Asie : dans le rouge pour terminer la semaine

Asie : dans le rouge pour terminer la semaine©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 19 février 2016 à 08h05

La tendance est à la baisse en Asie pour finir la semaine, dans le sillage de la consolidation des Bourses américaines qui ont terminé en recul jeudi soir, sur des prises de bénéfices après trois séances de vif rebond... Les cours du pétrole ont corrigé leur récent sursaut de 20% après une mise au point de l'Arabie saoudite et une nouvelle hausse des stocks de pétrole aux Etats-Unis. Les replis sont cependant modérés, même si la Bourse de Tokyo recule de 1,42% et Jakarta cède 1%, Shanghai limite son retard à -0,7%, Singapour perd 0,2%, Bombay -0,10% et Hong Kong -0,5%. Seule la Bourse de Séoul monte de 0,4%...

Du côté des devises, le dollar a de nouveau progressé face à l'euro, qui a cédé 0,2% à 1,1115$, après que les Minutes de la BCE ont confirmé la volonté de la banque centrale européenne de renforcer en mars son arsenal de lutte contre les risques de déflation.
Dans son compte-rendu, la BCE a estimé que la zone euro connaissait toujours une reprise économique "modeste", mais a noté que "les risques baissiers ont de nouveau augmenté depuis le début de l'année sur fond d'incertitude accrue sur les perspectives de croissance des économies émergentes, de volatilité des marchés financiers et de risques géopolitiques". Sur le front de l'inflation, certains signes montrent que la baisse des prix de l'énergie pourrait se répercuter sur ceux d'autres biens et services, précise l'institution européenne. "Une croissance plus faible qu'attendu des salaires, conjuguée au recul des anticipations d'inflation, pourrait aussi suggérer des risques accrus d'effets de second tour", a encore souligné la BCE.
Lors de sa conférence du 21 janvier, le président de la BCE, Mario Draghi, avait estimé que l'évolution des prix pourrait passer en territoire négatif début 2016, et avait assuré qu'"il n'y a pas de limites" à l'utilisation des instruments de politique monétaire à la disposition de l'institution...

Le baril de brut rechute

Le cours du pétrole a connu une nouvelle journée agitée avec un baril de brut léger WT qui a fini à 30,55$, après une l'annonce d'une nouvelle forte hausse des stocks hebdomadaires de pétrole aux Etats-Unis. En outre, l'Arabie saoudite a affiché jeudi son refus de baisser sa production pétrolière, douchant les espoirs de réduire rapidement le déséquilibre actuel entre l'offre, excédentaire, et la demande mondiale...
Les prix du pétrole, qui ont perdu 70% depuis la mi-2014, "seront déterminés par l'offre et la demande, et par les forces sur le marché", a ainsi affirmé ministre des Affaires étrangères saoudien, Adel al-Jubeir, dans une interview exclusive à l'agence 'AFP'. Il a ajouté que l'Arabie saoudite n'était "pas prête à réduire sa production"...

Rappelons que l'Arabie saoudite, chef de file de l'Opep et 2ème producteur mondial après les Etats-Unis, a signé mardi à Doha au Qatar, un accord avec la Russie pour geler sa production de pétrole à son niveau de janvier 2016. Mais il n'est donc clairement pas préparé à aller au-delà de cette concession...
"Si les autres producteurs veulent limiter ou s'accordent à geler (...), cela peut avoir un impact sur le marché, mais l'Arabie saoudite n'est pas prête à réduire sa production", a commenté Adel al-Jubeir. Le royaume saoudien "va défendre sa part de marché, nous l'avions déjà dit", a-t-il insisté.

La Fed s'inquiète...

Sur le plan macro-économique, les statistiques américaines du jour se sont révélées plutôt solides. Le nombre de nouveaux demandeurs d'emploi a diminué plus que prévu la semaine dernière, au plus bas depuis trois mois. D'autre part, l'indice des indicateurs avancés du Conference Board s'est replié en février, mais dans des proportions conformes aux prévisions et moins fortement qu'en janvier... De quoi aider le dollar à remonter. Pourtant, la Réserve fédérale américaine s'est montrée plutôt inquiète des effets négatifs des turbulences actuelles et du ralentissement de l'économie chinoise sur la croissance américaine... Dans les "Minutes" de la dernière réunion des 26 et 27 janvier, les membres du Comité monétaire de la Fed se sont alarmés de la chute des cours des matières premières et des Bourses mondiales, qui posent selon eux des risques accrus pour la croissance américaine. Les participants ont jugé que les implications de ces développements pour l'activité économique américaine "ne sont pas claires", mais ils se sont accordés pour dire que "l'incertitude a augmenté", selon le compte-rendu. "Beaucoup d'entre eux ont considéré que ces développements accroissaient les risques baissiers sur les prévisions" économiques...

 
0 commentaire - Asie : dans le rouge pour terminer la semaine
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]