Asie : questions en suspens

Asie : questions en suspens

Spéculation bourse asie marché asiatique

A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 05 octobre 2016 à 07h55

Après deux séances de hausse, la tendance est plus hésitante dans la zone Asie-Pacifique ce mercredi... La Bourse de Tokyo gagne encore 0,5% avec Hong Kong, suivi de Shanghai en progression de 0,2%, mais Singapour recule de 0,1% avec Seoul et Bombay, Sydney perd 0,6% et Jakarta -1,2%. La politique monétaire des banques centrales a repris le devant de la scène, après des déclarations de certains membres de la Fed plaidant pour une hausse rapide des "fed funds". En outre, en Europe, des responsables de la BCE réfléchiraient à réduire les achats d'actifs à partir de mars 2017, selon des sources citées par 'Bloomberg'...
Les valeurs bancaires sont toutefois plus stables dans le sillage de la Deutsche Bank, alors que les négociations se poursuivent pour fixer le montant de l'amende infligée par les Etats-Unis à la première banque allemande.

Sur le marché des changes, la livre sterling a continué de baisser, tombant à son plus bas niveau depuis 31 ans face au dollar, à 1,2730$. Face à l'euro, la monnaie britannique pointe à 1,1355 euro, proche de son plus bas niveau depuis 3 ans. L'euro remonte un peu à 1,1205$ après avoir touché un point bas à 1,1135$ en séance hier soir...

Les "faucons' de la Fed...

Le président de la Fed de Richmond, Jeffrey Lacker, a affirmé mardi que la Fed devrait adopter une stratégie de hausse des taux avant que l'inflation ne s'emballe outre-Atlantique, comme cela s'était produit en 1994... Selon lui, une "action préemptive prudente peut aider à éviter d'aboutir à une situation imprévisible, qui nous obligerait à prendre des mesures plus radicales".
Dès lundi soir, la présidente de la Fed de Cleveland, Loretta Mester, avait déjà estimé pour sa part que l'économie américaine était mûre pour un nouveau resserrement monétaire... Interviewée par l'agence 'Bloomberg', Mme Mester, qui a voté en faveur d'une hausse lors de la dernière réunion monétaire de septembre, a même ajouté qu'il ne fallait pas exclure un tour de vis dès la réunion des 1er et 2 novembre... Or, le marché écartait jusqu'ici toute action de la Fed à quelques jours de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre, et tablait plutôt sur une hausse des taux à l'issue de la réunion des 13 et 14 décembre...

Ces propos interviennent alors que le FMI a réduit mardi ses prévisions de croissance pour les Etats-Unis. Le fonds monétaire international n'attend plus que 1,6% de croissance (contre 2,2% en juillet) cette année, puis +2,2% en 2017 (contre +2,5%). Le FMI a en outre mis en garde une nouvelle fois les dirigeants mondiaux contre les tentations protectionnistes.

La BCE plus prudente

Un autre motif d'inquiétude est venu d'Europe, où la BCE semble réfléchir à réduire ses interventions plutôt que de les accroître, comme l'espéraient de nombreux investisseurs... Selon des sources anonymes citées par 'Bloomberg', la BCE envisagerait ainsi de sortir du "QE" en réduisant de 10 MdsE par mois ses rachats d'actifs, qui sont actuellement de 80 MdsE par mois... Cette réduction pourrait intervenir avant même la fin du programme actuel, prévue fin mars 2017. Mais il n'est toutefois pas exclu de prolonger ce programme à son niveau actuel si la situation économique l'exige, ont précisé ces sources...

Sur le marché pétrolier, les cours du brut WTI restent fermes, après avoir bondi de 10% depuis une semaine, sous l'effet de l'accord entre les membres de l'Opep pour réduire leur production d'environ 750.000 barils par jour... Le cours du baril WTI pointe à 49,15$ et le Brent à 51,30$, toujours au-dessus de la barre symbolique des 50$.

 
0 commentaire - Asie : questions en suspens
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]