EDF : nouvel EPR et internationalisation au programme de "CAP 2030"

EDF : nouvel EPR et internationalisation au programme de "CAP 2030"

Jean-Bernard Lévy PDG EDF

Boursier.com, publié le mardi 22 septembre 2015 à 06h40

Jean-Bernard Lévy, le patron d'EDF, s'est offert les colonnes des 'Echos' du jour pour présenter le plan à 15 ans concocté pour son groupe et baptisé "CAP 2030". Il y révèle notamment que l'investissement sur les nouvelles centrales britanniques sera consolidé dans ses comptes, ce qui nécessitera des ajustements dans le financement. Il ambitionne aussi de lancer l'énergéticien dans trois à cinq pays hors d'Europe dans les 15 ans qui viennent, notamment en Chine.

Un EPR nouveau modèle à l'étude

L'énergie nucléaire tient évidemment une place majeure dans le plan de long terme, ce qui sera le cas tant que les hommes n'auront pas de moyens de stocker l'énergie. Le dirigeant explique que le "grand carénage", l'extension de la durée de vie des centrales, pourrait porter sur la totalité ou une grande majorité des installations, la décision étant prise de façon pragmatique. EDF planche actuellement sur un nouveau design d'EPR, qui pourrait faire l'objet d'une commande sous quatre à cinq ans à un ou deux exemplaires, susceptibles sept ou huit ans plus tard de se substituer à des réacteurs existants.

Surcoûts à Hinkley Point

Le dirigeant a révélé qu'il faudra des moyens supplémentaires à ce qui était prévu pour le projet de centrale nucléaire britannique à Hinkley Point. "Nous prévoyons que chacun des partenaires financera l`opération sur ses fonds propres, au moins dans une première étape", tandis qu'EDF consolidera l`investissement par intégration globale, poursuit le dirigeant. Pour financer ce surcoût, des cessions sont à l'étude. EDF mène en parallèle des discussions avec les agences de notation pour limiter à un cran l'abaissement de sa note crédit. Malgré cette annonce, EDF maintient son objectif de dégager en 2018 un cash-flow après dividende positif. L'apport des deux partenaires chinois du projet sera considérable. Le programme mis en place avec les autorités britanniques prévoit en effet deux EPR à Hinkley Point, deux à Sizewell et un réacteur à base technologique chinoise, le Hualong, à Bradwell, que le français aidera à faire certifier.

EDF va doubler son parc renouvelable et s'étendre à l'international

Dans le volet énergies renouvelables, CAP 2030 entend renforcer la position de numéro un européen du groupe en production. L'objectif est de doubler le parc en Europe et en France dans 15 ans, avec 50.000 MW installés contre 28.000 MW actuellement. EDF a aussi de nouvelles ambitions internationales, alors que le groupe, contrairement à son homologue Engie, est peu sorti de ses bases avec à peine 5% de revenus générés hors d'Europe. "Nous voulons être présents de façon significative dans trois à cinq pays en dehors de l`Europe, notamment dans le solaire et l`éolien" d'ici 2030, a expliqué Lévy, qui souligne que cela nécessite des arbitrages, notamment sur les actifs dans les énergies fossiles hors de France. La Chine fera, a priori, partie de ces trois à cinq nouveaux marchés.

 
0 commentaire - EDF : nouvel EPR et internationalisation au programme de "CAP 2030"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]