Devises : l'euro marque le pas depuis l'élection de Macron

Devises : l'euro marque le pas depuis l'élection de Macron©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 10 mai 2017 à 19h59

La victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle française a entraîné des prises de bénéfices sur l'euro, qui avait bondi de 2,5% face au dollar entre les deux tours de l'élection, pour atteindre son plus haut niveau depuis près de 6 mois.

Sur les trois dernières séances, la monnaie unique européenne a cédé 1,2% face au dollar, pour revenir mercredi soir à 1,0868$ (-0,1%). Dans la nuit de dimanche à lundi, l'euro avait brièvement franchi le seuil de 1,10$, avant de se replier sous l'effet de prises de bénéfices, la victoire du candidat d'"En Marche" ayant été largement prise en compte par les cambistes dans les semaines précédentes.

Face au yen, l'euro a nettement moins réagi ces derniers jours, inscrivant une légère progression de 0,2% en trois séances pour atteindre 124,09 yen/euro mercredi soir, ce qui porte toutefois son rebond à environ 8% depuis le 17 avril, peu avant le premier tour de la présidentielle.

Sur les marchés obligataires, l'élection française a confirmé le retour au calme sur l'écart de rendement ("spread") entre les emprunts d'Etat allemand et français à 10 ans. Ce "spread", qui était monté jusqu'à 0,85 point en février face aux risques politiques, s'est désormais nettement réduit, à 0,42 point mercredi soir, traduisant le soulagement après la défaite du FN et de son programme hostile à l'Union européenne. Mercredi soir, le rendement de l'OAT française à 10 ans était fixé à 0,84% (-2 points de base), tandis que celui du Bund allemand, référence de la zone euro, était à 0,42% (-1 pdb).

Mario Draghi reste prudent en matière de lutte contre l'inflation

Mercredi, l'euro n'a pas reçu de soutien dans les dernières déclarations de Mario Draghi. Le président de la Banque centrale européenne (BCE), qui s'exprimait devant le parlement néerlandais, a estimé qu'il était encore trop tôt pour crier victoire sur l'inflation, même si des signes tangibles d'amélioration sont apparus ces derniers mois.

"Les pressions inflationnistes sous-jacentes restent contenues", a souligné M. Draghi, et "doivent encore faire la preuve d'une tendance haussière convaincante" pour atteindra durablement un niveau proche des 2%, qui constitue l'objectif de la BCE. Dans ces conditions, le banquier central a jugé que le maintien de la politique monétaire actuelle très accommodante restait nécessaire. Cette perspective de taux toujours très bas (voire négatifs pour le taux de dépôt de la BCE) n'est pas de nature à renforcer l'euro, dont l'ascension du mois d'avril est davantage à mettre au crédit de facteurs politiques.

Il reste qu'à ce jour, la devise européenne a progressé de plus de 3% depuis le début de l'année face au dollar, ce qui ne fait pas forcément l'affaire des entreprises exportatrices de la zone euro. Face au yen, la hausse de l'euro cependant est moins marquée, de l'ordre de 0,8% depuis le 1er janvier dernier.

 
0 commentaire - Devises : l'euro marque le pas depuis l'élection de Macron
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]