La spéculation reprend sur Gemalto

La spéculation reprend sur Gemalto©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 03 juillet 2017 à 09h43

Gemalto s'offre un rebond spéculatif de 3,5%, à 54,42 euros, ce qui rapproche la capitalisation du groupe du cap des 5 milliards d'euros, et gomme une partie des pertes accumulées la semaine dernière. United First Partners, un groupe de conseil réputé pour ses analyses sur les sociétés en situations spéciales, a consacré un commentaire au dossier, en estimant qu'il pourrait intéresser des acteurs du compartiment technologique, malgré la perte de vitesse de certaines de ses activités. Un scénario de changement de contrôle pourrait s'écrire autour de 75 euros par action, précise UFP, qui voit un Atos, un Oracle ou un Siemens comme des prétendants plausibles. Des rumeurs ont circulé récemment sur de possibles approches de la société, avec des propositions voisines de 69 euros par action. Il y a deux semaines, Natixis avait accueilli avec prudence ces bruits de couloir, en rappelant que la division sécurité de Gemalto était un actif sensible politiquement compte tenu des enjeux de actuels de cybercriminalité. Le dossier présente en outre la particularité de compter le Fonds Stratégique d'Investissement français à hauteur de 8,4% de son capital.

Gemalto s'offre un rebond spéculatif de 3,5%, à 54,42 euros, ce qui rapproche la capitalisation du groupe du cap des 5 milliards d'euros, et gomme une partie des pertes accumulées la semaine dernière. United First Partners, un groupe de conseil réputé pour ses analyses sur les sociétés en situations spéciales, a consacré un commentaire au dossier, en estimant qu'il pourrait intéresser des acteurs du compartiment technologique, malgré la perte de vitesse de certaines de ses activités. Un scénario de changement de contrôle pourrait s'écrire autour de 75 euros par action, précise UDP, qui voit un Atos, un Oracle ou un Siemens comme des prétendants plausibles. Des rumeurs ont circulé récemment sur de possibles approches de la société, avec des propositions voisines de 69 euros par action. Il y a deux semaines, Natixis avait accueilli avec prudence ces bruits de couloir, en rappelant que la division sécurité de Gemalto était un actif sensible politiquement compte tenu des enjeux de actuels de cybercriminalité. Le dossier présente en outre la particularité de compter le Fonds Stratégique d'Investissement français à hauteur de 8,4% de son capital.

 
0 commentaire - La spéculation reprend sur Gemalto
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]