Marchés / bilan hebdomadaire : grosse rechute pour le CAC40

Marchés / bilan hebdomadaire : grosse rechute pour le CAC40©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 30 juin 2017 à 17h45

Semaine de consolidation pour les places boursières occidentales. A Paris, le CAC40 cède 2,76% à 5.121 points ce vendredi soir. Les investisseurs ont eu du mal à appréhender les derniers commentaires de Mario Draghi, estimant que le patron de la BCE semblait vouloir préparer les marchés à une réduction du plan de soutien monétaire. Des propos mal interprétés, selon plusieurs proches de l'Institution, mais qui ont suffi à provoquer une nette accélération de l'euro face au dollar (au-dessus des 1,14$), une hausse des taux obligataires... ainsi qu'un repli des marchés actions.

Le secteur bancaire est également resté au centre des attentions avec le sauvetage de Banco popolare di Vicenza et Veneto Banca par Intesa en Italie, l'acquisition de Banco Mare Nostrum par Bankia en Espagne, quelques semaines après la reprise de Banco Popular par Santander. L'actualité des derniers jours a également été marquée par l'amende record de 2,4 milliards d'euros infligée par la Commission européenne à Google. Enfin, quelques grosses opérations financières ont encore été dévoilées avec par exemple le rachat de l'Américain Milestone par Legrand, celui de Staples par Sycamore aux Etats-Unis tandis qu'Altice négocie le rachat de Media Capital à Prisa.

ECO ET DEVISES

La croissance américaine est ressorti à +1,4% au premier trimestre, contre +0,7% en première lecture et +1,2% en seconde estimation. Le consensus de place était logé à +1,2%. Pour mémoire, le PIB américain avait progressé de 2,1% au quatrième trimestre 2016. L'indice des prix rattaché au PIB a par ailleurs progressé de +1,9%, contre +2,2% de consensus et +2,2% en précédente lecture.

L'indice des promesses de ventes de logements de la National Association of Realtors américaine pour le mois de mai est ressorti en baisse de -0,8% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus de place. L'indicateur ressort à 108,5, contre 109,8 un mois plus tôt.

Les commandes de biens durables du mois de mai aux Etats-Unis sont ressorties en baisse de -1,1% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de -0,4% et un recul de -0,9% pour le mois d'avril (contre -0,7% en première lecture).

L'indice de confiance des milieux d'affaires allemands compilé par l'Institut Ifo a atteint 115,1 points en juin, contre 114,6 le mois précédent et 114,4 de consensus. Il s'agit d'un nouveau record pour cet indice très suivi par la communauté financière. La composante évaluation actuelle ressort à 124,1 points (contre 123,3 au consensus et 123,3 en mai) et la composante des attentes à 106,8 points (contre 106,4 au consensus et 106,5 le mois précédent).

Les dépenses de consommation des ménages ont accéléré en mai, affichant une hausse de 1% après +0,4% le mois précédent. Les achats de vêtements et d'automobiles rebondissent nettement. En revanche, les dépenses en énergie et en produits alimentaires ralentissent, précise l'Insee. Le consensus tablait sur une progression limitée à 0,5%.

L'inflation annuelle a ralenti de 0,8% en mai à 0,7% en juin, selon l'estimation provisoire de l'Insee. Cette légère baisse de l'inflation sur un an serait due à un nouveau ralentissement des prix de l'énergie.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,1415$, en hausse d'environ 2% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 45,3$ et le Brent ressort à 48$. L'once d'or s'échange autour des 1.241 dollars (-1,2%).

LES VALEURS

Air France KLM flambe de 12,2% et réalise la meilleure performance du SBF120 au cours du premier semestre 2017. L'action de la compagnie s'est envolée de 140% en six mois, passant de 5,17 euros fin 2016 à 12,40 euros environ aujourd'hui. Le groupe est encore en mutation, mais les investisseurs pensent désormais qu'il est capable d'inverser la tendance face à la concurrence low-cost et aux compagnies du Golfe. Le maintien de cours pétroliers modérés, les efforts sur les coûts et les premiers signes de remontée des rendements, dans un contexte de croissance forte du trafic aérien mondial, ont profondément modifié la perception d'un dossier qui sort de deux performances boursières annuelles négatives, en 2015 et 2016.

Elis gagne 6,4%, bien aidé par un renfort de poids. Morgan Stanley est en effet passé de 'pondération en ligne' à 'surpondérer' sur la valeur tout en portant son objectif de 17,3 à 23,1 euros.

Atari grimpe de 10% après la publication de ses comptes annuels. Sur l'exercice 2016/2017, le groupe a enregistré un résultat opérationnel courant de 1,9 ME contre 1,4 ME au titre de l'exercice précédent, soit une progression de 36%. Le résultat net consolidé a atteint 7,7 ME, contre une perte de 0,1 ME. Les objectifs stratégiques restent centrés sur la promotion de la marque Atari dans le domaine des jeux et du multimédia.

Fnac Darty (+5,9%) a présenté aux instances représentatives du personnel le projet d'organisation du futur siège du Groupe. Fondé sur le principe d'"un Groupe, deux enseignes", ce projet repose sur une organisation unifiée pour la France. Il entraînera la suppression de 25 postes nets (111 emplois supprimés et 86 nouveaux créés) par rapport aux 1.495 postes en CDI que compterait le siège du nouvel ensemble. Un plan de départ volontaire autonome sera ainsi ouvert auprès des salariés à l'issue du processus social. Les suppressions de postes seront donc exclusivement réalisées sur la base du volontariat, sans phase de départ contraint, précise la société.

Société Générale etBNP Paribas prennent respectivement 2,1% et 2,5% dans une actualité porteuse. Outre la remontée des taux obligataires et du pétrole, l'industrie européenne est dopée par une information venue des Etats-Unis. La Réserve fédérale a en effet annoncé qu'elle autorisait les 34 plus grandes banques du pays à consacrer davantage de sommes à des rachats d'actions et des hausses des dividendes après qu'elles eurent passé avec succès la deuxième étape de ses tests de résistance annuels. En conséquence, les banques sont désormais en mesure de distribuer 100% de leurs bénéfices nets estimés, contre un ratio de 65% à l'issue de l'évaluation de l'an dernier. Jefferies a par ailleurs réitéré son conseil "acheter" sur les deux établissements, estimant que les deux groupes sont les mieux placés pour bénéficier du regain de confiance des entreprises et des ménages consécutif à l'accession d'Emmanuel Macron à la présidence de la République.

Carrefour s'adjuge 0,6%. Les actionnaires ont désormais une date précise pour l'entrée en bourse de la filiale brésilienne : le 20 juillet 2017. Le holding brésilien du distributeur français, Atacadão, a déposé son prospectus préliminaire d'IPO le 28 juin 2017. La fourchette de prix indicative est de 15 à 19 reais par action. L'opération valorise la filiale entre 7,9 et 10 milliards d'euros. La fixation du prix est prévue le 18 juillet.

A l'inverse, OSE Immunotherapeutics chute de 25%. Le comité des experts indépendants (IDMC) qui suit l'essai de phase III mené par la société avec Tedopi dans le cancer du poumon a recommandé au laboratoire de cesser l'inclusion de patients dans l'étude, pour des raisons qui n'ont pas été communiquées en détail, mais qui tiennent à un déséquilibre précoce du ratio bénéfice/risque dans le bras expérimental. En revanche, les patients déjà inclus continueront à être traités. Le management fournit deux éléments additionnels. D'abord, la tolérance est conforme aux attentes dans les deux groupes de traitement. Ensuite, une étude approfondie des données cliniques pourrait amener à amender le plan original pour recruter un sous-groupe spécifique.

Orchestra-Prémaman plonge de 28%, sanctionné après avoir fait état d'une nette dégradation de ses comptes annuels. Malgré une activité en hausse, le groupe a vu sa marge brute se contracter de 52,7% à 49,9% alors que le résultat net consolidé part du Groupe affiche une perte de 33,6 ME contre un bénéfice de 17,7 ME l'exercice précédent. La firme estime que ces résultats en repli reflètent la mutation en cours du parc de magasins dans un marché très concurrentiel...

Technicolor (-14,8%), après le nouvel avertissement lancé par la société hier soir. Le management a expliqué que la hausse brutale du prix des puces mémoire allait dégrader son Ebitda 2017. La fourchette initiale de 460 à 520 millions d'euros est ainsi réduite de 420 à 480 ME. La société a beau expliquer qu'hormis cet élément, la performance opérationnelle des différentes divisions est conforme à ce qui était prévu, elle ne parvient pas à convaincre les investisseurs. En février, le groupe avait déjà renoncé à ses objectifs 2020.

EuropaCorp (-9,9%) avait prévenu que son exercice 2016-2017 serait horrible. Les chiffres publiés le confirment. Si les revenus, déjà annoncés en mai, avaient plutôt mieux résisté que ce que craignaient les analystes (144,2 ME), la perte opérationnelle de -122,6 ME est largement plus importante que redouté. La perte nette part du groupe aussi (-119,9 ME). Le groupe avait prévenu que les contreperformances des films en langue anglaise auraient un important impact négatif sur l'exercice. Le déficit abyssal s'explique aussi par un mode de distribution inadapté aux Etats-Unis, qui a été stoppé au profit d'un accord de distribution avec STX Motion Pictures. La production d'EuropaCorp va en outre se recentrer sur les films d'action et de science-fiction, notamment ceux écrits et réalisés par le fondateur Luc Besson.

Alstom (-4,2%). Les fuites sur des discussions entre l'allemand Siemens et le canadien Bombardier sur une opération financière dans le ferroviaire se multiplient depuis plusieurs semaines, avec une insistance qui laisse de moins en moins de place au doute. L'agence Bloomberg en a appris un peu plus sur ce qui se trame en coulisses. Les deux industriels pourraient créer deux entités. L'une dédiée au matériel roulant contrôlée par Bombardier et l'autre aux équipements de signalisation, majoritairement détenue par Siemens.

L'Oréal (-3%). Le groupe brésilien Natura a indiqué avoir signé l'accord de rachat de The Body Shop auprès de L'Oréal, après le feu vert donné par son conseil d'administration. Il avait proposé 1 MdE.

Legrand perd 1%. Le groupe réalise la plus importante acquisition de son histoire avec le rachat de l'Americain Milestone AV Technologies, acteur de premier plan de l'infrastructure et de l'alimentation Audio-Video (AV), un segment à forte valeur du marché des infrastructures numériques. La société a réalisé un chiffre d'affaires de 464 M$ en 2016, une marge opérationnelle ajustée de 21% et un cash-flow libre de 12,5% des ventes. Legrand explique que l'opération a été réalisée sur la base d'une valeur d'entreprise de 950 M$, nette d'un avantage fiscal actualisé de 250 M$.

 
1 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : grosse rechute pour le CAC40
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]