Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 poursuit sa pause et cède 0,7%

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 poursuit sa pause et cède 0,7%©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 16 juin 2017 à 17h45

Deuxième semaine de petite baisse pour le marché parisien qui continue à marquer une pause. Le petit coup de tabac sur les technos à Wall Street a pesé sur la tendance lundi avant que la macro ne reprenne le dessus. Outre les nombreux indicateurs de conjoncture dévoilés ces derniers jours, l'actualité a été dominée par le statu quo de la Fed. La Réserve fédérale a comme prévu rehaussé ses taux, mais elle a également maintenu le cap du resserrement monétaire, malgré le passage à vide actuel de l'inflation, et elle entend aussi commencer à réduire son bilan dès cette année. De quoi quelque peu renforcer la morosité ambiante alors que le climat autour de la présidence Trump reste toujours lourd.

Sur le front des valeurs, les technos ont donc souffert de la baisse du Nasdaq alors que l'annonce du rachat surprise de Whole Foods Market par Amazon a pesé sur le secteur de la distribution en fin de semaine. Sur cinq séances, le CAC40 cède 0,69% à 5.263 points ce vendredi soir.

ECO ET DEVISES

Les ventes de détail US du mois de mai se sont établies en baisse de -0,3% en comparaison du mois antérieur, contre +0,1% de consensus et +0,4% le mois antérieur. Hors automobile, les ventes de détail de mai ressortent en recul de -0,3%, contre +0,2% de consensus et +0,4% un mois plus tôt.

L'indice manufacturier 'Empire State' de la Fed de New York pour le mois de juin est ressorti extrêmement solide, à 19,8, contre un consensus de place de seulement 5 pts et un niveau de -1 rapporté un mois auparavant.

D'après la Fed, la production industrielle américaine est restée stable pour le mois de mai (consensus +0,2%), après un gain de +1,1% en avril. La production manufacturière a quant à elle décliné de 0,4% par rapport au mois antérieur, contre un consensus de +0,2%.

La production industrielle, corrigée des variations saisonnières, a augmenté de 0,5% dans la zone euro en avril, en ligne avec les attentes. En glissement annuel, la production affiche une hausse de 1,4% après +2,2% le mois précédent et contre +1,3% de consensus.

Indice ZEW contrasté en mai. L'indice ressort à 18,6 points après 20,6 en avril, et contre 21,7 de consensus. Mais l'indice relatif à la situation actuelle s'établit à 88, contre 83,9 le mois précédent, et 85 de consensus. L'indice ZEW est compilé chaque mois auprès d'environ 350 experts financiers. Il représente la différence entre la portion d'analystes optimistes et la portion d'analystes pessimistes pour le développement économique allemand à 6 mois.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,119$, stable sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 44,7$ et le Brent ressort à 47,3$. L'once d'or s'échange autour des 1.253 dollars (-1,2%).

LES VALEURS

Plastivaloire flambe de 17,6% dans le sillage d'une excellente publication semestrielle. La rentabilité s'est nettement améliorée au terme du premier semestre de l'exercice 2016-2017, qui couvre la période allant d'octobre à mars. Grâce à un chiffre d'affaires en progression de 9,1% à 311,2 millions d'euros, la marge brute s'est appréciée de 1,4 point pour atteindre 49,3%, tandis que l'EBITDA a fortement progressé de plus de 30% à 40,4 ME (13% de marge). Le résultat opérationnel courant croît davantage, +36%, à 26,8 ME. La marge atteint 8,6% après 6,9% un an plus tôt. Le bénéfice net part du groupe s'apprécie de 40% à 20,2 ME.

EDF avance de 5,1%. Le titre a bénéficié du relèvement de la valorisation d'Investec de 9,10 à 12 euros, pour une recommandation renouvelée à l'achat, et de celle de JP Morgan de 10 à 14 euros, assortie d'une opinion "surpondérer". Ce dernier est le bureau d'études qui affiche désormais la valorisation la plus élevée sur l'énergéticien.

Direct Energie (+3,4%). Le principal "challenger" d'EDF et Engie en France va franchir une nouvelle étape dans son développement en rachetant Quadran, l`un des principaux producteurs d`énergies renouvelables de l'hexagone. Le parc concerné par la transaction affiche une puissance nette de 243 MW. Le prix d'acquisition est de 303 ME. Un complément de prix d`un montant maximum de 113 ME est prévu en fonction du rythme de mise en service des nombreux projets d'ici mi-2019, soit une facture totale maximum de 416 ME. L'acquéreur envisage de faire appel au marché à hauteur de 100 ME.

Publicis s'offre un gain de 2,8%. UBS a débuté le suivi de la valeur avec un conseil "achat" et un objectif de 80,5 Euros. Le broker suisse juge désormais le titre attrayant après trois années de sous-performance.

Michelin gagne 2,5%. Le groupe renforce ses activités de diversification en rachetant l'américain NexTraq, un fournisseur de solutions télématiques pour flotte commerciale. Cette entreprise basée près d'Atlanta est une filiale de Fleetcor Technologies.

A l'inverse, Soitec chute de 13,3%, victime de prises de bénéfices après l'annonce d'une forte amélioration de ses comptes annuels. Un redressement largement anticipé par les opérateurs... L'entreprise iséroise a publié son premier résultat annuel positif en dix ans, après avoir soldé le douloureux épisode de la diversification dans le solaire. Le groupe anticipe une croissance d'environ 25% à taux de change constants de son chiffre d'affaires sur l'exercice en cours avec une marge d'EBITDA de l'activité Électronique attendue à un niveau de 20% minimum.

STMicroelectronic plonge de 11,6%, emporté par la chute des valeurs technologies à Wall Street. Outre les dernières rumeurs relatives à l'iPhone 8 d'Apple, STM a fait les frais de la dégringolade ((passagère ?) des poids lourds de la cote américaine après des mois d'euphorie.

Lectra perd 11% après la cession des 16,6% du capital détenus par André Harari, le président du conseil d'administration. Les actions ont été placées à 24 euros pièce auprès d'investisseurs institutionnels. Le flottant est porté de 63% à plus de 80% du capital, ce qui va améliorer la liquidité du titre. Daniel Harari conserve pour sa part ses 17,5% du capital.

Renault recule de 1,4%. Les immatriculations de véhicules neufs ont pourtant repris leur ascension en mai, après avoir marqué le pas en avril, a fait savoir l'Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA). Le mois dernier, 1.386.818 véhicules particuliers ont été immatriculés, soit une progression de 7,6% en glissement annuel. Renault fait mieux que la moyenne grâce à Dacia tandis que Groupe PSA est en croissance, mais en deçà du marché, malgré une bonne performance de Citroën.

Euronext (-0,25%). BNP Paribas et Société Générale ont réduit la voilure au capital, en plaçant une partie de leurs titres auprès d'investisseurs institutionnels. Les deux établissements se séparent de 6,3% du tour de table, alors que leur détention atteignait jusque-là 10%. BNP conservera 2,2% des parts (vs. 7%) et SocGen 1,5% (vs. 3%), au moins jusqu'à l'expiration du nouveau pacte conclu hier, soit le 20 juin 2019. Les actions ont été vendues 45 euros pièce.

 
0 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 poursuit sa pause et cède 0,7%
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]