Marchés / bilan hebdomadaire : nouvelle baisse du CAC40 pour débuter avril

Marchés / bilan hebdomadaire : nouvelle baisse du CAC40 pour débuter avril©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 08 avril 2016 à 17h45

Quatrième semaine consécutive de baisse pour le marché parisien. Malgré un net rebond ce vendredi, le CAC cède 0,44% sur cinq séances, à 4.303 points ce vendredi soir. Dans l'attente du début de la saison des résultats, avec les comptes d'Alcoa prévus lundi, l'actualité entreprises a été marquée par l'échec de la fusion géante entre Pfizer et Allergan aux Etats-Unis. Conséquence de ce plus gros raté de l'histoire des fusions-acquisitions (l'opération atteignait 160 Mds$), plus de 382 milliards de dollars d'opérations ont désormais été annulés depuis le début de l'année ! En France, le secteur des télécoms a animé la cote après l'échec des discussions entre Orange et Bouygues en vue d'un rachat de Bouygues Telecom par l'opérateur historique. Au niveau macroéconomique, Janet Yellen, la patronne de la Fed, a à nouveau plaidé pour un resserrement graduel de la politique monétaire de la banque centrale américaine.

ECO ET DEVISES

Selon le rapport gouvernemental aux Etats-Unis, les commandes industrielles du mois de février 2016 se sont établies en recul de 1,7% en comparaison du mois antérieur, contre -1,6% de consensus de place et +1,2% pour la lecture révisée du mois de janvier.

L'indice ISM des services américains pour le mois de mars 2016 est ressorti à 54,5, contre 54 de consensus et 53,4 un mois avant.

Le déficit commercial américain a atteint 47,1 milliards de dollars en février, contre 45,9 Mds$ le mois précédent et 46,2 Mds$ de consensus.

Les ventes de détail ont progressé de 0,2% entre janvier et février dans la zone euro, a fait savoir Eurostat. Les économistes interrogés par Bloomberg anticipaient une stagnation. Sur un an, elles progressent de 2,4%. La hausse mensuelle est due à l'accroissement de 0,5% des ventes du secteur "Alimentation, boissons, tabac", tandis que les ventes du secteur non-alimentaire ainsi que celles de carburants ont diminué de 0,2%.

Déception pour l'indice PMI des services. L'Indice final Markit de l'Activité de Services en France a atteint 49,9 le mois dernier, contre 49,2 en février, mais ressort inférieur à son estimation initiale (51,2) et au niveau de 51,2 attendu par le consensus.

A l'image de l'Indice PMI des services pour la France, l'Indice Final de l'Activité de Services de l'Eurozone du mois de mars est revu en baisse par rapport à son estimation initiale. Il ressort ainsi à 53,1 contre 54 en estimation flash et 53,3 en février. Le consensus tablait sur un indice à 54. L'Indice PMI Final Markit Composite ressort pour sa part à 53,1 contre 53,7 en première estimation et 53 en février.

La production industrielle retombe de 1% en février après avoir progressé de 1% le mois précédent. Le consensus tablait sur un repli limité à 0,4%. La production dans l'industrie manufacturière recule pour sa part de 0,9 % après +0,4% en janvier, précise l'Insee.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,4110$, en hausse d'environ 0,2% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à 39,8$ et le Brent ressort à 41,9$. L'once d'or s'échange autour des 1.241 dollars (+1,7%).

LES VALEURS

AB Science s'envole de 42,6%, après une bonne nouvelle en phase III dans la SLA. L'objectif principal a en effet été atteint après examen des données d'analyse intérimaire (après 48 semaines de traitement). Même si AB Science ne fournit pas plus de chiffres, le fait que l'étude soit positive et statistiquement significative est une nouvelle exceptionnelle, explique Sébastien Malafosse, l'analyste en charge du secteur chez Oddo Midcap, qui rappelle qu'à ce stade, aucun traitement n'a jamais fait la démonstration d'un quelconque bénéfice dans cette maladie neurodégénérative extrêmement sévère.

Inside Secure flambe de 30% après avoir indiqué que France Brevets et sa filiale NFC Technology ont conclu avec Sony un accord de licence de brevets NFC (Near Field Communications), à l'effet de lui conférer une licence mondiale pour ses produits, moyennant le paiement d'un droit de licence forfaitaire. Le programme de licence de brevets NFC, entièrement dirigé par France Brevets et sa filiale NFC Technology, inclut des brevets NFC d'Inside Secure et d'Orange, ainsi que des brevets acquis par France Brevets et par NFC Technology.

Implanet bondit de 11,9% après avoir reçu le feu vert des autorités américaine et européenne (obtention du 510k et du marquage CE) pour la mise sur le marché de son nouvel implant Jazz Lock.

Vallourec grimpe de 12,2%. Le début de l'augmentation de capital est programmé dès lundi prochain (11 avril). Les droits préférentiels de souscription (DPS) seront détachés lundi matin avant l'ouverture, à raison de 1 DPS pour 1 action détenue ce vendredi après la clôture. Jusqu'au vendredi 22 avril, 5 DPS permettront la souscription à titre irréductible de 8 actions nouvelles au prix de 2,21 euros. Les souscriptions à titre réductible seront admises. Comme dans le cas récent de l'augmentation de capital de CGG, ce prix de souscription de 2,21 euros fait apparaître une très forte décote, supérieure à 60% dans les cours actuels.

HF Company gagne 14,4%, dopé par l'annonce d'une très forte croissance de son activité trimestrielle.

Sanofi prend 5,3%. Le laboratoire a dévoilé son désormais traditionnel bilan pré-publication trimestrielle, qui comprend des éléments destinés à permettra à la communauté financière de mieux appréhender les comptes à venir. Le laboratoire fait ainsi part de deux éléments particuliers sur la période : un produit exceptionnel de 200 millions d'euros lié à un arbitrage favorable et une performance au Venezuela qui sera en net retrait par rapport au 1er trimestre 2015 (200 ME), dopé par des accords spéciaux et un taux de change différent. Il a en outre annoncé avoir acquis 18,8 millions de ses propres actions entre janvier et mars, pour 1,4 milliard d'euros.

A l'inverse, Numericable-SFR chute de 19,1%. Conséquence de l'échec des négociations entre Bouygues et Orange, Natixis a repris la couverture du dossier Numericable-SFR en dégradant la valeur d'"acheter" à "neutre". L'absence de consolidation et l'environnement toujours très concurrentiel du marché français mènent la banque à réviser fortement en baisse ses attentes sur le groupe (-10% en moyenne sur les BPA 2016/2018).

Orange perd 7,6% et Bouygues plonge de 15,2%. Les deux groupes ont donc échoué à trouver un accord pour le rachat de Bouygues Telecom. "Dans un marché où l'hypothèse d'une consolidation devient désormais durablement exclue, Bouygues Telecom poursuivra sa stratégie stand alone qui a permis d'ores et déjà un retour à la croissance du chiffre d'affaires et de l'Ebitda dès 2015", a commenté Bouygues, grand perdant de ces négociations.

Iliad trébuche de 14,1%. Dans un entretien accordé lundi au 'Figaro', Martin Bouygues n'hésite pas à affirmer que seuls trois des quatre protagonistes présents à la table des négociations souhaitaient aboutir à un compromis. Et le dirigeant ne fustige pas le patron d'Orange, bien au contraire, puisqu'il salue "le travail très important de Stéphane Richard et de ses équipes". "Manifestement, l'un des protagonistes nourrissait l'ambition d'avoir le maximum en payant le minimum, tout en gardant la possibilité de se retirer", ajoute le patron de Bouygues, qui vise Xavier Niel, le président d'Iliad, même s'il refuse de confirmer son identité en laissant "chacun libre de ses interprétations". Pour plusieurs médias, les exigences de l'Etat étaient également difficiles à assumer pour le conglomérat. Mais Martin Bouygues en minimise la portée dans 'Le Figaro', estimant que si les demandes de l'Agence des participations de l'Etat lui ont semblé "étranges", elles auraient fini par être surmontées si les quatre opérateurs s'étaient entendus.

Eramet (-11,1%), plombé par des rumeurs d'appel au marché. Dans un entretien accordé à "L'Opinion", Thomas Devedjian, directeur général adjoint en charge des finances, a démenti tout projet d'appel au marché : "Il n'y a pas de projet d'augmentation de capital à l'étude". Reste que comme l'indiquait "La Lettre de l'Expansion", des discussions ont bien eu lieu la semaine dernière entre l'Agence des participations de l'Etat et la famille Duval, premier actionnaire d'Eramet.

Peugeot perd 8,1%. "Push to pass", c'est le nom du nouveau plan stratégique de PSA, dévoilé cette semaine par le groupe, qui doit capitaliser sur les avancées de son prédécesseur, "Back in the race", qui avait sorti l'entreprise de l'ornière. Ce qui intéresse avant tout les marchés financiers, ce sont les objectifs : pour PSA, ce sera une marge opérationnelle courante moyenne de 4% pour la division automobile sur la période 2016-2018 et une cible à 6% en 2021, en s'appuyant sur une croissance de 10% du chiffre d'affaires entre 2015 et 2018 et en visant 15% supplémentaires d'ici 2021. Une politique de dividende est mise en place avec un ratio "payout" de 25% dès cette année.

Gemalto cède 4,7% après une passation de pouvoir majeure, puisqu'Olivier Piou, l'un des artisans de l'entrée en bourse d'Axalto puis du mariage avec Gemplus, va passer la main après 18 ans aux commandes. Le directeur général quittera son poste à la fin du mois d'août prochain, pour être remplacé par son bras droit Philippe Vallée.

BNP Paribas perd 4,7%, avec la Société Générale (-4,7%). Les établissements bancaires français ont à nouveau été affectés par la chute des banques italiennes. La BNP pourrait par ailleurs lancer début juin l'introduction en Bourse de First Hawaiian Bank. Selon le "Wall Street Journal", qui cite des personnes proches du dossier, la filiale américaine de la banque de la rue d'Antin espère lever un milliard de dollars dans le cadre de cette opération qui la valoriserait entre 4 et 5 Mds$.

ArcelorMittal se replie de 2,6%. L'augmentation de capital lancée a été couronnée de succès. Le groupe dispose désormais de 3 milliards de dollars d'argent frais pour mener à bien ses projets. Le groupe a prévu d'utiliser les fonds récoltés pour son désendettement et le renforcement de son bilan. L'objectif est de réduire la dette sous le seuil des 12 milliards de dollars. Cet effort est réalisé en parallèle d'un plan stratégique qui court jusqu'en 2020.

Air France KLM redonne 0,9%. Alexandre de Juniac, le PDG, va partir diriger l'Association internationale du transport aérien (IATA). Le conseil d'administration de la compagnie a engagé la préparation d'un plan de succession, puisque le dirigeant partira au plus tard le 1er août.

 
0 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : nouvelle baisse du CAC40 pour débuter avril
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]