Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 reperd du terrain après le statu quo de la Fed

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 reperd du terrain après le statu quo de la Fed©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 18 mars 2016 à 17h45

Après avoir nettement rebondi depuis un mois, le marché parisien a marqué une pause lors cette semaine, pénalisé par le retour des inquiétudes sur la conjoncture internationale dans le sillage de la temporisation décidée par la Réserve fédérale américaine sur ses taux. Le CAC40 a reculé de 0,7% en rythme hebdomadaire pour revenir à 4.463 points. Tout avait pourtant bien commencé avec un net redressement des prix du pétrole lundi, alors que les pays producteurs de l'Opep et non Opep ont annoncé qu'ils allaient se réunir en avril pour mettre un terme à la surabondance de l'offre sur le marché. Mais l'optimisme des investisseurs a laissé place progressivement à la prudence. La Fed a opté sans surprise pour un statut quo sur ses taux directeurs, mais le discours de sa présidente Janet Yellen sur la santé de l'économie américaine a semé le trouble sur les marchés et affaibli le dollar, pénalisant par ricochet les actions exportatrices européennes. Si la tendance de l'activité reste favorable outre-Atlantique, le diagnostic de l'économie américaine est jugé suffisamment incertain pour que la Fed marque une pause dans un processus de normalisation de sa politique, avec une remontée des taux qui s'annonce très graduel.

ECO ET DEVISES

L'actualité américaine de la semaine était évidemment dominée par la Fed et son statu quo monétaire. Janet Yellen a par ailleurs montré plus de prudence concernant le durcissement à venir de la politique de taux, probablement très graduel. Sur le front économique, la consommation américaine a relativement déçu, mais l'industrie manufacturière a agréablement surpris.

Les ventes de détail aux Etats-Unis pour le mois de février 2016, dévoilées mardi, se sont inscrites en retrait de 0,1% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après un déclin révisé à 0,4% pour le mois de janvier. Hors automobile, les ventes de détail sont également ressorties en recul de 0,1% en février, contre -0,2% de consensus. Enfin, hors automobile et essence, les ventes ont augmenté de 0,3%, conformément au consensus.

L'industrie manufacturière américaine a donc donné quelques signaux de reprise, avec deux indicateurs régionaux étonnamment solides. L'indice d'activité manufacturière régionale 'Empire State' de la Fed de New York pour le mois de mars 2016 est ressorti positif de 0,62 point, de manière très inattendue, contre un consensus de place logé pour sa part à -11 et un niveau de -16,6 rapporté un mois auparavant. L'indice est repassé en territoire positif pour la première fois en huit mois.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de mars 2016 est ressorti positif de 12,4 points (!), contre un consensus de place logé à -1,4 et un niveau de -2,8 rapporté un mois auparavant. Il s'agit donc d'un très bonne surprise, puisque l'indicateur traduit sans conteste une reprise de l'expansion de l'activité manufacturière dans la région. Mieux encore, l'indice ressort au plus haut niveau depuis février 2015.

Les chiffres US du logement sont ressortis contrastés cette semaine. Les mises en chantier de logements pour le mois de février 2016 ont augmenté de 5,2% en comparaison du mois antérieur pour atteindre un rythme de 1,178 million d'unités, contre 1,146 million de consensus. Les permis de construire se sont établis par contre sur un rythme inférieur aux attentes de 1,167 million d'unités (-3,1%), contre 1,202 million de consensus.

Selon la Fed mercredi, la production industrielle américaine du mois de février 2016 a reculé de 0,5% en comparaison du mois antérieur, contre -0,2% de consensus de place et +0,8% pour la lecture révisée du mois de janvier. La production manufacturière a quant à elle progressé de 0,2% en février, alors qu'elle était attendue stable. Le taux d'utilisation des capacités de production a atteint 76,7%, contre 76,9% de consensus.

La Réserve fédérale américaine s'est montrée particulièrement prudente, mercredi, sur son calendrier de hausses des taux directeurs. La Fed a maintenu ses taux à leur niveau actuel (fourchette de 0,25%-0,50%) et surtout, elle prévoit désormais seulement deux hausses des taux en 2016, et non plus quatre, comme anticipé en décembre dernier. "La décision de maintenir les taux inchangés reflète l'évolution de l'économie mondiale, la prudence est appropriée", a ainsi déclaré Janet Yellen, la présidente de la Fed, lors de la conférence de presse suivant l'annonce des décisions du comité de politique monétaire de la Fed. La prévision de deux hausses cette année et non plus quatre "reflète les prévisions de croissance mondiale et un certain resserrement des conditions de crédit", a-t-elle ajouté.

Au passage, la Fed a revu en légère baisse ses prévisions de croissance aux Etats-Unis pour 2016. Elle table sur une progression de 2,2% du PIB cette année, contre +2,4% prévu il y a trois mois.

LES VALEURS

Fimalac grimpe de 21% pour s'ajuster sur le prix de l'OPA simplifiée qui sera lancée le mois prochain. La société va racheter jusqu'à 1,7 million de ses propres actions, soit 6,3% de son capital actuel, au prix de 101 euros. L'intention de Fimalac est d'annuler les actions rachetées dans le cadre de cette opération.

Zodiac rebondit de 18,9%. A l'occasion de la publication de son chiffre d'affaire du 1er semestre 2015-2016, ressorti inférieur aux attentes avec un recul de l'activité de 1,8% en organique, l'équipementier aéronautique a prévenu que son objectif financier d'une marge opérationnelle proche de 10% ne serait pas atteint. Le titre Zodiac s'est malgré tout apprécié, sur fond de rumeurs d'un rachat attisées par une note de Crédit Suisse. Safran est présenté comme un prédateur potentiel...

Infotel grappille 8,5%. La SSII a enregistré un résultat opérationnel courant de 19,8 millions d'euros en 2015 contre 169 ME un an auparavant, soit un taux de rentabilité de 11,3%. La société a bénéficié d'un levier opérationnel grâce à la stabilité de ses charges de fonctionnement. La qualité du bilan permet en outre, cerise sur le gâteau, d'augmenter de 25% le dividende, porté à 1 euro par action.

Alstom s'adjuge 8,3%. Le titre du spécialiste des équipements de transport ferroviaire a profité d'une note favorable de broker. JP Morgan est passé à "surpondérer" sur la valeur en visant 26 euros.

Euronext reprend de l'altitude avec un gain hebdomadaire de 3,9%, sur fond de retour de la spéculation. Le groupe aurait embauché deux banques conseils pour évoquer son avenir, en pleine bataille américano-allemande pour le contrôle du London Stock Exchange, selon les informations du quotidien 'Les Echos'. Trois pistes seraient examinées : un regroupement avec d'autres places européennes (Madrid est évoquée), le renforcement dans les infrastructures de marché ou l'investissement dans la technologie et les plateformes ouvertes d'enregistrement.

TF1 avance de 6,9%. Goldman Sachs a revalorisé le titre en portant son objectif de cours à 14 euros, contre 13,5 euros visés précédemment, justifiant une reconduction de l'opinion "achat" sur la valeur. Goldman Sachs rehausse en parallèle son cours cible sur M6 (+2%) de 17,5 à 18 euros, tout en laissant inchangé la recommandation "neutre" sur le dossier.

Vallourec reperd 8,8%. En dépit de la bonne orientation des prix de l'or noir, l'action du groupe parapétrolier a été mise sous pression par Bernstein. Le broker a publié une étude approfondie qui le pousse à passer de "performance de marché" à "sousperformance", pour une valorisation abaissée de 11 à 2 euros. L'opinion très négative de l'analyste s'appuie notamment sur de gros doutes quant aux économies générées par le plan actuel.

Orange recule de 5,6%. L'opérateur historique a essuyé des dégagements de prudence alors que les discussions avec Bouygues pour le rachat des activités télécoms de ce dernier sont entrées dans leur dernière ligne droite. Le PDG d'Orange, Stéphane Richard, a déclaré mercredi que les discussions en cours avec les concurrents Iliad et SFR sur le partage éventuel des actifs de Bouygues Telecom étaient sur le point d'aboutir. Orange pourrait finalement n'avoir qu'à débourser 4 MdsE pour cette acquisition.

Sanofi (-4,4%) a pâti d'une décision de justice défavorable dans le cadre du différend qui l'oppose à Amgen sur Praluent. Avec son partenaire Regeneron, le laboratoire pharmaceutique a annoncé son intention de faire appel, considérant que les revendications brevetaires invoquées par Amgen dans l'action en contrefaçon qu'il a entamée aux États-Unis sont invalides.

Danone a reflué de 1,6%, pénalisé par une rumeur lui prêtant l'intention de revenir à la charge sur le groupe américain Mead Johnson qu'il aurait déjà convoité il y a quelques mois. "Mead Johnson travaillerait avec Lazard après des marques d'intérêts de géants européens de l'alimentaire", peut-on lire sur le blog financier Betaville, à l'origine de la rumeur, qui cite Nestlé et Danone.

 
0 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC40 reperd du terrain après le statu quo de la Fed
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]