L'AMF joue les chiens de garde en sanctionnant des cadres d'Ubisoft

L'AMF joue les chiens de garde en sanctionnant des cadres d'Ubisoft©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 09 décembre 2016 à 07h01

La sanction est tombée dans le dossier de délit d'initié instruit par l'Autorité des marchés financiers sur le marché du titre Ubisoft. Cinq personnes physiques et une personne morale (la Banque Transatlantique) ont écopé de 1,275 million d'euros d'amendes et deux personnes physiques ont été mises hors de cause.

Les faits remontent à la fin de l'exercice 2013/2014, lorsque l'éditeur de jeux vidéo avait lancé un sévère avertissement, sans doute le plus radical depuis sa création, après le retard pris dans la publication de deux titres (le premier opus de Watch Dogs et The Crew). L'action avait sombré de 26% lors de la séance qui a suivi. Or la cellule de surveillance de l'AMF avait constaté des volumes anormaux sur le titre lors de la semaine précédant l'avertissement, notamment des cessions issues de l'exercice de stock-options et des rachat et arbitrages de parts du FCPE Ubi Actions, par des salariés de la société. L'enquête a permis d'identifier plusieurs cadres des studios Ubisoft de Montréal : Christine Burgess (directrice de la production internationale et membre du comité exécutif d'Ubisoft), Yannis Mallat (PDG d'Ubisoft Montréal), Olivier Paris (vice-président Opérations d'Ubisoft studio Montréal), Francis Baillet (vice-président Affaires Corporatives d'Ubisoft Studio Montréal) et Damien Moret (brand development director d'Ubisoft). Une autre dirigeante et son mari ont également été entendus mais ont été mis hors de cause.

Quant aux autres, il leur a été reproché d'utiliser une information privilégiée pour réaliser des opérations d'initiés, en vendant des titres avant que l'avertissement ne soit rendu public. Yannis Mallat a écopé de 700.000 euros d'amende, tandis que Christine Burgess et Francis Baillet verseront 200.000 euros chacun. La sanction d'Olivier Paris atteint 100.000 euros et celle de Damien Mort 15.000 euros. Enfin, la Banque Transatlantique est sanctionnée de 60.000 euros pour son manque de vigilance concernant les opérations.

 
0 commentaire - L'AMF joue les chiens de garde en sanctionnant des cadres d'Ubisoft
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]