Pétrole : le baril de brut WTI enfonce les 27$ !

Pétrole : le baril de brut WTI enfonce les 27$ !

ENI pétrole producteur Italie lybie

Boursier.com, publié le mercredi 20 janvier 2016 à 20h10

Toujours plus bas ! Le cours du pétrole a enfoncé mercredi de nouveaux plus bas depuis plus de 12 ans, entraînant dans son sillage un vif recul des marchés boursiers mondiaux.

En soirée, le baril de brut léger américain WTI plongeait de 7,5% à 26,30$ pour le contrat à terme de février, qui arrive à échéance ce mercredi. Le contrat de mars, qui prend la relève jeudi, est à 27,80$, en baisse de 6%. Le baril de Brent de la Mer du Nord perdait près de 5% à 27,36$ pour le contrat à terme de mars.

Les investisseurs s'attendent à la publication, jeudi, d'une nouvelle hausse des stocks de pétrole aux Etats-Unis. Le consensus compilé par l'agence 'Bloomberg' table sur une hausse de 2,5 millions de barils pour la semaine achevée le 15 janvier. Cela porterait les stocks américains aux environs de 485,1 millions de barils, un chiffre proche du record d'avril 2015 (490,9 millions de barils), qui correspondait au plus haut depuis la Grande Dépression de 1930.

Les Bourses mondiales plongent avec les pétrolières

Mardi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé que l'offre mondiale d'or noir serait supérieure à la demande en 2016 pour la 3ème année consécutive. L'AIE a même jugé que le monde pourrait être "noyé dans les excédents" de production si celle-ci n'est pas réduite...

Mercredi, le premier groupe pétrolier européen, Royal Dutch Shell a prévenu que son bénéfice net a baissé d'au moins 42% au 4ème trimestre. En Bourse, le secteur pétrolier est en chute libre à Wall Street comme sur les autres places mondiales. Royal Dutch Shell a perdu plus de 7% à Londres, tandis qu'en séance à New York, les cours d'ExxonMobil, Chevron et ConocoPhillips perdait respectivement 5,6%, 7,1% et 9,3%.
L'indice Dow Jones a plongé de plus de 3% en séance, avant de réduire quelque peu ses pertes au fur et à mesure du déroulement de la séance. En Europe, l'EuroStoxx a chuté de 3,3% et le CAC 40 a cédé 3,4% à la clôture.

Les cours du pétrole, qui avaient déjà chuté de 30% en 2015, ont abandonné 25% supplémentaires depuis le début de l'année 2016, sous l'effet d'une production excédentaire, notamment de la part de l'Opep, sous la houlette de l'Arabie saoudite, son membre le plus influent. Une surproduction qui intervient dans un contexte de ralentissement économique en Chine et dans d'autres pays émergents, et alors que l'Iran s'apprête à revenir sur le marché mondial après la levée des sanctions internationales, intervenue le 16 janvier.

Le Venezuela réclame la tenue d'une réunion extraordinaire de l'Opep

Les tensions entre membres de l'Opep, le cartel d'exportateurs contrôlant environ 35% du marché mondial, ont également contribué à l'accélération baissière des dernières semaines. Le 12 janvier, le ministre nigérian du pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu, qui assurait la présidence de l'Opep jusqu'au 31 décembre dernier, a appelé à la tenue d'une réunion extraordinaire du cartel de l'Opep début mars. Mais son appel a été rejeté par les monarchies du Golfe, qui ne souhaitent pas se réunir avant juin, comme prévu initialement.

Cette semaine, selon des sources concordantes citées par 'Bloomberg', c'est au tour du Venezuela, qui souffre particulièrement de la baisse des cours, de se manifester. Selon ces sources, Caracas aurait écrit aux 12 autres membres de l'Opep pour demander la tenue d'une réunion d'urgence du cartel... Cependant, l'Arabie saoudite, le plus gros producteur du cartel semble bien décidé à ne pas resserrer les vannes, dans une logique de maintien de ses parts de marché.

 
0 commentaire - Pétrole : le baril de brut WTI enfonce les 27$ !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]