Le marché attend la Compagnie des Alpes sur son futur capital

Le marché attend la Compagnie des Alpes sur son futur capital

Futuroscope Poitiers

Boursier.com, publié le mardi 13 décembre 2016 à 09h25

La Compagnie des Alpes a dévoilé ce matin les résultats de son exercice clos le 30 septembre dernier. Les performances financières sont en amélioration, un peu au-delà de ce que les analystes attendaient. La stratégie, elle, est résolument tournée vers l'international, notamment la Chine. Le titre est sans réaction à l'ouverture, proche de l'équilibre à 18,31 euros (-0,3%). Oddo (neutre, objectif de 18 à 19 euros) a jugé les résultats solides mais attend toujours des indications sur les évolutions capitalistiques. Gilbert Dupont (achat, objectif de 20 à 22,60 euros) salue la robustesse des domaines skiables et le redressement du pôle loisirs. "L'entrée au capital d'un acteur chinois serait clairement un catalyseur car il validerait les ambitions du groupe en Chine", conclut le bureau d'études.

Le groupe avait déjà communiqué son chiffre d'affaires annuel : 720,2 millions d'euros, en hausse de 4,4% sur une base comparable. L'excédent brut d'exploitation métier (EBO des domaines skiables, parcs de loisirs et développement international) s'établit à 206,3 ME, en progression de 4,8% sur la même base, ce qui matérialise une très légère hausse de la marge qui passe de 28,5 à 28,6%. La progression des résultats est plus visible sur le bénéfice opérationnel, qui s'adjuge 13,5% 73,1 ME et sur le bénéfice net part du groupe, en hausse de près de 21% à 33,4 ME. La société a accru ses investissements de 14% à 153,6 ME, tandis que son cash-flow libre opérationnel est en léger retrait à 35,2 ME. La dette moyenne de l'exercice ressortait à 372 ME.

Plutôt au-dessus des attentes

Dans le mesure ou quatre analystes seulement suivent le dossier, le "consensus" a une portée limitée. Les bureaux d'études attendaient en moyenne 67 ME de résultat opérationnel et 30 ME de bénéfice net et aucun ne visait aussi haut que ce qui a été réalisé, si bien que la performance paraît solide. L'objectif de dépasser 35% de marge d'EBO dans les domaines skiables a été dépassé avec un an d'avance. Dans les loisirs, la marge atteint 22,6% (26,3% hors Futuroscope) et approche l'objectif de 27% fixé pour 2019. Dans le développement international, le point mort n'est pas encore atteint, compte tenu du stade de développement de la division, précise le management. La branche a coûté 8,7 ME à l'EBO global. Le conseil d'administration propose de verser 0,40 euro de dividende, ce qui correspond à un taux de distribution de 30%. Les analystes espéraient un peu plus (entre 0,42 et 0,49 euro).

Besoin de partenaire(s)

Pour le PDG Dominique Marcel, l'objectif de créer un nouveau modèle économique pour créer un leader des loisirs moins sensible à la conjoncture et rentable "est atteint". Dans les domaines skiables, les réservations sont, à date, légèrement supérieures à celles de l'année dernière à la même époque. Le calendrier de vacances scolaires en Europe est globalement plus favorable au troisième trimestre et moins favorable au premier trimestre que la saison dernière. Dans les destinations de loisirs, la saison "Halloween" a bien fonctionné et l'activité est supérieure à celle de l'année dernière malgré une base de comparaison élevée. Enfin dans le développement international, après quatre ouvertures de sites (Montréal, Prague, Séoul et Vevey) en quatre ans, Grévin international va se concentrer sur l'amélioration de la profitabilité des implantations existantes.

En Europe, les deux principaux objectifs du groupe sont de poursuivre la croissance des journées-skieurs dans la montagne et d'inscrire les parcs de loisir dans un modèle de croissance solide et durable. La Compagnie des Alpes a de fortes ambitions à l'international, au-delà des pays limitrophes où elle a déjà bien oeuvré. "Cette stratégie a pour ambition de faire de la Compagnie des Alpes un grand champion français des loisirs et un acteur majeur de la consolidation internationale", explique le management, qui confirme sa volonté de nouer des partenariats avec des acteurs d'envergure, "notamment dans les loisirs, l'hôtellerie et la commercialisation touristique". A ce stade, le groupe n'en dit cependant pas plus par rapport aux rumeurs qui ont émergé çà et là ces derniers mois.

 
0 commentaire - Le marché attend la Compagnie des Alpes sur son futur capital
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]