Alstom face à la rumeur d'un mariage Bombardier Siemens

Alstom face à la rumeur d'un mariage Bombardier Siemens©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 12 mai 2017 à 10h07

La situation pourrait se corser dans l'industrie ferroviaire pour Alstom, si ses deux principaux rivaux, Siemens et Bombardier, unissent leurs forces comme le laissent penser les rumeurs. Hier, l'Agence Bloomberg a révélé que l'allemand et le canadien ont entamé des discussions qui en seraient à un stade relativement avancé. L'existence de contacts a été confirmée par l'Agence Reuters un peu plus tard. Les bruits de couloirs sont fréquents dans le secteur, car les principaux acteurs sont peu nombreux et qu'ils savent qu'ils vont bientôt être confrontés à une concurrence chinoise d'envergure, avec la création du conglomérat CRRC en 2015.

Un mariage entre Siemens et Bombardier risque de poser pas mal de problèmes en matière de concurrence. Mais une chose est sûre, les lignes sont en train de bouger dans le secteur, sans mauvais jeu de mots. En mars, la rumeur a circulé que Bombardier lorgnait la part de 28% détenue par Bouygues dans Alstom. Mais le groupe de BTP avait démenti. Le marché du ferroviaire comprend trois grands acteurs occidentaux, Bombardier, Alstom et Siemens, ainsi que deux asiatiques, Hitachi et CRRC. Des industriels régionaux de taille plus modeste sont aussi présents. Il n'est pas rare de voir deux acteurs collaborer sur de gros contrats. C'est ponctuellement le cas d'Alstom et Bombardier par exemple, comme ce fut récemment le cas avec le contrat STIF de RER.

Une consolidation positive mais difficile

Pour Morgan Stanley, une consolidation sectorielle serait pertinente, car les entreprises européennes ont un souci de taille pour lutter contre le géant CRCC. Un ticket Bombardier / Siemens Mobility pourrait représenter un acteur à 10 milliards d'euros (Alstom pèse 6,2 MdsE actuellement) et un chiffre d'affaires de l'ordre de 14 MdsE... qui resterait deux fois moins important que celui du nouvel ogre chinois. Lors de sa création, CRCC n'a pas vraiment été embêté par les autorités antitrust de son pays. Cela risque d'être plus compliqué en Europe pour une alliance Bombardier / Siemens, Alstom / Siemens ou Bombardier / Alstom, puisque tous ces scénarios ont été examinés par le passé.

A la Bourse de Paris, Alstom reprend 1% ce matin à 28 euros, après avoir chuté de 2,8% la veille à l'annonce des rumeurs de discussions entre ses rivaux.

 
51 commentaires - Alstom face à la rumeur d'un mariage Bombardier Siemens
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]