Asie : début de semaine prudent mais ferme

Asie : début de semaine prudent mais ferme

Spéculation bourse asie marché asiatique

A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 12 octobre 2015 à 08h14

Début de semaine prudent mais encore ferme en Asie, alors que les marchés vont devoir confirmer leur vive remontée de la semaine passée, à commencer par Wall Street où les principaux indices ont rebondi de l'ordre de 3%... Les déclarations des responsables de la Fed risquent de continuer de souffler le chaud et le froid au sujet du calendrier de la hausse des taux. En attendant, Seoul est stable avec Bombay, Shanghai remonte de 2,8% et Hong Kong prend 1%...
Vendredi à la clôture, le Dow Jones a fini en hausse de 0,20% à 17.084 points, et a rebondi de 3,7% sur une semaine, tandis que l'indice large S&P 500 a grappillé 0,07% à 2.015 points, inscrivant un saut hebdomadaire de 3,3%. Quant au Nasdaq, il a terminé en hausse de 0,41% à 4.830 points et a repris 2,6% en 5 séances. L'indice S&P 500 a ainsi regagné 5% depuis début octobre et est remonté de près de 8% depuis son point bas annuel de la fin août.

Chaud et froid de la Fed

Les marchés restent à l'écoute des informations en provenance de la Fed... La semaine dernière, la publication des Minutes de la réunion des 16 et 17 septembre a confirmé l'inquiétude de la banque centrale face au ralentissement de l'économie mondiale. La majorité des investisseurs ne s'attend donc plus désormais à un relèvement des taux avant la réunion de mars 2016 de la Fed... Cependant, la politique de la banque centrale US reste peu lisible pour les marchés, ses membres exprimant publiquement des opinions divergentes sur la question depuis quelques temps...

Ainsi, le No2 de la Fed, Stanley Fischer, a estimé dimanche que la banque centrale pourrait augmenter ses taux d'intérêt avant la fin de l'année. Dans un discours prononcé à Lima (Pérou) lors des réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale, M. Fischer a cependant précisé que ces propos étaient une "prévision" et pas une "promesse"... Pour le vice-président de la Fed, "les effets des récents développements" économiques internationaux, notamment le ralentissement chinois et la volatilité sur les marchés financiers, ne devraient pas "être suffisamment importants pour avoir un impact significatif sur le cours de la politique monétaire américaine".

Vendredi, le président de la Fed de New York William Dudley avait répondu à la chaîne 'CNBC' qui lui demandait s'il faisait partie de ceux qui prônaient une hausse des taux avant décembre : "si je me base sur mes projections économiques, oui j'en suis... Mais ce n'est pas un engagement, cela se fonde sur mes attentes quant à l'évolution de l'économie".
Par ailleurs, Dennis Lockhart, le président de la Fed d'Atlanta, a lui aussi déclaré "qu'une décision sur un relèvement des taux d'intérêt plus tard cette année (...) en octobre ou décembre est appropriée".
En revanche, Charles Evans, patron de la Fed de Chicago, a recommandé d'être "extra-patient" avant de relever les taux... Rappelons que les prochaines réunions du Comité monétaire sont prévues les 27 et 28 octobre et les 15 et 16 décembre.

Pétrole sous surveillance

Pendant ce temps, sur les marchés, les cours du pétrole ont refranchi la barre des 50$ le baril de brut WTI, pour la première fois depuis la fin juillet, avant de revenir un peu en dessous de ce seuil (49,80$) et à 53$ sur le Brent ce lundi matin. Le cours de l'or noir a regagné plus de 10% en l'espace de 6 séances, et 23% depuis le 25 août dernier, sous l'effet d'anticipation de résorption de la surproduction et des vives tensions au Moyen-Orient.

Le ministre de l'Energie du Qatar, Mohammed ben Saleh al-Sada, a estimé que les cours du pétrole avaient désormais touché un niveau plancher, et que des signes suggèrent qu'une reprise interviendra en 2016. Par ailleurs, à Koweit City, le secrétaire général de l'Opep, Abdallah el-Badri s'est dit confiant "dans le fait que le marché sera davantage équilibré en 2016".

Cette semaine, les marchés surveilleront par ailleurs la publication de nombreux résultats du troisième trimestre, dont les bancaires US qui seront en vedette avec JP Morgan Chase mardi, Bank of America et Wells Fargo mercredi, puis Citigroup, Goldman Sachs, Morgan Stanley et US Bancorp jeudi. Outre les banques, les acteurs de marché devront également digérer les résultats trimestriels de Johnson & Johnson (mardi), d'Intel (mardi), de Netflix (mercredi) et de General Electric (vendredi).

 
0 commentaire - Asie : début de semaine prudent mais ferme
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]