Etats-Unis : Alan Greenspan a peur que les "fous" soient lâchés !

Etats-Unis : Alan Greenspan a peur que les "fous" soient lâchés !

L'ex-président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan

A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 15 septembre 2016 à 19h52

A 90 ans, l'ancien patron de la Fed Alan Greenspan ne cache pas son inquiétude pour l'avenir des Etats-Unis. Lors d'une conférence donnée à Washington, M. Greenspan a indiqué qu'il craignait que le système économique et politique américain ne soit sapé par "des fous".

Il n'a pas donné de précisions sur l'identité des "fous" en question, mais alors qu'une campagne présidentielle acrimonieuse oppose Hillary Clinton et Donald Trump, beaucoup d'observateurs ont pensé que l'ex-banquier central visait en priorité le candidat républicain.

En outre, M. Greenspan a affirmé que les Etats-Unis étaient selon lui actuellement plongés dans "le pire environnement économique et politique que j'aie jamais vu, de près ou de loin"...

Selon lui, l'économie américaine s'oriente vers une phase de stagflation, une situation caractérisée par une combinaison de demande faible et de hausse des prix. Sur le plan politique, M. Greenspan a admis qu'il "n'a aucune idée comment cela va finir"...

Réduire les dépenses publiques en matière sociale

"Nous ne sommes pas dans une situation d'équilibre stable (...) J'espère que nous trouverons une porte de sortie, car ce pays est trop grand pour être sapé par, comment dirais-je, des fous", a-t-il poursuivi...

L'ancien président de la Fed, qui n'avait pas pu empêcher la survenue du krach boursier des "dotcoms" en 2000, a ajouté que la hausse des aides publiques en matière sociale et de santé ralentissait la croissance économique américaine. Il a regretté qu'aucun des deux candidats à la présidentielle ne parle de réduire ces dépenses publiques. "Personne ne veut en discuter" de peur de subir un revers électoral, a-t-il conclu.

 
1 commentaire - Etats-Unis : Alan Greenspan a peur que les "fous" soient lâchés !
  • avatar
    cestlavie -

    c'était bien lui le fou par sa politique monétaire trop accommodante on voit ou elle nous a mené : les fameux subpram's avec accent U.S. !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]