Marchés /bilan hebdomadaire : le CAC40 rebondit de 2%

Marchés /bilan hebdomadaire : le CAC40 rebondit de 2%©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 20 novembre 2015 à 17h45

Belle semaine de rebond pour le marché parisien en dépit du climat pesant dans l'Hexagone suite aux attentats de vendredi dernier dans la capitale. Le CAC40 reprend ainsi 2,14% sur cinq séances, à 4.911 points ce vendredi soir. Le compte-rendu de la dernière réunion de la BCE, a confirmé que l'Institution devrait assouplir davantage sa politique monétaire le mois prochain, même si les outils qui seront employés (baisse de taux, hausse de la taille du QE...) ne sont pas encore connus. A l'inverse, une première hausse des taux depuis juin 2006 aux Etats-Unis semble désormais acquise. Dans l'actualité entreprises, Air Liquide s'est distingué avec l'annonce de la plus grosse opération externe de son histoire avec l'acquisition de son concurrent américain Airgas.

ECO ET DEVISE

L'indice 'Empire State' d'activité manufacturière régionale de la Fed de New York pour le mois de novembre 2015 est ressorti négatif de 10,74 points, contre -6 de consensus de place et -11,36 rapporté un mois avant. Ainsi, cet indicateur confirme un net déclin de l'activité manufacturière dans la région.

D'après le rapport gouvernemental aux États-Unis, les mises en chantier de logements pour le mois d'octobre 2015 sont ressorties sur un rythme de seulement 1,06 million d'unités, contre 1,162 million de consensus de place et 1,191 million un mois avant (données révisées). Les permis de construire sont par contre en ligne avec les attentes en octobre, ressortant sur un rythme de 1,15 million d'unités contre 1,105 million un mois auparavant.

L'indice des indicateurs avancés américains mesuré par le Conference Board pour le mois d'octobre 2015 est ressorti en solide croissance de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus de place et -0,1% au mois de septembre 2015.

Selon la Fed, la production industrielle américaine du mois d'octobre 2015 est ressortie en repli de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,1% de consensus. Le taux d'utilisation des capacités de production est conforme aux attentes à 77,5%. La production manufacturière se tient par contre bien, en hausse de 0,4% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus.

L'indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne ressort mitigé. La composante portant sur la situation actuelle recule de 55,2 à 54,4 en novembre, contre 55 de consensus, tandis que la composante sur les attentes ressort à 10,4 contre 1,9 le mois précédent et 6 de consensus.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,067$, en repli de près de 1% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à 41,5$ et le Brent ressort à 44,4$. L'once d'or s'échange autour des 1.083 dollars (+0,15%).

LES VALEURS

Edenred flambe de près de 16%. Le titre de l'ancienne filiale d'Accor a été dopé par la solide publication annuelle de Sodexo qui a également annoncé une forte hausse de son dividende ainsi qu'un programme de rachat d'actions. "C'est un 'readacross' de la publication de Sodexo et notamment les commentaires concernant l'amélioration attendue des marges pour 2016", a notamment expliqué à Reuters John Plassard, directeur adjoint de Mirabaud Securities. "C'est un secteur où l'on pensait que les marges allaient de plus en plus se réduire et le message du jour porte l'espoir qu'il pourrait y avoir une interruption dans l'érosion des marges du secteur", ajoute l'expert.

Trigano (+15,7%) a bouclé un bel exercice le 31 août dernier. Le groupe a non seulement fait progresser ses revenus de 20,5%, pour signer un nouveau record à 1,075 milliard d'euros, mais encore fait bondir de 85% son résultat opérationnel courant à 64,1 millions d'euros, ce qui permet d'afficher une marge de 6%, largement supérieure à celle du millésime 2013/2014 (3,9%) et plus solide que ce que prévoyait le consensus (5,5%). Le bénéfice net a été presque triplé à 59,5 ME, là aussi au-delà des attentes de la place (entre 40 et 41 ME), même s'il a été gonflé par les exceptionnels, notamment fiscaux.

Sodexo s'envole de 15,2%. Les investisseurs ont salué la publication annuelle du spécialiste de la restauration collective et la confirmation de ses objectifs de moyen terme. Concernant 2016, le management revoit en baisse ses attentes de croissance organique mais revoit en hausse ses attentes d'amélioration des marges, supérieures aux consensus, note Natixis. Le groupe versera par ailleurs un dividende de 2,20 euros accompagné d'un programme de rachat d'actions, en vue de les annuler, de 300 millions d'euros.

LDLC avance de 11,6%, porté par une solide publication semestrielle. Pour l'exercice 2015-2016, le groupe a confirmé viser une croissance à deux chiffres avec une amélioration de la rentabilité opérationnelle.

Casino remonte de 12,1% après un beau rebond technique.

Gameloft avance de 6%, le titre touchant même un nouveau plus haut depuis la fin du mois de juillet 2014 à 5,86 euros. Le titre a doublé depuis son plancher de la fin janvier 2015, à 2,90 euros. La lutte d'influence entre la famille Guillemot et Vivendi continue au sein du capital. La fratrie Guillemot a racheté des titres récemment, pour monter à 10.950.168 actions, soit 12,789% du capital mais 21,641% des droits de vote. Vivendi, qui s'est invité voilà quelques semaines dans le tour de table, sans concertation préalable, a annoncé hier être à la tête de 14.745.617 actions Gameloft, soit 17,34% du capital, mais seulement 15,34% droits de vote, car la famille Guillemot possède des droits de vote double sur une partie de sa détention. Ce droit est conféré par les statuts de Gameloft aux actions nominatives entièrement libérées pour lesquelles il est justifié d'une inscription nominative depuis 2 ans au moins au nom du même actionnaire.

Soitec grignote 1,3%, après avoir publié ses meilleurs résultats depuis longtemps. Alors évidemment, la société a encore accusé une lourde perte nette au terme de son premier semestre 2015/2016, -43 millions d'euros, mais les charges financières et les activités solaires non poursuivies pèsent à hauteur de 40 ME. Le coeur de métier, l'électronique, revient dans le vert au niveau opérationnel à hauteur de 3 ME (-25 ME un an avant).

A l'inverse, Parrot chute de 22%. Les choses n'ont pas traîné pour Parrot, qui avait annoncé lundi sa volonté de procéder à une grosse augmentation de capital pour accélérer son expansion dans les drones, à la surprise des investisseurs devant l'ampleur du projet. Le groupe a annoncé les modalités d'une levée de fonds de 300 millions d'euros. L'augmentation de capital démarrera dès le 23 novembre pour s'achever le 4 décembre inclus. Elle prend la forme d'une émission d'actions à bons de souscription d'actions (ABSA) e à 17 euros pièce.

Groupe Flo trébuche de 10,2%. Le groupe possède non seulement les chaînes Hippopotamus, Bistro Romain, Tablapizza ou Maître Kanter, mais aussi de nombreux établissements parisiens comme Le Vaudeville, le Boeuf sur le Toit, Julien, La Coupole ou Bofinger. L'activité des neuf premiers mois de l'année avait été durement affectée par les attentats survenus en début d'année dans la capitale française, et il ne fait aucun doute que ceux du 13 novembre vont également peser sur l'activité dans les prochains mois.

Korian chute de 9,4%, après le départ surprise de son directeur général, débarqué par le conseil d'administration. Natixis a immédiatement réagi en passant de "acheter" à "alléger" sa recommandation sur le dossier, pour un objectif ramené de 39 à 30 euros. "Le timing et les motivations d'une telle décision sont surprenants", explique l'analyste, surtout alors que le groupe vient d'annoncer le rachat de Casa Reha en Allemagne.

Fnac cède 5,8%, victime des craintes de baisse de la consommation après les terribles attentats de vendredi dernier à Paris.

Air Liquide (-3,1%). Le groupe va réaliser la plus grande opération de croissance externe de son histoire, avec la signature d'un accord en vue de l'acquisition de son concurrent américain Airgas, pour une valeur d'entreprise de 13,4 Mds$ (12,6 MdsE). L'opération devrait être relutive (positive pour le bénéfice par action) dès la première année. Le groupe français a précisé qu'il comptait financer l'opération notamment via un prêt relais qu'il a déjà obtenu. Il a aussi l'intention de se refinancer à travers une augmentation de capital d'un montant de 3 à 4 MdsE et l'émission d'obligations à long terme en dollars américains et en euros. La perspective de cette augmentation de capital pèse donc aujourd'hui.

 
0 commentaire - Marchés /bilan hebdomadaire : le CAC40 rebondit de 2%
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]