Marchés / bilan hebdomadaire : début d'année catastrophique pour le CAC40

Marchés / bilan hebdomadaire : début d'année catastrophique pour le CAC40©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 08 janvier 2016 à 17h45

Début 2016 très compliqué pour les marchés boursiers avec à Paris un CAC40 qui redonne 6,54% sur cinq séances, à 4.334 points ce vendredi soir. Il faut remonter à la première semaine de 2000 pour trouver pire début d'année (-7,03%). Les indices mondiaux ont été plombés par l'incertitude entourant l'état de santé de l'économie chinoise et la poursuite de la chute du baril de pétrole sur des niveaux plus observés depuis 11 ans. L'annonce de très solides chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis ce vendredi n'a même pas permis aux marchés de rebondir. Dans ce contexte, seul le secteur des télécoms a plus ou moins résisté après la confirmation par Orange et Bouygues de négociations préliminaires en vue d'un rachat de Bouygues télécom par l'ancien opérateur national.

ECO ET DEVISES

Les États-Unis ont créé 292.000 emplois non-agricoles au mois de décembre 2015 selon le rapport gouvernemental du jour, ce qui dépasse très largement le consensus, qui était d'environ 200.000. Le taux de chômage est comme prévu inchangé à 5%. Mieux encore, les créations de postes de novembre 2015 aux USA ont été révisées en forte hausse, à 252.000, contre 211.000 précédemment estimé. Le taux de participation à la force de travail en décembre 2015 ressort pour sa part à 62,6%.

Les commandes industrielles américaines du mois de novembre 2015 ont décliné de 0,2% en comparaison du mois antérieur selon le rapport du jour, en ligne avec le consensus de place. En outre, le gain du mois d'octobre a été révisé de +1,5% à +1,3%.

L'ISM américain des services est ressorti à 55,3 en décembre 2015, contre un consensus de place de 56,2 et un niveau de 55,9 un mois auparavant. L'indice traduit donc une poursuite de l'expansion de l'activité dans les services aux États-Unis en décembre.

L'indice Markit PMI des services américains pour le mois de décembre 2015, pour sa lecture finale, ressort à 54,3 contre 55 de consensus. Il était de 53,7 pour sa lecture flash préliminaire. L'expansion de l'activité dans les services américains en décembre 2015 ressort au plus bas niveau depuis 11 mois.

Bonne nouvelle pour la zone euro. L'année 2015 s'est achevée sur une note positive, le taux d'expansion de l'activité globale se redressant à un plus haut de 4 mois en décembre. L'indice PMI Final Markit Composite de l'Activité Globale dans l'Eurozone se redresse ainsi de 54,2 en novembre à 54,3, dépassant son estimation flash de 54. Il signale ainsi, pour le 30ème mois consécutif, une croissance économique du secteur privé de la zone euro. Le consensus tablait sur un indice à 54. Dans les services, l'indice Final ressort à 54,2 (54,2 en novembre, estimation flash à 53,9), également supérieur au consensus qui visait 53,9.

La production industrielle française affiche un recul de -0,9% en novembre après avoir progressé de 0,7% le mois précédent, annonce l'Insee. Le consensus tablait sur un recul limité à 0,3%. Sur un an, la production augmente de 2,8%.

Déception sur la production industrielle allemande en novembre : elle ressort à -0,3% par rapport à octobre, selon les données publiées par Destatis. Le consensus était positionné à +0,5%. Sur un an, elle est en hausse de 0,1%.

Les commandes industrielles allemandes, ajustées des variations saisonnières et des effets calendaires, ont progressé de 1,5% en novembre après avoir augmenté de 1,7% le mois précédent. Les économistes tablaient sur une hausse de 0,1%. Sur un an, les commandes bondissent de 2,1% contre +1,1% de consensus.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,0907$, en hausse de 0,7% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à 32,9$ et le Brent ressort à 33,1$. L'once d'or s'échange autour des 1.103 dollars (+4%).

LES VALEURS

Transgène flambe de 54,2%. Le management a dévoilé son plan de réorganisation, consécutif à plusieurs déceptions sur la période récente, qui ont nécessité une reprise en mains, ainsi que des éléments de développement clinique et de financement.

Numéricable SFR s'envole de 13,4%, dopé par la reprise des pourparlers entre Orange et Bouygues pourparlers en vue d'une opération dans les télécoms. Les analystes ont examiné depuis longtemps les différents scénarios du paysage français de la téléphonie, et celui qui leur plaît le plus pour la valorisation des acteurs en place est une réduction du nombre d'opérateurs de quatre à trois, qui semble en train de se dessiner. Les investisseurs se gardent cependant de crier victoire trop vite, car des négociations entre deux opérateurs ont déjà eu lieu par le passé sans aboutir. De surcroît, la menace antitrust n'est pas à prendre à la légère dans ce dossier, car les régulateurs renâclent à voir le nombre de concurrents se réduire sur les marchés nationaux.

Air France KLM avance de 9,3%. Le groupe est repassé dans le vert en 2015, a affirmé mercredi son PDG, Alexandre de Juniac, lors de voeux à la presse. "Le groupe Air France-KLM devrait dégager un résultat d'exploitation positif en 2015" a-t-il déclaré, après avoir essuyé une perte de 129 millions d'euros en 2014. La présentation des résultats annuels de la compagnie aérienne franco-néerlandaise est prévue le 18 février prochain.

Trigano (+5,2%) a démarré son nouvel exercice sur les chapeaux de roues. Trigano a engrangé 311,1 millions d'euros de chiffre d'affaires entre le 1er septembre et le 30 novembre 2015, soit une progression de 29,3% en glissement annuel en données brutes, et de 22,8% à périmètre constant.

Nokia prend 3%. Nokia a officiellement fait son entrée jeudi dans le CAC40, en lieu et place d'Alcatel-Lucent, dont le finlandais a pris le contrôle cette semaine après le succès de son offre publique d'échange. Le titre est en parallèle éligible au SRD. Avec une capitalisation boursière de plus de 37 milliards d'euros, le dossier est au 11ème rang de l'indice, entre Engie et Vinci. Nokia n'est pas la seule valeur du CAC40 dont le siège est à l'étranger. C'est aussi le cas d'ArcelorMittal et Unibail-Rodamco (Pays-Bas), Solvay (Belgique) et LafargeHolcim (Suisse).

A l'inverse, Vallourec plonge de 17,9%. Après avoir enregistré la plus mauvaise performance 2015 au sein du SBF120, le titre reste sous pression en ce début d'année 2016. Le changement de millésime ne semble en effet pas avoir changé grand-chose pour le groupe parapétrolier. Comme l'ensemble des valeurs du secteur, l'action est pénalisée par le regain d'inquiétude suscité par la Chine et la chute du baril de pétrole.

Eramet s'effondre encore de 16,4%. L'année 2016 est pour le moment toute rouge pour Eramet. Le groupe minier qui avait terminé l'exercice 2015 en repli, a aligné une sixième séance de recul ce vendredi. Eramet, qui figurait parmi les plus mauvais élèves du millésime 2015 au sein du SRD, affiche déjà près de 15% de retard depuis le premier janvier. Comme l'ensemble du secteur, le groupe continue à être victime de la chute des matières premières et des inquiétudes relatives à l'état de santé de la Chine, premier consommateur mondial de produits de base.

Technip chute de 15,7%, victime d'un avis négatif de broker. Dans un contexte toujours dégradé pour l'industrie pétrolière et gazière, Bernstein est passé en effet de "surperformance" à "performance de marché" sur le groupe français.

Arkema redonne 12,2%. Bank of America Merrill Lynch a dégradé le dossier d'"achat" à "neutre".

Publicis trébuche de 10%. Exane BNP Paribas a abaissé à "sous-performance" sa recommandation, en ramenant son objectif de 65 à 58 Euros.

JCDecaux perd 8,2%. Morgan Stanley a réduit à "sous-pondérer" sa recommandation sur la valeur, en visant 31 euros contre 34 précédemment : l'analyste pense que le consensus 2016 est trop gourmand, notamment parce que l'exposition de la société à la Chine et à la France risque de la pénaliser. De surcroît, la prime de l'action n'a jamais été aussi élevée par rapport au secteur.

Renault (-9,6%) et Peugeot (-12,3%) affichent un bilan commercial mitigé sur le marché automobile français. PSA n'a enregistré que 2,9% de progression de ses immatriculations de véhicules légers (voitures particulières et utilitaires légers) en 2015, dans un marché français en hausse de 5,9%. Les marques Citroën (-0,9%) et DS (-5%) sont en retrait contrairement à Peugeot (+6,3%). Le groupe Renault affiche pour sa part une performance plus en ligne avec le marché avec +5,1% de progression malgré la baisses des volumes de Dacia (-5,5%). La marque au losange progresse de 7,5% après un gros mois de décembre (+27%).

EOS Imaging rend 5,6%. A 21,8 millions d'euros (+9%), le chiffre d'affaires de la société est ressorti nettement sous les attentes en raison d'une fin d'année jugée "catastrophique" par Gilbert Dupont.

Orange (-1,2%) et Bouygues (-2,3%) ont donc repris leurs discussions en vue d'une opération dans les télécoms. Bouygues évoque des "discussions préliminaires" engagées avec Orange pour "explorer toute éventuelle opportunité", et confirme la signature d'un accord de confidentialité en date du 5 janvier (les rumeurs évoquaient jusque-là un accord de confidentialité signé dès la veille de Noël). "Bouygues attachera dans toutes les discussions qu'il mènera une importance déterminante à l'intérêt des collaborateurs de Bouygues Telecom, ainsi qu'à la dynamique d'investissement du secteur qui doit rester soutenue dans l'intérêt du consommateur", a fait savoir le groupe de BTP, qui précise que rien ne garantit que les discussions aboutiront.

 
0 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : début d'année catastrophique pour le CAC40
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]