Pétrole: au plus haut de l'année, un rééquilibrage du marché en vue !

Pétrole: au plus haut de l'année, un rééquilibrage du marché en vue !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 12 mai 2016 à 21h25

Le dernier rapport mensuel de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a alimenté l'optimisme, jeudi, sur le marché pétrolier. L'AIE a ainsi estimé que le marché pétrolier mondial se dirigeait vers un rééquilibrage, malgré une hausse de la production du cartel de l'Opep.

Jeudi, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en juin a gagné 1,1% à 46,73$ sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), terminant au plus haut de l'année pour le 2ème jour consécutif. Quant au Brent de la Mer du Nord, il a progressé de 1,2% à 47,99$ le baril.

Le cours du WTI a désormais regagné plus de 75% depuis la mi-février dernier, où il était tombé autour de 26,50$, un plus bas depuis 12 ans !

Un net recul de la production hors Opep est attendu

En effet, la stabilisation devrait intervenir en cours d'année grâce à un repli plus fort que prévu de la production des pays hors Opep en 2016, en particulier au Canada, où des feux de forêts géants paralysent la production, et aux Etats-Unis, où la faiblesse des prix a entraîné la fermeture de nombreux sites d'extraction de pétrole de schiste.

Pour 2016, l'agence prédit ainsi une baisse pouvant atteindre 800.000 barils par jour dans les pays non membres de l'Opep, à 56,8 mbj. En outre, la demande mondiale de pétrole pourrait finalement être un peu plus élevée que prévu. L'AIE a maintenu pour l'instant sa prévision de demande mondiale à 95,9 mbj en 2016, mais a prévenu qu'un éventuel changement dans ses estimations interviendrait "plus probablement à la hausse qu'à la baisse".

En avril, la production pétrolière mondiale a augmenté de 250.00 barils par jour, à 96,2 millions de barils par jour (mbj), face à une demande plus vigoureuse que prévu au T1, tirée à la hausse par l'Inde, a indiqué l'AIE dans son rapport.

L'Opep continue à pomper sur fond de rivalité entre l'Arabie saoudite et l'Iran

Quant à l'Opep, elle a augmenté en avril sa production pétrolière de 330.000 bj pour atteindre 32,76 mbj, un chiffre record depuis 2008... La hausse est due à une augmentation des productions de l'Iran, de l'Irak et des Emirats Arabes Unis, malgré des baisses au Koweït et au Nigeria.

Les négociations tenues depuis plusieurs mois entre les pays de l'Opep et la Russie afin de geler leur production n'ont donc pas eu d'effets concrets. Réunis le 17 avril dernier à Doha (Qatar), les pays producteurs se sont séparés sur un constat de désaccord au sujet d'un gel de leur production. La rivalité entre l'Arabie saoudite et l'Iran (qui augmente sa production à la faveur de la fin des sanctions internationales) a largement contribué à torpiller les tentatives d'accord.

Un reflux des stocks mondiaux de brut attendu au second semestre

L'Arabie saoudite, qui vient de changer de ministre du Pétrole, devrait elle aussi augmenter sa production cette année. Mardi, Amin Nasser, le directeur de la compagnie pétrolière nationale Saudi Aramco (qui prépare son introduction en Bourse) a ainsi affirmé que l'Arabie saoudite s'apprêtait elle aussi à augmenter considérablement sa production d'hydrocarbures en 2016.

Quant aux stocks mondiaux, qui restent très abondants, ils devraient encore croître de 1,3 mbj au premier semestre, mais ensuite subir une forte chute de 200.000 barils par jour au second semestre. "Cela appuie notre opinion selon laquelle l'offre excédentaire mondiale va se réduire considérablement plus tard cette année", a expliqué l'AIE.

 
0 commentaire - Pétrole: au plus haut de l'année, un rééquilibrage du marché en vue !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]