Marchés / bilan hebdomadaire : troisième semaine de gros rebond pour le CAC40

Marchés / bilan hebdomadaire : troisième semaine de gros rebond pour le CAC40©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 04 mars 2016 à 17h45

Et de trois ! Le marché parisien aligne une troisième semaine de hausse, soutenu par la remontée des cours du pétrole, de solides indicateurs de conjoncture aux Etats-Unis, et les nouvelles mesures de soutien de la Banque centrale chinoise. La rechute de l'inflation en zone euro a par ailleurs renforcé les attentes d'une nouvelle action de la BCE lors de la prochaine réunion de l'Institution le 10 mars. Les publications d'entreprises ont également contribué à détendre l'ambiance dans les salles de marchés avec les solides résultats de JCDecaux, d'Arkema ou encore de Gemalto. Au final, le CAC s'adjuge 3,23% sur cinq séances, à 4.457 points ce vendredi soir.

ECO ET DEVISES

Les créations d'emplois non-agricoles aux États-Unis pour le mois de février 2016 sont ressorties au nombre de 242.000, largement supérieures au consensus qui était plus proche de 190.000. Le taux de chômage demeure à 4,9%, comme prévu. Le Département américain au travail constate des gains en matière d'emploi dans la santé et l'assistance sociale, le commerce de détail, les services alimentaires et les débits de boissons, ainsi que dans les services d'éducation privée. Les pertes d'emploi se sont par contre poursuivies dans le secteur minier. En février 2016 aux USA, le taux de chômage reste donc stable à 4,9%, alors que le nombre de personnes sans emploi est également sans grande évolution, à 7,8 millions. Sur un an, le taux de chômage et le nombre de personnes sans emploi ont respectivement décliné de 0,6 point de pourcentage et 831.000.

L'indice ISM des services américains pour le mois de février 2016 est ressorti à 53,4, contre 53,1 de consensus et 53,5 un mois avant.

Les commandes industrielles américaines du mois de janvier 2016 ont augmenté de +1,6% en comparaison du mois antérieur, contre +2% de consensus de place, et -2,9% un mois avant.

A 53 en février, l'Indice PMI Final Markit Composite de l'Activité Globale dans l'Eurozone se replie à son plus bas niveau depuis janvier 2015 mais s'inscrit au-dessus de son estimation flash de 52,7 et du consensus (52,7). La croissance ralentit dans l'industrie manufacturière comme dans le secteur des services, les taux d'expansion affichant des plus bas de respectivement 12 et 13 mois. L'Indice Final de l'Activité de Services ressort ainsi à 53,3 contre 53,6 en janvier.

L'Indice PMI final pour l'Industrie Manufacturière de l'Eurozone se replie de 52,3 en janvier à 51,2 en février, au plus bas depuis 12 mois. Un niveau néanmoins supérieur à l'estimation Flash de 51 et aux attentes du consensus (51 également).

L'Indice final Markit de l'Activité de Services en France retombe sur un plus bas de 15 mois en février, à 49,2. L'indice, qui était ressorti à 50,3 en janvier et à 49,8 en première lecture, était attendu à 49,8 par le consensus. Parallèlement, l'Indice final Markit Composite de l'Activité Globale, mesurant l'activité combinée du secteur des services et de l'industrie manufacturière, se replie de 50,2 en janvier à 49,3, sur un plancher de 13 mois.

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont augmenté de 0,4% dans la zone euro en janvier, contre une hausse de 0,1% attendue par les économistes. En décembre, le commerce de détail avait progressé de 0,6%. En glissement annuel, l'indice des ventes de détail s'est accru de 2,0% dans la zone euro contre une progression de 1,3% attendue par le marché.

Le taux de chômage, corrigé des variations saisonnières, s'est établi à 10,3% dans la zone euro en janvier, en baisse par rapport au taux de 10,4% enregistré en décembre 2015 et à celui de 11,3% de janvier 2015. Il s'agit d'ailleurs du taux le plus faible depuis août 2011, précise Eurostat. Le consensus tablait sur un taux stable, à 10,4%

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à -0,2%, en baisse par rapport au mois de janvier où il était de 0,3%, selon l'estimation préliminaire d'Eurostat. Le consensus tablait sur une hausse de 0,1%. L'inflation "core" atteint seulement 0,7%, au plus bas depuis avril dernier. Les économistes attendaient un ICPH core de 0,9%.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,1015$, en hausse d'environ 0,75% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à 35,2$ et le Brent ressort à 37,7$. L'once d'or s'échange autour des 1.269 dollars (+4%).

LES VALEURS

Vallourec s'envole de près de 70%. Malmené depuis de longs mois en bourse, Vallourec s'est offert un bon bol d'air frais cette semaine à Paris. La valeur a profité d'une vague de rachats liée à la baisse de l'aversion au risque sur les marchés mais également de spéculations autour des modalités de son prochain appel au marché. Vallourec a annoncé fin janvier une augmentation de capital d'un milliard d'euros prévue pour le deuxième trimestre après une assemblée générale programmée le 6 avril, souscrite pour moitié au moins par l'Etat français et le japonais NSSMC. "Les rumeurs sur l'augmentation de capital et les rachats de 'shorts' s'intensifient à mesure qu'approche la levée de fonds", explique à Reuters un trader en poste à Paris.

CGG flambe de 56,3%. Conformément aux attentes, la société a publié des résultats 2015 fortement déficitaires, sous le coup de plus d'1 milliard de dollars d'éléments non-récurrents. Le recentrage à marche forcée se poursuit et la flotte sera réduite à 5 navires dans quelques semaines, contre 18 fin 2013. Les résultats du dernier trimestre 2015 sont plutôt résistants, mais le management a prévenu que le début 2016 est très compliqué.

ArcelorMittal prend 40%. La moindre aversion au risque des investisseurs, le rebond des cours des ressources de base, la confirmation de la bonne tenue de l'économie américaine et les nouvelles mesures de soutien annoncées par le gouvernement chinois ces derniers jours ont soutenu le titre du numéro un mondial de l'acier. Par ailleurs, dans une note dévoilée mardi, Berenberg expliquait que le groupe métallurgique avait augmenté les tarifs de ses tôles d'acier aux Etats-Unis de 30 dollars par tonne. Une décision permise par les mesures anti-dumping prises outre-Atlantique.

Eramet (+27,5%). Le secteur a été dopé par la décision de la banque centrale chinoise de réduire à nouveau le coefficient de réserves obligatoires imposé à ses banques. Une mesure destinée à relancer le crédit dans au sein du premier consommateur mondial de matières premières.

Zodiac Aerospace grimpe de 24,5%. L'équipementier aéronautique a profité du relèvement de la recommandation de JP Morgan de "souspondérer" à "neutre", avec un objectif de cours inchangé de 17,50 euros.

Casino s'adjuge près de 20%. Central Group, premier conglomérat de ventes au détail en Thaïlande, qui n'est pas parvenu à racheter les parts du distributeur français dans Big C Supercenter, envisagerait de participer à l'appel d'offres pour le rachat de la filiale vietnamienne de Casino. Le premier tour de l'appel d'offres devrait s'achever le 10 mars selon Reuters. "Plusieurs acteurs asiatiques du secteur ont un oeil sur l'activité vietnamienne de Casino et Central vise à étendre sa présence au Vietnam", rappellait un trader basé à Londres.

Gemalto (+13,1%) a amélioré de 10% sa performance opérationnelle en 2015. Les résultats sont assez proches des attentes, même si la marge brute est un peu faible. Les investisseurs sont séduits par la confirmation des objectifs 2017, même si le consensus reste sceptique sur la capacité de la société à les atteindre.

Arkema bondit de 11,8%. Les résultats 2015 apportent deux enseignements : la marge d'EBITDA est plus solide que prévu et la dette a été réduite significativement, alors que le marché visait une légère hausse. Pour le reste, le chiffre d'affaires est un peu court et les perspectives, prudentes.

LafargeHolcim grimpe de 8,8%. Le milliardaire indien Ajay Piramal lorgnerait Lafarge India, la division mise en vente par LafargeHolcim après que le franco-suisse eut échoué à céder une partie seulement du périmètre à Birla. Les actifs pourraient recueillir des offres comprises entre 1,5 et 2 milliards de dollars. Piramal pourrait utiliser l'une de ses filiales ou directement son holding familial pour réaliser son projet, croit savoir le quotidien local 'Economic Times'.

Airbus (+8%) cherche la parade au dernier-né des gros porteurs de grande capacité de Boeing, le B777-9. Cet appareil de plus de 400 places dont le premier exemplaire devrait être livré en 2020, qui a séduit plusieurs transporteurs de référence depuis la fin 2013, notamment les compagnies moyen-orientales Emirates, Qatar Airways et Etihad. Le groupe européen a planché sur une version survitaminée de son A350.

Sopra Steria s'adjuge 6,6%. La SSII a atteint 6,8% de marge opérationnelle ajustée en 2015, un peu plus que ses objectifs. Un coupon de 1,70 euro par action sera proposé aux actionnaires. Le groupe vise cette année une croissance organique du chiffre d'affaires supérieure à 2% et 7,5% de marge.

JCDecaux avance de 4,3%. Le groupe a publié un résultat opérationnel plus élevé que prévu au titre de 2015, tandis que le bénéfice net est un peu moins élevé. Il a aussi précisé qu'il visait une accélération de sa croissance organique dès le 1er trimestre 2016.

A l'inverse, bioMérieux trébuche de 15,3%. Les investisseurs ont lourdement sanctionné les prévisions décevantes pour l'année en cours. Le groupe mise sur 265 à 290 millions d'euros de résultat opérationnel courant, là où le consensus visait 307 ME. Il a en revanche confirmé prévoir une croissance organique de ses ventes entre 6% et 8% en 2016, après celle de 7,1% engrangée l'an dernier.

Ipsen perd 6%. Le groupe a publié des résultats 2015 proches des attentes, mais le bénéfice net et le coupon ont déçu. La société a surtout annoncé une opération d'envergure avec la prise en licence d'un médicament oncologique prometteur auprès d'Exelixis, pour plusieurs centaines de millions de dollars à terme. La transaction permet de relever les objectifs 2020.

Fnac recule de 1,4%. Alors que Darty et la Fnac sont sur le point de sceller leur mariage, Conforama vient jouer les trouble-fête. Le propriétaire de l'enseigne, le sud-africain Steinhoff, a soumis une offre concurrente, conformément aux informations révélées par le 'Financial Times'. En réponse à cette spéculation, Darty a confirmé, par le biais d'un communiqué, avoir reçu une offre informelle de Steinhoff à 125 pence par action en numéraire. La Fnac a pour sa part déposé une offre ferme en novembre dernier, mais composée pour partie de titres.

 
0 commentaire - Marchés / bilan hebdomadaire : troisième semaine de gros rebond pour le CAC40
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]