Economie : le signe d'un resserrement monétaire imminent ?

Economie : le signe d'un resserrement monétaire imminent ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 03 juillet 2017 à 10h45

Dans une étude économique, BNP Paribas rappelle, en se basant sur le discours de Mario Draghi de la semaine dernière, que la BCE se tient prête à accompagner la reprise en resserrant graduellement sa politique monétaire de sorte que les taux d'intérêts réels restent globalement inchangés.

"La confiance exprimée par le président de la BCE a été interprétée par les marchés comme le signe d'un resserrement monétaire imminent faisant immédiatement grimper l'euro", explique l'étude. "Pourtant, dans le même discours, l'accent avait aussi été mis sur la nécessité d'être prudent (et persévérant) compte tenu, notamment, des incertitudes entourant le degré de sous-utilisation des capacités de production. En d'autres termes, l'inflation devrait se redresser, mais cela pourrait intervenir à un horizon plus lointain que prévu. Pour l'heure, l'évolution des salaires n'indique aucune dynamique inflationniste sous-jacente".

En définitive, l'insistance à la fois sur la confiance et sur la prudence entretient, selon BNP Paribas, une certaine ambiguïté quant à l'orientation à venir de la politique monétaire. "Mais cette posture n'est pas dénuée d'avantages : elle permet notamment d'éviter une transition trop brutale entre une BCE résolument accommodante (telle qu'elle l'a été depuis mi-2014) et une autre résolument engagée sur la voie de la normalisation (ce qui apparaît prématuré)", ajoute l'étude.

 
2 commentaires - Economie : le signe d'un resserrement monétaire imminent ?
  • avatar
    luciditas -

    "...entretient, selon BNP Paribas, une certaine ambiguïté quant à l'orientation à venir de la politique monétaire..."

    De l'ambiguïté dans la politique de l'Union Européenne ?... Tiens, comme c'est bizarre...

  • avatar
    FelixM -

    Avec le surendettement des Etats et du secteur privé, les banques centrales ne pourront revenir rapidement, facilement et totalement à des politiques classiques, baisser les taux lorsqu'il y a début ou menace de récession, les monter quand il y a surchauffe : le service de la dette (les intérêts + les remboursements contractuels) mettraient en péril l'économie. Nous avons devant nous encore quelques années de psychodrame sur les anticipations de mouvements sur les taux, et de secousses boursières lors des changements sur ces anticipations, comme ces derniers jours.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]