Asie : le rouge l'emporte malgré Wall Street

Asie : le rouge l'emporte malgré Wall Street

Après une période d'hésitation, les bourses asiatiques repartent à la hausse, à l'exception de l'indice Nikkei.

A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 23 février 2016 à 07h56

La région Asie-Pacifique se fait plus hésitante ce mardi matin, malgré la poursuite de la remontée de Wall Street lundi soir, dans le sillage d'un nouveau rebond de plus de 6% des cours du pétrole... Shanghai reperd 1,7%, la Bourse de Tokyo cède 0,37%, Hong Kong et Séoul redonnent 0,10%. Ailleurs, Bombay glisse de 1%, Sydney recule de 0,35% et Jakarta de -0,7%. Seule la bourse de Singapour termine dans le vert, en hausse de 0,5%.
Hier soir, l'indice Dow Jones a fini en hausse de 1,4% à 16.620 Points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 1,45% à 1.945 points, au plus haut depuis 6 semaines. Le Nasdaq composite a gagné 1,47% à 4.570 points. La semaine dernière, les trois indices US avaient déjà grimpé respectivement de 2,6%, 2,8% et 3,8%, réduisant leurs pertes depuis le début de l'année à 4,5% (Dow Jones), -4,7% (S&P 500) et -8,6% (Nasdaq).

Sur le marché des changes, le dollar s'est apprécié face aux principales devises, notamment la livre sterling, qui a perdu 1,8% à 1,4146$ sur fond de craintes d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. L'euro a cédé près de 1%, revenant à 1,1040$ ce mardi matin, alors que les spéculations grandissent sur un nouveau geste fort d'assouplissement monétaire de la BCE, le 10 mars prochain... Ces attentes ont été renforcées par la publication, lundi, d'un indice PMI Flash Markit Composite en net repli à 52,7 contre 53,6 en janvier dans la zone euro, au plus bas depuis janvier 2015.

Les cours du pétrole en question

Aux Etats-Unis également, l'indice flash PMI manufacturier de Markit est ressorti à 51 en février, contre 52,5 attendu par le consensus, et 52,4 en janvier... Des chiffres qui font penser que la Fed ne se pressera pas de relever ses taux directeurs une nouvelle fois... Une majorité de traders s'attendent ainsi à un statu quo lors de la prochaine réunion, les 15 et 16 mars. Plus tard dans la semaine, est attendue la publication du PMI des services (mercredi) ainsi que du PIB du 4ème trimestre 2015 (2ème lecture). Plusieurs membres de la Fed s'exprimeront en public, dont le vice-président Stanley Fischer, ce mardi...
En attendant, le pétrole souffle ce matin après son sursaut d'hier, sur les 32,85$ le brut léger américain WTI, tandis que le Brent revient à 34,15$. L'accord de Doha, conclu le 16 février entre l'Arabie saoudite et la Russie en vue de geler leur production pétrolière à son niveau de janvier, devrait être signé par un certain nombre d'autres pays producteurs, ce qui pourrait aider à résorber progressivement l'excédent actuel de la production mondiale... Le Qatar et le Venezuela ont donné leur accord, le Nigeria réfléchit, et l'Iran a donné son feu vert de principe, tout en soulignant sa "situation spéciale" liée à la fin de l'embargo sur ses exportations... Le vice-ministre iranien du pétrole ainsi affirmé samedi que Téhéran comptait augmenter sa production de brut de 700.000 barils par jour "dans un proche avenir".

L'AIE temporise...

Malgré les divisons persistantes, le fait qu'un dialogue soit en cours entre pays producteurs, après des mois de silence, montre leur volonté de stopper l'effondrement des cours. Ces derniers sont tombés jusqu'à 26,21$ le 11 février dernier, au plus bas depuis 12 ans pour le baril de WTI. Même si les experts de l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) ne voient pas le cours du pétrole se redresser significativement avant 2017 au plus tôt, ils estiment que s'il pouvait au moins se stabiliser, les marchés mondiaux pourraient retrouver un peu de sérénité...

 
0 commentaire - Asie : le rouge l'emporte malgré Wall Street
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]