L'ASN se donne un mois pour trancher sur les centrales EDF à l'arrêt

L'ASN se donne un mois pour trancher sur les centrales EDF à l'arrêt

Fessenheim, antinucléaire

Boursier.com, publié le mercredi 23 novembre 2016 à 06h39

EDF a transmis la semaine dernière à l'Autorité de sûreté nucléaire les dossiers des pièces que le régulateur voulait contrôler, celles-là même qui ont ou vont entraîner l'arrêt de douze réacteurs nucléaires en France. Dans un entretien accordé au Figaro, Pierre-Franck Chevet, le président de l'ASN, estime que ses services mettront environ un mois à décider si le redémarrage est possible ou non. "Dans le meilleur des cas, les réacteurs d'EDF pourraient être opérationnels dans un mois et atteindre leur pleine puissance en janvier 2017", a-t-il ajouté. Le gendarme du nucléaire veut vérifier si l'excès de carbone découvert dans l'acier a des conséquences sur la résistance des générateurs de vapeur de ces centrales.

Rien n'est écrit sur Flamanville

Pour Chevet, la situation du secteur est devenue "très préoccupante", mais l'ASN est là pour assurer la sûreté des installations et entend se charger de sa mission avec rigueur, surtout après la découverte de failles dans les contrôles, notamment au Creusot. Le dirigeant, qui se montre ferme tout au long de l'entretien, n'a pas souhaité donner son sentiment sur l'issue de l'examen de la cuve de l'EPR de Flamanville, malgré la confiance affichée par EDF. Quand 'Le Figaro' lui rappelle qu'EDF a estimé ne pas avoir besoin de plan "B", Pierre-Franck Chevet rappelle que c'est l'ASN qui devra se prononcer et qu'en tout état de cause, le régulateur a demandé par écrit à l'énergéticien de préparer "plusieurs plans B". Au cas où.

 
0 commentaire - L'ASN se donne un mois pour trancher sur les centrales EDF à l'arrêt
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]