sophie des Mazéry, évoquant un "levier puissant". "Notre projet, c'est que ce soit une partie des dépôts qui aille financer l'ESS. Et pour aller plus loin, ce serait judicieux que demain, les banques, quand elles proposent un livret d'épargne réglementé, indiquent à leurs clients que s'ils choisissent de le rendre solidaire, une partie de leurs intérêts peut être donnée à l'association de leur choix. C'est notre ambition, pour changer d'échelle".

L'assurance-vie fait aussi partie des objectifs majeurs de Finansol. "C'est un défi énorme. Elle représente 35 à 40% du patrimoine financier des Français, alors que l'assurance-vie solidaire ne représente que 2% de l'encours de l'épargne solidaire. Il y a donc d'énormes progrès à faire", admet Sophie des Mazéry. Finansol souhaiterait à terme que chaque compagnie d'assurance vie offre au moins une proposition "solidaire". "Pour commencer, on pourrait imaginer que dans les contrats en UC (unités de compte), qui ont le vent en poupe, il y ait au moins de façon systématique une UC solidaire", avance-t-elle. De quoi sensibiliser et les épargnants et les assureurs à ce type d'actifs.

 
0 commentaire - Une année 2015 record pour la finance solidaire
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]