Chaude ambiance au Comité de Bâle

Chaude ambiance au Comité de Bâle

Tour 42 City Londres

Boursier.com, publié le vendredi 16 septembre 2016 à 06h27

Un événement singulier est en train de secouer le monde policé de la régulation bancaire. Une fronde serait menée par des régulateurs nationaux contre le Comité de Bâle et sa volonté de durcir la réglementation frappant les établissements financiers. Deux réunions "assez intenses" ont eu lieu la semaine dernière, au cours desquelles plusieurs régulateurs nationaux, notamment italien et allemand, auraient tapé du poing sur la table contre la volonté du comité d'accroître ses exigences prudentielles. "Certains officiels européens sont allés si loin qu'ils ont affirmé qu'ils n'adopteraient pas les propositions actuellement sur la table", révèle Bloomberg, sur le témoignage d'une source bien informée. Jusqu'à présent, seuls les dirigeants de grands groupes bancaires avaient aussi vertement élevé la voix contre les projets du Comité de Bâle, jugeant qu'ils affaiblissent leurs établissements et les empêchent de correctement irriguer l'économie mondiale.

Hors sujet, pour le Comité

Le secrétaire général du Comité, William Coen, a défendu la semaine dernière l'institution devant les attaques des banques redoutant des prérequis en capital encore plus stricts lors du déploiement de la prochaine génération de régulation, d'ores et déjà baptisée "Bâle IV". "Si nous avions la volonté d'accroître les obligations capitalistiques, ce serait bien plus facile que ce que nous sommes en train de déployer", a-t-il expliqué, en ajoutant que la volonté du régulateur est simplement de réduire la variabilité des actifs pondérés au risque en vue de restaurer la confiance dans les ratios prudentiels et les rendre plus fiables.

Le Comité de Bâle a été créé en 1974 par dix pays. Il en compte désormais 27, représentés par leurs régulateurs nationaux, dont les principales économies mondiales. Ses documents ne sont pas juridiquement contraignants mais constituent un standard du secteur et un engagement moral. De surcroît, Bruxelles utilise certaines des conclusions dans ses directives. La réforme en cours, "Bâle III", a démarré le 1er janvier 2013 et doit être totalement achevée le 1er janvier 2019. "Bâle II" date de 2004 et a été amendé en 2009 pour intégrer les effets de la crise financière. Les banques commerciales reprochent au dispositif une forme de surenchère sécuritaire qui pèse sur leur capacité à mener à bien leur mission de financement.

 
0 commentaire - Chaude ambiance au Comité de Bâle
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]