Airbus : le nombre de suppressions de postes sera connu ce mardi

Airbus : le nombre de suppressions de postes sera connu ce mardi©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 28 novembre 2016 à 21h04

La réorganisation du groupe Airbus, annoncée fin septembre, franchira une étape cruciale ce mardi. Le Comité européen du constructeur européen d'avions doit en effet se réunir de 10h00 à 12h30 au siège de Blagnac, près de Toulouse, afin de détailler les suppressions d'emplois entraînées par la fusion d'Airbus SAS avec Airbus group.

Les suppressions de postes viseraient principalement la France et l'Allemagne, selon les syndicats, qui craignent entre 780 postes perdus (selon la CFTC) et plus de 1.300, selon la CFE-CGC, le deuxième syndicat du groupe. Quatre comités d'entreprise ont déjà été organisés depuis octobre, dans les différentes branches concernées.

Simplifier la structure et rationaliser les fonctions support

Les syndicats craignent notamment une forte réduction de voilure, voire une fermeture, du site francilien de Suresnes (Hauts-de-Seine), qui emploie 650 personnes. Le site allemand d'Ottobrunn, près de Munich, devrait lui aussi être impacté, selon les syndicats, et dans une moindre mesure le site de Marignane près de Marseille.

Airbus a annoncé le 30 septembre un projet de réorganisation passant par la fusion entre Airbus SAS et Airbus Group, afin de simplifier la structure et de rationaliser les fonctions support. A cette occasion, Fabrice Brégier sera intronisé numéro deux du groupe, aux côtés de Tom Enders.

Par ailleurs, Airbus Helicopters, également situé à Marignane, a de son côté lancé fin octobre un plan distinct de suppression de 582 postes, via un plan de départs volontaires. Le fabricant d'hélicoptères fait face à une chute de la demande dans le secteur pétrolier et gazier et aux conséquences de l'accident mortel d'un Super Puma en avril en Norvège.

 
5 commentaires - Airbus : le nombre de suppressions de postes sera connu ce mardi
  • avatar
    audeladesapparences -

    réponse à papyjjds1 : il faudra avoir le courage de donner votre avis sur les fonctionnaires de "fainéants" quand vous irez vous faire soigner à l'hôpital ou quand vous n'aurez plus d'électricité à cause des intempéries. D'autres, plus respectueux, devront être pris en charge avant vous. Pauvre beauf !!!

  • avatar
    audeladesapparences -

    avec dix ans de commandes d'avance et des milliards de bénéfices. Voilà le résultat de la politique libérale depuis 40 ans droite et pseudo gauche confondues ... tout pour les actionnaires et le medef. Mais attendez le pire : fillon veut supprimer le PRINCIPE DE PRECAUTION : les entreprises ne respecteront plus ni l'environnement ni la santé des gens. On a les gouvernants qu'on mérite !!!

  • avatar
    le-vent-emporte -

    D'aucun dirait que " ça va mieux " ....

  • avatar
    languedevip -

    Devenez fonctionnaires n'allez pas dans le privé sécurité d'emploi ,souvent travail bien moins fatiguant , retraite dans la forme de l'âge etc etc Il fait etre ... pour aller dans le privé et se tuer au boulot

    avatar
    audeladesapparences -

    vous avez une méconnaissance totale du statut des fonctionnaires ! les contractuels sont pratiquement aussi nombreux que les titulaires : ils sont virés avant les vacances pour ne pas être payés ! n'ont pas droit au chômage et N ONT PAS LA SECURITE DE L EMPLOI DU TOUT PUISQUE L ETAT PEUT RECONDUIRE UN CONTRACTUEL SIX SEPT FOIS ALORS QUE DANS LE PRIVE CE SERAIT INTERDIT.

  • avatar
    languedevip -

    Mais l'autre dit ca va mieux pourtant on ne voit que toujours " suppression de poste " jamais création sauf chez les fonctionnaires ??????????? Mais le privé donc ceux qui exportent et rentrent des devises RIEN

    avatar
    papyjjds1 -

    C'est normal que dirait le président normal en France il n'y en a que pour les fainéants donc fonctionnaires qui ne rapporte ... que des grèves ....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]