Bruxelles valide l'entrée de la CDC au capital de RTE

Bruxelles valide l'entrée de la CDC au capital de RTE

EDF logo centrale nucléaire

Boursier.com, publié le lundi 27 mars 2017 à 12h30

La Commission européenne a validé l'opération d'ouverture du capital de RTE au profit de la Caisse des Dépôts et de CNP Assurances. Le régulateur a conclu que l'acquisition envisagée ne soulèverait pas de problèmes de concurrence au regard des chevauchements limités entre les activités d'EDF, CDC et RTE dans le secteur des services d'ingénierie, tandis que les relations verticales entre les parties ne posent pas non plus de problèmes de concurrence dans la production et la fourniture en gros d'électricité, dans les secteurs des services d'ingénierie et de l'équipement électrique. La transaction a été examinée dans le cadre de la procédure normale de contrôle des concentrations.

RTE valorisée 8,2 MdsE

EDF a prévu de céder 49,9% du capital de RTE, le propriétaire du réseau haute et très haute tension français, à la CDC sur la base d'une valorisation globale de 8,2 milliards d'euros (un complément de valeur de 100 ME est possible). L'énergéticien devrait ainsi récupérer environ 4,1 MdsE de cette transaction. En 2015, RTE a réalisé un chiffre d'affaires de 4,6 MdsE avec 501 clients qui sont des négociants en électricité, des gros industriels, des producteurs d'électricité, des entreprises ferroviaires et des distributeurs. La société emploie 8.500 personnes. Le réseau RTE, le plus grand d'Europe, court sur 105.000 km entrecoupé de 1.231 transformateurs et de 2.710 postes électriques. Le groupe dispose de lignes de 400.000, 225.000 vols (très haute tension) et de lignes de 150.000, 90.000 et 63.000 volts (haute tension). Le solde de la participation d'EDF dans la co-entreprise (50,1%) restera affecté au portefeuille d'actifs dédiés destinés à couvrir les charges futures relatives à l'aval de son cycle nucléaire.

 
1 commentaire - Bruxelles valide l'entrée de la CDC au capital de RTE
  • avatar
    SERAFINMEPHISTO -

    BRUXELLES et l ' UE ne doivent plus intervenir dans les compétences qui relèvent des Etats" souverains" ceci étant dit , dans le domaine énergétique une entreprise nationale ou groupe industriel privé ne peut être que seulement producteur et fournisseur. la distribution doit revenir , pour exemple , à une entité indépendante pour les professionnels ou une régie locale et régionale pour les particuliers

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]