Elior : à table !

Elior : à table !©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 31 mai 2017 à 11h57

Elior grimpe de 2,5% à 25,32 euros ce mercredi, alors que le broker Oddo reste acheteur en visant un cours ajusté en hausse à 27 euros, en parlant de "perspectives inchangées", mais de croissance organique meilleure qu'attendu au S1 à 2,6%... L'EBITDA du S1 de 5% est ressorti au-dessus des attentes (+50bp sur les marges). Le FCF est stable mais néanmoins encourageant car résultant de capex et d'une saisonnalité de BFR plus importants, poursuit l'analyste dont le scénario "bull case" donne un cours de 32,9 euros.

Le groupe a enregistré une belle accélération de sa croissance organique au second trimestre de l'exercice qui a démarré le 1er octobre dernier, grâce à une conjonction de facteurs favorables... Les résultats sont ressortis en vive hausse et les prévisions ont été confirmées.
Midcap Partners Louis Capital Markets, également positif, en a aussi profité pour relever à 28,10 euros son objectif de cours.

Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 3,21 milliards d'euros, en croissance de 10% en glissement annuel sur une base brute, et de 4,2% sur une base organique, expurgée des effets des sorties volontaires de contrat. En organique pur, la hausse ressort à 2,6%, dont 1,1% au 1er trimestre et 4,1% au second. L'Ebitda retraité de l'entreprise progresse plus vite encore, de 17,9%, à 255 millions d'euros. Cela permet de porter la marge de 7,4 à 7,9%. Le bénéfice net part du groupe bondit de 44% à 58 ME, soit un résultat net par action ajusté de 0,45 euro après 0,37 euro au terme du premier semestre de l'exercice précédent.

Le PDG Philippe Salle a choisi de mettre en avant l'accélération de la croissance organique entre le premier et le second trimestre. L'amélioration de la rentabilité repose sur la combinaison des premiers effets du plan "Tsubaki" et d'une saisonnalité favorable dans l'enseignement, qui a profité des acquisitions réalisées lors du précédent exercice. Le free cash-flow est resté négatif à -65 ME, tandis que la dette nette a progressé à 1,86 MdE, conséquence notamment de la génération négative de trésorerie et des acquisitions réalisées.

Les objectifs ont été réitérés

Sur le second semestre fiscal, la branche restauration collective et services va continuer à bénéficier d'une bonne croissance en Amérique du Nord et devrait accélérer au Royaume-Uni. Les acquisitions auront un impact dilutif compte tenu de leur forte exposition à l'enseignement, tandis que l'effet calendaire sera défavorable. Enfin, Elior redoute une pression accrue de l'inflation des coûts de personnel ou de matières premières dans certains pays, notamment anglo-saxons.

Dans la restauration de concession, le management s'attend à une base de comparaison plus favorable en France, mais au maintien d'une tendance négative liée aux renouvellements de contrats sur autoroutes et à la fermeture des derniers points de vente opérés à l'aéroport de Nice en juin. Elior devrait en revanche profiter de bonnes tendances de trafic durant la saison d'été.

Au final, les objectifs annuels sont confirmés, soit une croissance organique d'au moins 3% hors effet des sorties volontaires de contrats (dont l'impact sera inférieur à 150 points de base) et un taux de marge d'Ebitda retraité en amélioration de 20 à 30 points de base par rapport à l'exercice 2015-2016 à périmètre constant (8,5% ou 8,6% sur une base ajustée). L'Ebitda retraité et le bénéfice net par action ajusté seront en croissance "significative". Les objectifs de moyen terme sont eux aussi confirmés...

 
0 commentaire - Elior : à table !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]