Marchés / bilan hebdomadaire : semaine de yo-yo pour le CAC40

Marchés / bilan hebdomadaire : semaine de yo-yo pour le CAC40©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 07 juillet 2017 à 17h45

Le CAC40 a fait du yo-yo cette semaine pour terminer finalement en hausse de 0,48% sur cinq séances, à 5.145 points ce vendredi soir. Les investisseurs commencent à intégrer que la Fed et la BCE semblent sur la même longueur d'ondes pour réduire, chacune à leur rythme, le soutien à l'économie né de la crise financière. Ce changement de politique monétaire ne devrait toutefois pas être un long fleuve tranquille. La nette remontée des taux obligataires à travers le monde en atteste. La saison des publications semestrielles en France n'a par ailleurs pas très bien commencé à l'image de Carrefour, dont les ventes ont dépassé les attentes... au prix d'une forte activité promotionnelle, qui va peser sur les résultats.

ECO ET DEVISES

Le rapport mensuel de l'emploi américain était très attendu par la communauté financière après la division clairement affichée par les membres de la Fed sur les perspectives d'inflation et sur leurs conséquences sur le rythme du resserrement monétaire aux Etats-Unis. S'il ne fait aucun doute que la première économie mondiale continue à très bien se porter comme en atteste la création de 222.000 emplois (contre 179.000 pour le consensus) le mois dernier et la révision positive des données d'avril et juin, il faut noter qu'historiquement les chiffres de juin sont globalement toujours robustes dans la mesure où un grand nombre d'entreprises embauchent avant la saison estivale. En outre, bien qu'en légère hausse, le taux de participation reste proche d'un plancher de trente ans, à 62,8% (62,7% en mai). Cette petite augmentation de la population active s'est d'ailleurs traduite par une hausse du taux de chômage en juin, à 4,4% (+0,1 point).

Le bat-blesse en revanche du côté de l'évolution des salaires. Le salaire horaire moyen a en effet augmenté de seulement 0,2% en juin, là où les opérateurs espéraient une hausse de 0,3%. Sur un an, la progression atteint 2,5% contre 2,6% attendu.

L'ISM manufacturier américain du mois de juin atteint 57,8, contre 55,1 de consensus et 54,9 un mois plus tôt.

L'indice ISM américain des services pour le mois de juin est ressorti à 57,4, contre 56,5 de consensus de place et 56,9 un mois auparavant.

D'après le rapport gouvernemental aux USA, les commandes industrielles du mois de mai sont ressorties en repli de 0,8% en comparaison du mois antérieur, alors que les économistes de la place tablaient en moyenne sur une baisse de 0,5%

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont augmenté de 0,4% dans la zone euro en mai après avoir progressé de 0,1% le mois précédent. Le consensus anticipait une hausse de 0,3%. Sur un an, les ventes affichent une progression de 2,6%.

Les indices PMI européens se maintiennent à de très bons niveaux en juin. S'il se replie sur un plus bas de 4 mois en juin (56,3), l'Indice PMI Final IHS Markit Composite de l'Activité Globale dans l'Eurozone dépasse toutefois son estimation flash (55,7) et ne s'inscrit que légèrement en dessous des pics de 6 ans atteints en avril et en mai (56,8). Il est également supérieur au niveau de 55,7 attendu par le marché. L'Indice PMI Final IHS Markit de l'Activité de services recule de son coté de 56,3 en mai à 55,4 en juin, mais dépasse son estimation flash (54,7) et le consensus (54,7).

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,139$, en recul d'environ 0,3% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 44,2$ et le Brent ressort à 46,8$. L'once d'or s'échange autour des 1.1213 dollars (-2,2%).

LES VALEURS

Worldline s'envole de 10,8%. Outre l'actualité porteuse dans le secteur après le rachat de Worldpay par Vantiv, le titre de la filiale d'Atos a été soutenu par une note de HSBC. La banque britannique a rehaussé de "conserver" à "acheter" sa recommandation sur le dossier tout en portant son objectif de 28 à 34 euros.

Trigano grimpe de 7,5%. Au troisième trimestre de son exercice 2016/2017, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 564 ME, en hausse de +37,4%. Sur neuf mois, les revenus progressent de 27,3% à 1,3 MdE.

Peugeot avance de 5,2%. Le constructeur se réjouit du feu vert des autorités de la concurrence européenne au projet d'acquisition des activités automobiles d'Opel/Vauxhall auprès de General Motors. Le projet prévoit également l'acquisition des opérations de GM Financial Europe par BNP Paribas et Groupe PSA, qui doit encore recevoir l'aval de l'antitrust. Les équipes de PSA Groupe sont maintenant concentrées sur la réalisation des autres conditions nécessaires au closing de l'acquisition, prévu avant la fin d'année.

Axa (+4,4%) pourrait céder sa division de gestion de fortune à Hong Kong, Swiss Privilege, a appris Bloomberg. La filiale pourrait rapporter 400 M$. L'informateur de l'agence financière lui a expliqué que l'assureur allait faire parvenir dans les prochaines semaines un dossier de vente à d'éventuels prétendants. Axa pourrait ainsi monétiser un actif dont les entreprises chinoises sont actuellement fort avides.

Ingenico (+4,3%). 24 heures après avoir révélé avoir reçu une approche préliminaire de Vantiv, Worldpay et son homologue ont trouvé un accord de principe en vue d'une fusion. L'offre globale valorise le groupe britannique 3,85£ par titre, soit 7,7 Mds£. Ingenico avait tenté de mettre la main sur Worldpay fin 2015 avant que ce dernier ne choisisse finalement de s'introduire en bourse.

Airbus progresse de 2,9%. Le Salon du Bourget a permis d'étoffer, un peu, le carnet de commandes 2017, un millésime qui s'annonce faible compte tenu de l'absence de lancement majeur d'appareil. Sur les six premiers mois de l'année, les commandes fermes atteignent 203 unités nettes, soit 248 commandes et 45 annulations. Les livraisons ont dans le même temps atteint 306 avions. L'avionneur européen va par ailleurs vendre à la Chine 140 avions, 100 appareils de la famille A320 et 40 A350. Un contrat d'environ 23 milliards de dollars au prix catalogue.

Air France KLM gagne 1,8%. La croissance du trafic passager du mois de mai dans le monde a atteint 7,7%, selon les données dévoilées hier par l'Association internationale du transport aérien (IATA). C'est un peu plus faible que la progression enregistrée en avril, 10,9%, mais cela reste bien supérieur aux moyennes à 5 et 10 ans. Les capacités du mois de mai ont progressé de 6,1%, si bien que le coefficient de remplissage a progressé de 1,2 point pour atteindre 80,1%. Le président et directeur général de l'IATA, l'ancien patron d'Air France KLM Alexandre de Juniac, estime que la tendance favorable va se poursuivre, tout en rappelant que les compagnies sont préoccupées par la montée du protectionnisme.

A l'inverse, TF1 chute de 9,1%. JP Morgan est passé de neutre à "souspondérer" sur la valeur avec un objectif ajusté de 11,80 à 11,30 euros.

Sodexo perd 8,1%. Les revenus sur neuf mois ne sont pas à la hauteur des attentes. Le management a révisé en baisse pour la seconde fois ses objectifs annuels, avec une croissance internet attendue dans la fourchette 1,5 à 2%. Le principal élément positif est le maintien de l'objectif d'une hausse de 8 à 9% du résultat opérationnel ajusté. Dans le même secteur de la restauration collective, Elior perd 1,9%.

EDF trébuche de près de 8%. HSBC considère que la hausse de plus de 20% du dossier au second trimestre par rapport à la moyenne de ses comparables a nettement limité son potentiel. L'analyste, qui a ajusté à 8,40 euros son objectif de cours, abaisse de conserver à alléger sa recommandation. Il émet aussi des doutes sur l'EPR d'Areva, jugeant que le réacteur est trop cher et trop gros pour le marché.

Archos (-7,2%). Le titre du français spécialisé dans les périphériques mobiles évolue au plus bas depuis 2004. La société, qui sort d'un exercice difficile, a annoncé en mai que l'activité est restée en berne au 1er trimestre. Les efforts de diversification ne sont pas encore probants et ses marchés traditionnels (tablettes, smartphones d'entrée de gamme) sont très concurrentiels. En parallèle, le financement par OCABSA auprès d'un fonds d'investissement spécialisé dans les entreprises en situation délicate est très dilutif.

Carrefour rend 3,9%. La croissance a accéléré au second trimestre, avec un volume d'affaires sous enseignes avec essence de 26,3 MdsE, en hausse de 5,2% en données brutes. A magasins comparables hors essence et calendaire, les ventes sont en hausse de 2,8% au second trimestre et de 2,1% sur le semestre. En revanche, la croissance a été acquise au prix fort, a laissé entendre le directeur financier en conférence de présentation. Interrogé sur le consensus de résultats lors de la conférence de présentation, le directeur financier a botté en touche en évoquant le processus d'entrée en bourse de la filiale brésilienne, actuellement en cours. Il a cependant expliqué que l'effort promotionnel en France reste intense, que l'investissement prix l'est aussi, que la réorganisation de Rue du Commerce a un coût et que des promotions importantes sont aussi nécessaires ailleurs en Europe...

Publicis (-2,8%) a fait les frais d'une note d'Exane BNP Paribas qui a dégradé de "surperformance" à "neutre" sa recommandation sur le dossier tout en réduisant son objectif de cours de 75 à 69 Euros.

 
1 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : semaine de yo-yo pour le CAC40
  • pigeonxxl38 -

    bien qu'a la fin de la semaine ou de l'année on ne peut pas parler de remarquable avancée avec le yo-yo c'est encore le mieux que l'on puisse espérer plutôt qu'une éventuelle plongée qui n'est pas a écarter !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]