Berenberg reste à l'écart de Michelin

Berenberg reste à l'écart de Michelin

Logo Michelin

Boursier.com, publié le mardi 22 novembre 2016 à 11h02

Michelin est la valeur que Berenberg apprécie le moins parmi les pneumaticiens. Le bureau d'études a démarré ce matin le suivi sur une recommandation à la vente et un objectif de 80 euros, alors que le titre cote proche des 98 euros. Pourquoi tant de haine ? L'analyste Paul Kratz reproche au groupe clermontois de ne pas être parvenu au cours des quatre ou cinq dernières années à réaliser d'importantes économies de coûts, à l'inverse d'un concurrent comme Goodyear. Dans un contexte d'inflation permanente des coûts, c'est un problème. Kratz doute d'ailleurs de la capacité de Michelin à réaliser des économies nettes d'inflation d'ici 2018. L'autre problème soulevé par l'analyste est la proportion excessive d'employés en production dans des pays à coûts élevés. Il l'explique par des actifs manquant de taille critique, car Michelin dispose de sites plus petits qui pourraient être moins productifs que ceux d'un Continental ou d'un Nokian.

L'analyste doute par ailleurs du levier sur les marges des pneumatiques de spécialités. Il est par exemple sceptique sur le potentiel dans le secteur minier, où les dépenses d'investissement se réduisent. Après la fin du déstockage, il n'est pas impossible que le marché connaisse une vive reprise, mais elle ne se prolongera pas. A cela s'ajoute le bénéfice de contrats de long terme qui pourraient ne pas être aussi favorables, au niveau des marges, lorsqu'ils seront renouvelés par le groupe. Enfin dans la division véhicules légers, la croissance s'annonce décente pour Michelin, mais les marges ne devraient pas beaucoup progresser d'ici 2018. Pour toutes ces raisons, Berenberg adopte un biais fort prudent et guide ses clients vers Goodyear (achat, objectif 36 dollars) et Nokian Renkaat (achat, objectif 39 euros).

 
2 commentaires - Berenberg reste à l'écart de Michelin
  • avatar
    zp -

    Qui est Berenberg !? Ces agences de notation qui se permettent de juger des entreprises comme Michelin !
    Qui jugera un jour l'utilité de ces agences fossoyeuses de notre économie ??

  • avatar
    BDS -

    Ces analystes sont des financiers et seuls le fric compte à leurs yeux ...

    Michelin, malgré le volume de l'entreprise, reste une entreprise à gestion familiale avec un esprit de famille très développé. Une entreprise humaine !!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]