Banques : l'inquiétude monte encore d'un cran sur Deutsche Bank !

Banques : l'inquiétude monte encore d'un cran sur Deutsche Bank !

Deutsche Bank logo

Boursier.com, publié le jeudi 29 septembre 2016 à 21h27

L'état de santé de Deutsche Bank est revenu hanter les marchés financiers jeudi soir, faisant chuter le secteur bancaire à Wall Street. Peu avant la clôture des marchés européens, l'agence 'Bloomberg' annonçait que la première banque allemande a perdu des clients dans la compensation de produits dérivés. Ces clients, des fonds d'investissement spéculatifs ("hedge funds") auraient retiré cette semaine à Deutsche Bank une partie de leurs opérations de compensation de produits dérivés pour les confier à d'autres banques. Or, la première banque allemande est l'un des plus gros acteurs mondiaux sur ce marché de la compensation des produits dérivés.

Les cours des bancaires en nette baisse à New York jeudi soir

Cette information, basée sur un document interne que s'est procuré 'Bloomberg', doit toutefois être relativisée : sur 200 fonds clients dans la compensation de produits dérivés, seule une dizaine d'entre eux ont retiré à Deutsche Bank une partie de leurs activités.

Cela a cependant suffi à déclencher un nouveau vent de panique sur les valeurs bancaires à Wall Street jeudi soir, un mouvement qui pourrait s'étendre en Europe vendredi. Le titre (ADR) Deutsche Bank a ainsi plongé de 6,8% à 11,46$ en séance sur le Nyse dans un volume record, tandis que les actions de Goldman Sachs (-2,7%), JP Morgan Chase (-1,6%), Bank of America (-1,3%) et Wells Fargo (-2%) ont également bu la tasse.

L'ADR de la banque française Société Générale coté à Wall Street a cédé jeudi soir 4,2%, alors qu'à la clôture de Paris, le titre SocGen avait reculé de seulement 0,5%. A la clôture de Francfort, le titre Deutsche Bank avait gagné 1% à 10,88 euros. Il a néanmoins abandonné plus de 50% depuis le début de l'année et évolue près de son plus bas historique, atteint la semaine dernière à un peu plus de 10 euros.

Une amende géante de 14 Mds$ infligée aux Etats-Unis

Le 20 septembre dernier, le quotidien allemand "Handelsblatt" avait écrit que plus de 20 MdsE de fonds sous gestion auraient été retirés de Deutsche Bank au cours du premier semestre, dont près de 7 MdsE en Allemagne.

La plus grande banque allemande, qui gère près de 2.000 milliards d'euros d'actifs (soit plus de la moitié du PIB allemand) s'est engagée depuis un an dans un vaste plan de restructuration destiné à renforcer son bilan et à réduire son profil de risque. Ce plan prévoit notamment de supprimer 9.000 postes (9% de ses effectifs) et de diminuer sa taille en sortant notamment d'une dizaine de pays.

En septembre, la banque a encaissé un coup très dur lorsque la justice américaine lui a imposé une amende géante de 14 milliards de dollars (12,5 MdsE) pour solder son rôle lors de la crise des crédits "subprimes" de 2008. Ce montant est quasiment équivalent à la capitalisation boursière de "DB", qui est tombée autour de 15 MdsE...

L'Etat allemand dément préparer un plan de sauvetage

Même si le montant de cette amende devrait être négocié à la baisse, de nombreux analystes estiment que la banque allemande (déjà l'une des moins bien capitalisées d'Europe) devra lever des capitaux frais sur le marché, voire recourir à une aide d'Etat pour faire face à cette sanction judiciaire. Dans les deux cas, les actionnaires actuels (dont les fonds souverains du Qatar avec 9%) verraient leurs participations fortement diluées... Des rumeurs ont circulé ces derniers jours dans la presse sur un projet de plan de soutien par l'Etat allemand, mais le gouvernement a jusqu'ici formellement démenti une telle hypothèse.

Avant de lever des capitaux, Deutsche Bank devrait aussi accélérer les cessions d'actifs, ce qu'elle a déjà commencé à faire en vendant mercredi l'assureur-vie britannique Abbey Life Insurance à Phoenix Group Holdings, pour 1,1 milliard d'euros. L'établissement pourrait également céder son unité de gestion d'actifs DWS, valorisée à plusieurs milliards, même s'il s'agit d'un de ses plus beaux fleurons. La banque pourrait aussi procéder à une nouvelle opération de titrisation de prêts aux entreprises afin de se décharger du risque pesant sur ces prêts.

Deutsche Bank est la banque systémique la plus risquée, selon le FMI !

Les déboires de Deutsche Bank ont eu un effet négatif considérable sur l'ensemble du secteur bancaire, dans la mesure où l'établissement est considéré comme "systémique". Une perte de confiance des autres acteurs financiers pourrait même entraîner, par effet domino et dans le pire des cas, une faillite à la Lehman Brothers, la banque d'affaires dont la chute avait déclenché la crise financière mondiale en septembre 2008. La plupart des observateurs excluent cependant un tel scénario noir, estimant que ni l'Allemagne, ni la BCE, ne peuvent se permettre de laisser sombrer l'un des fleurons de la banque du Vieux Continent...

Fin juin, une étude du FMI avait jugé que Deutsche Bank était la banque la banque "systémique" la plus risquée, c'est-à-dire la plus susceptible de provoquer des dommages à tout le secteur, en raison de son interdépendance avec de nombreuses entreprises.

Les liens de la Deutsche Bank avec les plus grandes banques mondiales en font le principal facteur de risque pour le système financier dans son ensemble, avait ainsi mis en garde le Fonds monétaire international. En outre, cet été, une filiale américaine de Deutsche Bank a été l'un des rares établissements à échouer aux tests de résistance ("stress tests") menés par la Réserve fédérale.

 
3 commentaires - Banques : l'inquiétude monte encore d'un cran sur Deutsche Bank !
  • avatar
    Histo -

    ce n'est rien,
    car l'Allemagne travaille et possède un commerce-excédentaire,
    ce pays a des sous et peut facilement payer,
    le gouvernement-allemand peut même lâcher cette banque et en créer une autre Deutsche Bank,
    c'est dire.. si ces quelques Milliards d'Euros sont insignifiants outre-Rhin.

  • avatar
    pigeonxxl38 -

    et bien alasoupe moi le pigeonxxl de ma banque bien aimé , bien plumé et nickel chrome astiqué "pour vous etre utile" c'est son dernier slogan en m'attirant sur la bourse , depuis l'année 1999 correspondant avec l'arrivée au directoire d'un dangereux pied nickelé , ils avaient craché dans la soupe et c'est devenu la soupe a la grimace que je dois avalé , en conséquence par expérience je ne vous recommande vraiment pas cette banque elle peut financièrement vous empoisonner ! si l'inquiétude est montée d'un cran sur cette grande banque outre Rhin , il y en a 2 de ce coté du Rhin la grande sœur et la petite sœur dont l'inquiétude est peut etre montée de plusieurs crans !

  • avatar
    alasoupe -

    Encore un géant aux pieds d'argile.... Tout n'est pas assaini dans le secteur bancaire, qui joue encore beaucoup avec l'argent des autres ! Bref pour réduire le profil de risque , il faut supprimer 9000 emplois. Elle est pas simple la solution ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]