Groupe Flo n'est toujours pas assuré sur son avenir

Groupe Flo n'est toujours pas assuré sur son avenir

Une salle des Brasseries Flo.

Boursier.com, publié le vendredi 17 février 2017 à 08h40

Les pourparlers continuent pour tenter de sauver le Groupe Flo de la faillite. La direction a choisi de communiquer les éléments dont elle disposait à ce jour pour tenter de calmer les mouvements erratiques du titre en bourse, par exemple deux séances de hausse supérieure à 20% en une semaine, puis une chute de plus de 15% hier. Le holding propriétaire de nombreuses brasseries et de chaînes de restauration comme Hippopotamus n'a pas encore trouvé son chevalier blanc, mais précise avoir reçu des propositions non-engageantes lors d'une réunion organisée cette semaine. Les offres portent sur une entrée au capital, sur le rachat de certains actifs voire sur une combinaison des deux. Elles sont quoi qu'il en soit (notamment) conditionnées à un accord sur la restructuration de la dette bancaire existante, ce qui n'est pas une mince affaire compte tenu du passif du groupe et des perspectives sectorielles actuelles. Groupe Flo bénéficie d'une sorte de moratoire sur ses crédits existants jusqu'en avril prochain et a reçu une ligne de crédit de 6,2 ME de son actionnaire de référence, remboursable à la même date.

La marge brute tient mais les pertes se creusent

Compte tenu de sa situation, le groupe va décaler l'arrêté définitif de ses comptes. Il publie cependant ce matin un état des lieux de son exercice 2016, en réponse aux mouvements inexpliqués qui affectent son titre en bourse. Le chiffre d'affaires consolidé a chuté de -9,5% à 266,6 ME en 2016 (-5,5% en comparable), avec de fortes contreperformances pour les brasseries (-9,9% à 54 ME) et Hippopotamus (-5,4% à 157,1 ME). Sur le seul dernier trimestre, l'activité a reculé de -2,9% sur une base comparable à 69,6 ME, mais les brasseries et Hippopotamus continuent à souffrir. La marge brute est restée stable à 79,5% au terme de l'exercice, mais l'EBITDA a viré au rouge vif (-4,3 ME vs. +7,9 ME), entraînant le résultat opérationnel courant en perte de -13,9 ME après -6,9 ME en 2015. La dette financière nette de Groupe Flo se montait à 64,7 ME à la fin de l'année 2016, en hausse de 24%, décomposée en une dette financière de 84,1 ME (en baisse par rapport à 90,5 ME fin 2015) et une trésorerie qui a reculé de moitié à 19,4 ME. La société doit aussi 28,4 ME reçus sous forme de prêts de ses actionnaires.

 
1 commentaire - Groupe Flo n'est toujours pas assuré sur son avenir
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]