Le "shadow banking" pèse plus lourd qu'avant la crise de 2008 !

Le "shadow banking" pèse plus lourd qu'avant la crise de 2008 !©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 10 mai 2017 à 21h01

92.000 milliards de dollars ! Tel était le montant des capitaux gérés par le "shadow banking" dans le monde en 2015, selon le dernier rapport du Conseil de stabilité financière, publié mercredi.

Ce chiffre est bien supérieur aux quelque 63.000 milliards sous gestion en 2007, l'année précédant la grande crise financière mondiale des crédits "subprimes" qui a éclaté en 2008. Après avoir chuté jusqu'en 2011 sous l'effet de cette crise, la finance parallèle est repartie de plus belle...

La "finance de l'ombre" représente la part des transactions financières qui n'est pas menée par des banques, mais par d'autres institutions (fonds d'investissement, hedge funds, private equity etc.) peu ou pas régulées. Paradoxalement, le net renforcement de la régulation bancaire depuis la crise des crédits "subprimes" de 2008, a conduit les banques à céder des pans entiers de leurs activités les plus risquées à des acteurs de la finance parallèle. La faible réglementation du secteur pourrait à terme conduire à une nouvelle crise financière mondiale, estiment bon nombre d'analystes...

L'Europe en tête de peloton devant les Etats-Unis, le R.-U. et la Chine

Dans le détail, le FSB constate que c'est en Europe que la finance parallèle est la plus implantée, avec 30.000 Mds$ sous gestion. Les Etats-Unis (26.000 Mds$) leur emboîtent le pas, suivis du Royaume-Uni et de la Chine à égalité à 8.000 Mds$.

L'étude du Conseil de stabilité financière porte sur des pays représentant 80% du PIB mondial. On notera cependant que le Luxembourg, pourtant un important centre financier, n'a pas participé à l'étude... Les Îles Caïmans ont en revanche fourni leurs chiffres pour la première fois, et l'on apprend que le "shadow banking" y atteint 6.000 Mds$, un montant plus important qu'au Canada et au Japon, où il est d'environ 4.000 Mds$.

Par métier, les plus gros acteurs de la finance de l'ombre sont les fonds d'investissement, qui représentaient 40% du total en 2015, avec 30.000 Mds$ d'actifs (+3,2% par rapport à 2014). Ensuite, viennent les courtiers ("broker-dealer"), qui concentrent 9.500 Mds$ d'actifs (-5%) et les fonds spéculatifs ("hedge funds") avec 3.200 Mds$ sous gestion.

 
0 commentaire - Le "shadow banking" pèse plus lourd qu'avant la crise de 2008 !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]