L'Asie boursière prolonge son rebond

L'Asie boursière prolonge son rebond©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mardi 16 février 2016 à 08h02

Alors que Wall Street est restée fermée lundi pour cause de President's Day aux Etats-Unis lundi, la zone Asie/Pacifique en a profité pour prolonger son rebond d'hier ce mardi matin, dans la foulée des propos volontaristes tenus par les patrons des banques centrales chinoise et européenne pour tenter de mettre fin aux turbulences financières actuelles. Autre élément de soutien important, le cours du pétrole a continué de remonter depuis vendredi, repassant même la barre des 30$ le WTI et s'inscrivant à près de 35$ sur le Brent ce mardi, tandis que les marchés européens ont fini lundi soir en vif rebond... Ce matin, Shanghai reprend encore 3,4%, Hong Kong +1,2%, Singapour +1,7%, alors que Seoul remonte de 0,4%. La Bourse de Tokyo qui a rebondi de plus de 7% hier reprend plus modestement 0,2%. Seule Jakarta recule de 0,2% avec Bombay (-0,5%).

La banque centrale chinoise rassure, le yuan se reprend

En Chine, rappelons que le Shanghai composite avait plongé de 23% depuis le début de l'année sur fond de craintes persistantes de ralentissement de la 2ème économie mondiale. Samedi, le gouverneur de la banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, a cependant rassuré dans un entretien publié par le magazine financier 'Caixin'... Il a estimé qu'il "n'y a aucune raison pour que le yuan continue de se déprécier", et a jugé que la croissance chinoise ne connaissait pas d'atterrissage brutal. Selon lui, l'économie continue de croître "dans des ordres de grandeur raisonnables", après une hausse du PIB de 6,8% au 4ème trimestre, la plus faible depuis le 1er trimestre 2009. M. Zhou a aussi affirmé que Pékin ne laisserait pas faire les "forces spéculatives" qui ont pris la Chine comme cible, laissant entendre que Pékin continuerait d'intervenir pour défendre le yuan et stabiliser les marchés boursiers. Les propos de M. Zhou ont fait remonter sensiblement le yuan de près de 2% face au dollar.

La BCE maintient le cap en vue de la réunion du mois de mars

En Europe, les marchés s'interrogent sur la marge de manoeuvre réelle de la BCE pour renforcer son programme de rachat d'actifs lors de sa réunion de mars. Mario Draghi s'est cependant montré volontariste, lundi lors d'une audience devant le Parlement européen... M. Draghi s'est une nouvelle fois dit prêt à assouplir davantage sa politique monétaire lors de la réunion du 10 mars prochain, si les turbulences sur les marchés financiers ou la faiblesse des prix de l'énergie contribuent à réduire les anticipations d'inflation dans la zone euro...
En outre, s'il a démenti que la BCE pourrait acheter des créances douteuses détenues par les banques italiennes, il a indiqué que l'institut étudiait l'échange de créances titrisées italiennes contre des liquidités, comme il le fait déjà avec les banques grecques.

Par ailleurs, le spectaculaire rebond du pétrole constitue un autre élément de soutien à court terme, alors que la flambée initiale a été déclenchée par des propos du ministre du pétrole des Emirats arabes unis, tenus en fin de semaine dernière... Suhail Al Mazrouei a indiqué que les pays producteurs (Opep et hors Opep) étaient prêts à travailler ensemble, mais qu'il n'y aurait pas de coupes dans la production s'il n'y avait pas une "coopération totale" entre eux. En coulisse, des négociations entre la Russie et l'Arabie Saoudite se poursuivent, de quoi aider le WTI à retrouver la barre des 30$ ce matin...
Sur le terrain, cette harmonie parfaite semble cependant encore loin d'être atteinte, ce qui fait dire aux experts que les mouvements erratiques du cours du pétrole resteront pilotés à court terme par la spéculation et non par des éléments fondamentaux.

Risque mesuré aux Etats-Unis, dollar sous surveillance

Les stratégistes actions sont partagés sur la suite des événements sur les marchés boursiers. Les plus pessimistes tablent sur une nouvelle récession aux Etats-Unis, même s'ils ne sont pas majoritaires... Ainsi, ce risque de récession serait d'environ 20%, selon une note du courtier Bank of America-Merrill Lynch (BofA-ML) publiée le 10 février dernier. Le risque a certes augmenté, passant de 15% à 20%, mais une nouvelle grande récession, comme celle subie par lors de la crise financière de 2007-2009, est toutefois "peu probable", estime BofA-ML...
Vendredi, l'annonce d'une hausse de 0,2% des ventes de détail en janvier aux Etats-Unis, conforme aux attentes des économistes, a quelque peu rassuré. La consommation représentant plus des deux-tiers du PIB américain, une récession paraît-peu probable tant que les Américains continueront de consommer à un rythme soutenu. L'amélioration du marché de l'emploi, ainsi qu'une légère accélération de la hausse des salaires en janvier, ne plaident pas non plus pour un grave accident de parcours outre-Atlantique... Sur les devises, en attendant, les propos de Mario Draghi ont fait baisser l'euro face au dollar, de retour dans la zone des 1,1160 entre banques.

 
0 commentaire - L'Asie boursière prolonge son rebond
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]