Devises : l'euro cède du terrain après l'emploi américain

Devises : l'euro cède du terrain après l'emploi américain©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 05 février 2016 à 19h53

Le dollar américain s'est repris en fin de semaine face à un panier de devises mondiales, dont l'euro, après la publication d'un recul du taux de chômage aux Etats-Unis sous les 5%, à 4,9% en janvier.

Vendredi soir, l'euro cédait 0,6% à 1,1134$. La devise européenne avait bondi de près de 3% face au dollar mercredi et jeudi, remontant au-dessus de 1,12$, au plus haut depuis la fin octobre 2015.

Le dollar a été plombé par des statistiques américaines mitigées publiés cette semaine (activité manufacturière et des services notamment), qui ont laissé penser que la Fed pourrait ralentir son cycle de hausse des taux directeurs, entamé en décembre dernier.

Le rythme des hausses de salaires s'accélère aux Etats-Unis

Cependant, les chiffres de l'emploi en janvier, publiés vendredi, ont relancé la possibilité d'une nouvelle hausse des taux de la Fed dès le mois de mars, ce qui est de nature à peser sur le cours du dollar...

En effet, même si le nombre de créations d'emploi a diminué le mois dernier (151.000 après 262.000 en décembre), le taux de chômage est retombé sous les 5% à 4,9%, et le salaire horaire moyen a progressé plus que prévu, ce qui est a priori bon signe pour la consommation et l'inflation outre-Atlantique.

Le président des Etats-Unis, Barack Obama, s'est félicité vendredi du retour du chômage sous les 5%, au plus bas depuis 8 ans, et de la hausse des salaires. "Plus important encore, ces progrès commencent enfin à se traduire par une hausse des salaires", a-t-il déclaré.
Le président américain a cependant reconnu que de nombreux américains continuaient d'avoir "des doutes sur l'avenir". Il s'est aussi inquiété du ralentissement chinois : "la Chine est dans une transition. Cela rend les choses plus difficiles, il faut y être attentif".

Dans ces conditions, l'évolution de la paire euro/dollar restera suspendue ces prochaines semaines aux politiques monétaires des banques centrales. En Europe, les dirigeants de la BCE ont clairement indiqué qu'ils prendraient en mars de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire, un facteur qui devrait mécaniquement affaiblir l'euro. Du côté américain, les intentions de la Fed sont moins claires, depuis le déclenchement en janvier de fortes turbulences sur les marchés financiers, qui pourraient ralentir le rythme des hausses.

La BCE prête à prendre de nouvelles mesures en mars, la Fed laisse planer le suspense...

A l'occasion de son tour de vis du 16 décembre dernier (la première hausse des taux directeurs depuis près de 10 ans), la Fed avait laissé entendre qu'elle procéderait à 4 autres gestes du même type en 2016. Mais compte-tenu des incertitudes sur la croissance, bon nombre d'investisseurs ne tablent plus que sur deux, voire sur une seule nouvelle hausse des taux directeurs cette année.

Ils sont ainsi nombreux à parier sur un statu quo de la Fed lors de sa réunion de mars, le temps d'analyser les effets sur l'économie américaine de la crise pétrolière et du ralentissement chinois. Mais la publication des chiffres de l'emploi en janvier a relancé la possibilité d'une nouvelle hausse dès mars. Le retour à la bonne santé du marché de l'emploi est, avec l'inflation, un des principaux indicateurs suivis par la Fed pour guider sa politique monétaire.

 
0 commentaire - Devises : l'euro cède du terrain après l'emploi américain
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]