EDF valide Hinkley Point C et la reprise d'Areva NP

EDF valide Hinkley Point C et la reprise d'Areva NP©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 29 juillet 2016 à 06h41

Le conseil d'administration tenu hier par EDF était sans doute l'un des plus importants, et des plus denses, de l'histoire du groupe. Il a d'ailleurs fait parler de lui avant même son démarrage avec la démission de Gérard Magnin, l'un des administrateurs représentant l'Etat, à cause de désaccords sur la stratégie. De quoi donner une idée de l'ambiance... A l'issue de la réunion, EDF a publié pas moins de quatre communiqués.

Hinkley Point C, green light

Le premier d'entre eux concerne le projet controversé de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C, en Angleterre. Le conseil a finalement pris la décision d'investir, avec un premier béton pour le réacteur 1 prévu mi-2019. "Le projet HPC représente un élément majeur de la stratégie CAP 2030 du Groupe", a-t-il expliqué. Son président Jean-Bernard Lévy fournit davantage de détails ce matin dans un entretien qu'il a accordé au 'Figaro'.

Feu vert pour le rachat d'Areva NP

Par ailleurs, le conseil a autorisé la signature, elle a eu lieu hier, du protocole d'accord formalisant l'état d'avancement des discussions avec l'Etat concernant Areva. Ce protocole, non-engageant à ce stade, porte sur le projet d'acquisition par EDF du contrôle exclusif d'une nouvelle entité Areva ("New ANP") dans laquelle seront transférés les actifs d'Areva NP, à l'exclusion notamment des actifs, passifs et personnels liés à la réalisation du projet d'EPR Olkiluoto 3. EDF détiendrait au moins 51% du capital et Areva entre 15 et 25%. De nouveaux partenaires pourraient investir jusqu'à hauteur de 34%. Le protocole porte également sur la création d'une société dédiée, dont EDF détiendra 80% et Areva NP 20% qui sera en charge de la conception et la construction de l'îlot nucléaire pour les projets de nouveaux réacteurs. Sa mise en oeuvre est prévue pour le premier trimestre 2017, indépendamment de l'acquisition de New ANP par EDF. New ANP est valorisé 2,5 milliards d'euros (pour 100% des fonds propres). Un ajustement final n'est pas à exclure, plafonné à 325 ME en fonction des performances et à due concurrence de la part acquise par EDF. Le prix correspond à un multiple de 8 fois l'EBITDA attendu en 2017. L'accord protège en outre EDF et New ANP des conséquences d'anomalies découvertes dans le suivi de fabrication d'équipements, comme ce qui a été constaté au Creusot.

Avis du CCE mi-septembre à Fessenheim

Le conseil a aussi abordé le cas Fessenheim. Dans le cadre des discussions menées avec l'État, les principes d'indemnisation liés à la fermeture ont d'ores et déjà été arrêtés. L'indemnisation comprendrait une part fixe (anticipation des coûts liés à la fermeture, de démantèlement, de taxe et de post-exploitation) et une part variable (manque à gagner jusqu'en 2041). Ces informations ont été transmises au comité d'entreprise, qui doit se réunir le 14 septembre prochain pour se prononcer sur la fermeture de la centrale au terme du processus de consultation.

La CDC au capital de RTE

Enfin, le conseil a validé l'entrée en négociations exclusives avec la Caisse des Dépôts et CNP Assurances concernant l'ouverture du capital de RTE. Le duo prendrait 49,9% du capital du gestionnaire des réseaux haute et moyenne tension français, tandis que l'énergéticien conserverait le solde et donc la majorité des parts, conformément à la réglementation. La valorisation de RTE a été fixée à 8,45 milliards d'euros, soit un ticket d'entrée à 4,2 MdsE pour la CDC et CNP. Si elle se confirme, cette opération nécessitera le lancement d'une procédure d'information et de consultation des instances représentatives du personnel. La finalisation pourrait ainsi intervenir au premier semestre 2017.

 
0 commentaire - EDF valide Hinkley Point C et la reprise d'Areva NP
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]