7 à 8% de baisse à la Bourse de Paris en cas de Brexit ?

7 à 8% de baisse à la Bourse de Paris en cas de Brexit ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 17 juin 2016 à 12h13

Chaque année à l'approche de l'été, Christophe Donay, responsable de l'allocation d'actifs et de la recherche macroéconomique chez Pictet Wealth Management, livre à la presse ses prévisions pour le second semestre. Dans un monde désynchronisé, avec des politiques monétaires et budgétaires divergentes, une tentative de "resynchronisation" du cycle économique semble avoir lieu via la consommation des ménages. Les gouvernements semblent en effet avoir la même volonté de renforcer la demande intérieure, ce qui est une bonne chance pour l'économie mondiale, dont la croissance est toujours attendue à 3,2% cette année.

Aux Etats-Unis, la maison de gestion helvète anticipe toujours une croissance de 1,8% en 2016, stimulée par la consommation privée. Le cycle de crédit continue à soutenir la demande domestique alors que 2.700 milliards de dollars de nouvelle dette ont été créés outre-Atlantique depuis 2010. Une grande partie de cette dette est néanmoins destinée aux entreprises et à leurs programmes de rachats d'actions. Alors que l'inflation reste limitée, l'expert table sur une seule hausse de taux de la Fed cette année, avant sans doute plusieurs augmentations en 2017.

En Europe, la situation est à peu près la même qu'aux Etats-Unis, à savoir que la croissance repose entièrement sur la demande intérieure. Le cycle du crédit a également redémarré, mais à l'inverse des Etats-Unis, il profite principalement aux ménages. Là également, Pictet envisage d'une croissance de 1,8% (hors Brexit).

Sur les marchés financiers, des trois grands risques "traditionnels" pouvant perturber ces derniers, le risque politique est clairement celui qui apparait le plus important à quelques jours du referendum sur le Brexit en Grande-Bretagne, mais également à quelques mois des élections en Espagne et aux Etats-Unis. Les risques économiques, tels qu'une récession, semblent aujourd'hui écartés, y compris en Chine où le gouvernement pilote une croissance de 6,5%. Aucun risque systémique (subprime, crise de la zone euro), n'apparait également aujourd'hui prédominant.

Concernant plus précisément le Brexit, Christophe Donay explique qu'en cas de vote favorable à une sortie de l'UE du Royaume-Uni, il faudra attendre de connaître la forme que prendra la sortie. Les conséquences étant plus ou moins fortes selon le schéma adopté (modèle suisse, norvégien ?). L'économie britannique ne sera en tous cas pas épargnée par une sortie de l'UE. La devise britannique, la livre sterling, déjà sous forte pression depuis quelques jours, pourrait de son côté tomber vers la barre des 1,20 face au dollar, ce qui ne serait pas sans conséquence sur l'inflation dans le pays. Enfin, un tel événement ne serait évidemment pas neutre sur les marchés actions puisque l'expert anticipe une chute de la place londonienne d'environ 12% par rapport aux niveaux actuels. Pour les bourses de la zone euro, le Brexit pourrait faire reculer les indices de 7 à 8% supplémentaires. A l'inverse, en cas de "Bremain", les marchés actions devraient rapidement récupérer leurs pertes récentes.

 
0 commentaire - 7 à 8% de baisse à la Bourse de Paris en cas de Brexit ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]