Marchés /bilan hebdomadaire : le CAC40 limite son repli à 0,5%

Marchés /bilan hebdomadaire : le CAC40 limite son repli à 0,5%©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 02 octobre 2015 à 17h45

Troisième semaine consécutive dans le rouge pour le CAC40 qui cède 0,49% sur cinq jours, à 4.559 points ce vendredi soir. Alors que les investisseurs avaient les yeux rivés vers les chiffres mensuels de l'emploi américain dévoilés cet après-midi, ces derniers ont refroidi l'optimisme des opérateurs. Les créations de postes non-agricoles sont ressorties nettement en-deçà des attentes en septembre, le taux de participation est tombé au plus bas depuis octobre 1977 et les salaires ont baissé... De quoi remettre en cause la perspective d'une hausse des taux de la Fed d'ici la fin de l'année. D'autant que l'économie chinoise continue à montrer des signes de fléchissement et inquiète de plus en plus la communauté financière. L'actualité hebdomadaire a également été marquée par les nouveaux développements liés au scandale Volkswagen et ses répercussions sur le secteur automobile.

ECO ET DEVISE

Selon le rapport du Département américain au travail, les créations de postes non-agricoles aux États-Unis pour le mois de septembre 2015 se sont établies au nombre de 142.000, contre un consensus de place logé à 203.000. Le taux de chômage est ressorti pour sa part à 5,1%, contre 5,1% de consensus, et 5,1% en août. Les créations de postes du mois d'août ont été révisées à 136.000, contre 173.000 en première lecture. Les créations du mois de juillet ont quant à elles été réévaluées à 223.000, contre 245.000 pour la précédente lecture.

Selon le rapport gouvernemental aux Etats-Unis, les commandes industrielles du mois d'août 2015 se sont établies en baisse de -1,7% en comparaison du mois antérieur, contre -1,3% de consensus de place et +0,2% pour la lecture révisée du mois de juillet 2015 (+0,4% précédemment estimé).

L'indice ISM manufacturier américain ressort à 50,2 en septembre, contre 50,5 de consensus et 51,1 au mois précédent. Supérieur à 50, l'indice indique toujours une expansion de l'activité mais à un rythme inférieur.

L'indice PMI de Chicago pour le mois de septembre 2015 est ressorti très décevant, inférieur à la barre fatidique des 50. Ressortant à 48,7 en septembre, cet indicateur traduit une contraction inattendue de l'activité, contre un consensus de 53,6 et une lecture de 54,4 pour le mois antérieur.

L'inflation IPCH est estimée à -0,1% dans la zone euro en septembre, selon les données préliminaires publiées par Eurostat ce matin. Les économistes anticipaient plutôt une stabilité. L'inflation de base, qui exclut les éléments les plus volatils, est inchangée à 0,9%, conformément aux attentes. Les prix sont toujours tirés à la baisse par l'énergie. L'alimentation, l'alcool et le tabac devraient connaître le taux annuel le plus élevé en septembre (+1,4%), suivis des services (+1,3%) et des biens industriels non-énergétiques (+0,3%). L'évolution des prix énergétiques s'établit à -8,9%.

La croissance se poursuit dans le secteur manufacturier de la zone euro à la fin du 3ème trimestre 2015, la production et les nouvelles commandes affichant de légères progressions en septembre. L'Indice PMI final pour l'Industrie Manufacturière se replie néanmoins de 52,3 en août à 52 en septembre sur un plus bas de cinq mois. Un niveau en ligne avec les attentes.

Les prix à la production industrielle ont diminué de 0,8% dans la zone euro en août après avoir déjà baissé de 0,2% le mois précédent. Le consensus tablait sur un repli de 0,6%. En glissement annuel, les prix affichent un recul de 2,6%, précise Eurostat.

L'Indice PMI manufacturier se redresse de 48,3 en août à 50,6, indiquant une croissance marginale du secteur manufacturier français, après 2 mois consécutifs de contraction en juillet et en août. Le consensus tablait sur un indice à 50,4.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,128$, en hausse d'environ 0,8% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à 44,2$ et le Brent ressort à 47,1$. L'once d'or s'échange autour des 1.140 dollars (-0,6%).

LES VALEURS

Cegereal s'envole de 25%. Northwood Investors va racheter les 60% du capital détenus par Commerzbank à 35,62 euros par action, soit une prime de près de 30% sur le dernier cours coté. Conformément à la réglementation, une OPA suivra dans les mêmes conditions. L'acquéreur a l'intention de maintenir la cotation des actions pour conserver le statut SIIC (foncière cotée)...

Rémy Cointreau s'adjuge 7,3%. Le titre du groupe de spiritueux a notamment bénéficié d'une note de Bernstein qui a rehaussé sa recommandation de "performance en ligne" à "surperformance" avec un objectif de cours maintenu à 67 euros. Le courtier estime que le consensus n'a pas encore pris en considération les effets de change favorables, la stabilisation à moyen-terme de la reprise en Chine et la forte croissance enregistrée aux Etats-Unis.

Trigano s'octroie 6,9% sur ses niveaux de 2008. L'action a profité des échos favorables du Salon du camping-car au Bourget qui se déroule jusqu'au 6 octobre, un enjeu commercial important pour le groupe.

Edenred grimpe de 6,1%, dopé par une note d'UBS. La banque suisse est passée de "neutre" à "acheter" sur la valeur malgré un objectif de cours réduit de 21,7 à 18,5 euros. UBS estime que les craintes du marché relatives à une éventuelle baisse du dividende ou à une dégradation de la note crédit sont exagérées. Le broker continue à voir l'entreprise comme l'une des plus solides du secteur. Edenred devient même le premier choix d'UBS dans le secteur des loisirs...

Technip s'adjuge 4,4%, les investisseurs saluant les deux derniers contrats Subsea remportés auprès de Shell et ENI. Ces deux contrats, dont le CM-CIC estime la valeur cumulée entre 50 et 100 millions d'euros, sont importants dans le contexte actuel de rareté des lancements de nouveaux projets et permettent d'alimenter le carnet de commandes Subsea de Technip, explique le broker.

Fnac gagne 2,6%. La société a soumis à Darty une offre de rachat. Elle est libellée en titres : une action Fnac pour 39 Darty, ce qui valorise le britannique 101 pence par action, sur la base d'un cours de bourse de 53 euros pour la Fnac à la clôture du 29 septembre 2015. Les capitaux propres de Darty seraient ainsi valorisés 533 millions de livres. Le management du groupe britannique a confirmé la réception de l'offre, qu'il va examiner.

Bénéteau (+1,9%). Le groupe a bouclé le 31 août un exercice plutôt compliqué, marqué en juillet par le départ inattendu du président du directoire Bruno Cathelinais. Les revenus annuels ont atteint 969,8 ME, soit une hausse de 20% en données brutes et de 7,6% à périmètre et change constants. Le consensus attendait un peu mieux.

A l'inverse, Gaussin s'effondre de 47,7%, lourdement sanctionné après avoir fait état de résultats décevants et exprimé son souhait de s'adosser à un groupe international mondial...La situation du groupe est désormais très tendu : "A fin août 2015 et pour les mois à venir, le groupe n'est pas en capacité de poursuivre les investissements nécessaires à la finalisation des technologies en cours de développement et d'honorer son carnet commande sans faire appel à de nouveaux financements externes. Pour se faire, la société Gaussin proposera à l'assemblée générale qui se tiendra le 30 octobre 2015 de conférer un certain nombre de délégations de pouvoir, pour une durée de de 18 mois, afin de réaliser des augmentations de capital dont l'entrée d'éventuels partenaires internationaux".

Neopost chute de 25,9%. En marge de comptes semestriels plutôt décevants, le management a annoncé une forte réduction du dividende pour l'année en cours et les deux ou trois suivantes, afin de disposer de davantage de fonds pour investir dans la transition économique en cours, à cause de la disparition progressive de la rente postale. Côté brokers, la Société Générale est toujours à l'achat sur la valeur, mais ne vise plus qu'un cours de 30 euros.

Altice plonge de 23%, alors que le groupe a annoncé avoir levé 1,61 milliard d'euros dans le cadre de son augmentation de capital destinée à financer une partie du rachat de Cablevision. La maison mère de Numericable-SFR a placé 69.997.600 actions A et 24.825.602 actions B à un prix de 17 euros pièce. La firme espérait lever 1,8 MdE... La firme a également réalisé un emprunt obligataire de 8,6 milliards de dollars.

Numéricable SFR perd 18,7%, au plus bas depuis le mois de janvier. Les investisseurs sont échaudés par la dette du holding de contrôle du groupe, Altice. La société de Patrick Drahi est en effet engagée dans un vaste projet d'expansion aux Etats-Unis sur le marché du câble, via les rachats de Suddenlink et Cablevision... Une croissance à marche forcée qui repose avant tout sur de l'endettement, un effet de levier qui commence à inquiéter certains investisseurs...

CGG trébuche de 9,2%. UBS a abaissé de 4 à 2,50 euros son objectif de cours en restant à la vente sur le dossier.

Bonduelle se replie de 8,5%. La société a dégagé un résultat opérationnel courant annuel de 111,5 ME (+8,6%). Un niveau parfaitement en ligne avec les attentes du consensus, qui fait ressortir une marge de 5,6%. A taux de change constants, la progression aurait même atteint 13,6%. Bonduelle espère dépasser, sur le nouvel exercice, la rentabilité opérationnelle courante du précédent, sur une base de taux de change constants. Le coupon a été relevé de 15% à 0,43 euro.

Air France KLM (-4,5%) après l'échec des négociations entre les pilotes et la direction. Alors qu'Alexandre de Juniac a évoqué vendredi matin au micro d'Europe 1 "un important plan de réduction d'emplois", la compagnie française envisagerait de supprimer 2.900 postes, a indiqué à Reuters une source syndicale. Cette annonce a été faite par le président du transporteur lors du conseil d'administration qui s'est tenu vendredi, a précisé cette source. Air France prévoit de supprimer 300 emplois chez les pilotes, 700 parmi le personnel navigant commercial et 1.900 parmi le personnel au sol.

Renault rend 1,1% alors que les immatriculations de voitures neuves en France sont restées très vigoureuses en septembre, avec une hausse de 9,1%. Les immatriculations ont été particulièrement dynamiques pour les marques étrangères, avec une hausse moyenne de 15,1%. Du côté des constructeurs français, PSA Peugeot Citroën a progressé de 3,9%, avec une hausse marquée pour les véhicules de la marque Peugeot (+7%), tandis que Citroën (-0,6%) et DS (-1,3%) reculent. Le groupe Renault avance de 5,8%, avec une augmentation de 5,3% pour Renault et de 9,3% pour Dacia.

 
0 commentaire - Marchés /bilan hebdomadaire : le CAC40 limite son repli à 0,5%
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]