Devises : l'euro revient sous 1,10$, avant l'emploi US

Devises : l'euro revient sous 1,10$, avant l'emploi US

billets euros banque

A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 03 novembre 2015 à 18h56

Déjà affaibli par les récents propos du patron de la BCE Mario Draghi, l'euro est retombé mardi sous le seuil de 1,10$, avant la publication, attendue vendredi, des chiffres de l'emploi américain pour octobre. En début de soirée, la devise européenne cédait ainsi 0,45% à 1,0963$.

Le dollar s'est renforcé mardi face à un panier de devises mondiales, alors que les cambistes sous-pèsent la probabilité que la Réserve fédérale relèvera ses taux lors de la prochaine réunion de décembre, un geste qui serait de nature à renchérir le dollar. Ils tablent sur la publication, vendredi, de créations d'emploi solides en octobre, un chiffre clé qui pourrait décider la Fed à entamer son cycle de remontée des taux directeurs, bloqués proches de zéro depuis la fin 2008.

Le premier tour de vis de la Fed prévisible le 16 décembre prochain ?

Témoignant des attentes concernant la Fed, le rendement de l'obligation d'Etat américaine (T-Bond) à 10 ans est remonté mardi au plus haut depuis deux mois, à 2,21% contre 2,18% lundi soir et 2,14% vendredi dernier.

Selon les contrats à terme sur les taux des "fed funds" (le taux de référence de la Fed), un peu plus de la moitié (52%) des traders anticipe désormais une hausse lors de sa réunion des 15 et 16 décembre, après un statu quo observé en septembre puis en octobre. Les turbulences de l'été sur les marchés financiers, et l'incertitude sur le ralentissement de l'économie mondiale, notamment en Chine, avait porté la Fed à reporter le coup d'envoi de son premier tour de vis monétaire.

Le mois d'octobre a cependant permis aux marchés financiers de repartir de l'avant, et à la volatilité de retomber fortement, alors que le ralentissement chinois ne semble finalement pas se transformer en atterrissage brutal.
Dans ces conditions, le dollar a repris de l'ascendant sur l'euro, d'autant que la BCE a fait savoir, lors de sa dernière réunion, qu'elle se tenait prête à examiner en décembre un accroissement de son programme de rachat d'actifs, mis en place en mars dernier.

Le programme de la BCE est flexible en termes de taille, de composition et de durée

Or, tout assouplissement supplémentaire du "QE" européen est de nature à maintenir la pression sur l'euro, un facteur considéré comme plutôt positif par les responsables européens, dans la mesure où un euro faible favorise les exportations des entreprises de la zone euro.

Depuis mars, la BCE rachète 60 milliards d'euros d'actifs par mois, y compris des obligations d'Etat, un programme prévu pour durer jusqu'en septembre 2016. Mais en cas de nécessité (inflation et croissance trop faibles), Mario Draghi, le président de la BCE, a réaffirmé le 22 octobre dernier que l'institution était prête à aller plus loin.

"L'intensité de la politique monétaire accommodante va devoir être réexaminée à notre prochaine réunion de politique monétaire en décembre", a-t-il ainsi déclaré dans la foulée de la dernière réunion de politique monétaire de la BCE.

M. Draghi a précisé que "le programme d'achat d'actifs (de la BCE) est flexible en termes d'ajustement de sa taille, de sa composition et de sa durée". Par ailleurs, il a ajouté que la BCE réfléchissait à réduire encore le taux de dépôt de la BCE, qui est déjà négatif, afin d'encourager les banques européennes à distribuer du crédit plutôt que de confier à perte leurs réserves de cash à la BCE...

 
0 commentaire - Devises : l'euro revient sous 1,10$, avant l'emploi US
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]